Recherche

Information géographique

Avril vous propose 15 diplômes pour les métiers Information géographique :

- Création et gestion d'un système d'information
- Identification, organisation et structuration des données d'un SIG
- Création d'outils informatiques dédiés
- Production de documents cartographiques
- Veille technologique et informationnelle

... lire la suite

Le technicien supérieur en système d'information géographique crée et exploite des bases de données géographiques, avec des logiciels de systèmes de gestion de bases de données (SGBD) ou de systèmes d'informations géographiques (SIG). Ces bases de données géographiques et les programmes ou progiciels qui permettent leur exploitation constituent des systèmes d'information géographique. Les bases de données géographiques se composent :


- de données graphiques (cartographiques, topographiques, topométriques) ;
- et de données attributaires, par exemple : démographiques (densité de la population), économiques (PIB/habitant), techniques (nature, diamètre, profondeur et pente d'un réseau d'assainissement), commerciales (nombre et surfaces des implantations commerciales), urbaines (coefficient d'occupation des sols), scientifiques (climatologie) par exemple.


A l'issue d'une analyse de besoin ou d'un appel d'offre, le technicien supérieur en système d'information géographique met en place et gère un projet de SIG. Il récupère, intègre, organise et saisit les données géographiques nécessaires à l'aide de logiciels SIG, DAO/CAO.
Régulièrement, il met à jour les bases de données du SIG.
Sur demande ou selon les clauses particulières d'un appel d'offre (CCTP), il peut produire différents types de présentations des données géographiques : tableaux, graphiques, plans, cartes et modèles numériques de terrain, images satellites, images de photogrammétrie moderne, à partir d'un ou de plusieurs SIG. Il analyse les données avec les fonctions spécifiques des progiciels SIG, se livre à des traitements et des calculs pour obtenir des données complémentaires et procède à la mise en forme des données selon les types de présentation et de diffusion attendus.
Le technicien supérieur en système d'information géographique exerce son activité dans des entreprises, administrations et collectivités, de taille et de secteur très différents : services techniques des collectivités, concessionnaires de réseaux, administrations de l'équipement et de l'agriculture, cabinets de géomètres, concessionnaires d'autoroutes… Le technicien supérieur en système d'information géographique travaille seul ou en équipe. Il est subordonné à un chef de service ou d'entreprise qui lui délègue la partie technique des cahiers des charges. Dans le secteur public, le technicien supérieur en système d'information géographique est rattaché à l'administration qui l'emploie. Dans le secteur privé, il s'agira de la branche ou du syndicat professionnel auquel l'employeur est affilié. Il est en contact avec de multiples interlocuteurs internes et externes : service informatique, fournisseurs de données, fournisseurs de matériels et de logiciels, clients… Le technicien supérieur en système d'information géographique travaille principalement en bureau où il utilise des outils informatiques (ordinateurs, progiciels de DAO, de SGBD et SIG, traceurs, tables à digitaliser et scanner). Il travaille sur des SIG de taille variable, de l'équipement léger d'une petite commune jusqu'à l'équipement multi-applications d'une collectivité territoriale importante, d'une grande entreprise ou d'une administration.

... lire la suite

Le responsable de la navigation et de l’exploitation des systèmes embarqués occupe un rôle central dans l’exploitation opérationnelle des aéronefs. 

Il est chargé de préparer et conduire les missions confiées à l’équipage. Il participe à la préparation et à la conduite de missions ou d’opérations qui s’inscrivent dans un cadre militaire conventionnel ou asymétrique, dans un contexte interarmées ou interalliées. 

Son expertise et sa maîtrise des tactiques aéronautiques lui confèrent la responsabilité de la conduite tactique de la mission. Il est également chargé d’organiser et de coordonner les actions des membres d’équipage en situation normale et dégradée. 

Expert dans la gestion et l’exploitation des systèmes embarqués, il participe activement à la sécurité des vols dans le domaine de la trajectoire et de la sécurité de l’aéronef. 

En fonction du contexte, il coordonne et contrôle tout ou partie des opérations d’escale d’un aéronef (en métropole ou en détachement à l’étranger) sur le plan technique, opérationnel et organisationnel dans le respect de la réglementation aéronautique et aéroportuaire en vigueur. 

Il gère, au sol, les activités journalières d’une équipe ou d’un service/secteur. Il est en étroite relation avec les bureaux de gestion administrative et les structures opérationnelles des bases. 

Les conditions de vol (bruit ambiant, exiguïté des aéronefs, faible luminosité) et les risques liés à la nature des missions requièrent une grande résistance physique et morale de la part de ce personnel (dangerosité des opérations, rythme et durée des vols, gestion du stress, horaires atypiques, disponibilité…). 

Le port d’effets spéciaux (combinaison, gants, sous-vêtements adaptés…) est obligatoire en vol pour des raisons de sécurité. 

L’emploi de responsable de la navigation et de l’exploitation des systèmes embarqués requiert la réalisation de visites médicales périodiques pouvant remettre en cause sa capacité à l’exercer. Le rythme de travail est fonction des programmes de vol et de la durée des missions réalisées. La disponibilité et la capacité de résistance physique et morale requises par l’irrégularité des périodes de travail exigent de ce personnel un équilibre de vie adapté à ces exigences.  

Dans le secteur privé, le responsable de la navigation et de l’exploitation des systèmes embarqués peut notamment occuper des postes dans le domaine aéroportuaire tel que responsable d’exploitation. Il pilote la planification des ressources et le contrôle réglementaire sur l’ensemble des installations. Il a la charge du déclenchement et du suivi des plans de crise. Sa maîtrise de l’environnement aéronautique lui permet de gérer  les relations avec les services de l’Etat (DGAC, Météo, Gendarmerie, Douanes, Préfecture). 

Expert dans l’exercice du management, il :

- communique et diffuse l’information ;

- anime son équipe (cohésion, coordination, motivation) ;  - anticipe, planifie et optimise l’activité ;  - assiste et conseille ses collaborateurs dans la réalisation des objectifs ;

- définie l’organisation de travail (procédures, circulation de l’information, systèmes de délégation) en fonction des postes de travail, objectifs et compétences requises ;

- définie les besoins en matière d’effectifs et de compétences, et intervient dans le processus de recrutement ;

- définie les objectifs individuels de développement des compétences et d’accompagnement dans leur réalisation (formation ...) ; 

- évalue la performance et les compétences au niveau qualitatif et quantitatif ;

- effectue le reporting et le suivi des indicateurs.    

... lire la suite

Comment bien choisir son diplôme

Bien choisir un diplôme VAE

Choisir le diplôme qui correspond le mieux à votre expérience peut-être compliqué. N'hésitez pas à consulter notre rubrique de conseils sur le sujet ! Vous y apprendrez par exemple que même si vous n'avez aucun diplôme vous pouvez obtenir directement une licence par la VAE, si votre expérience le justifie !

- Collecte et traitement d’informations relatives à la structure et au fonctionnement des espaces naturels et/ou des écosystèmes : bibliographiques, enquêtes auprès d’acteurs, inventaires et mesures de terrain, au sein de collectivités territoriales, bureaux d’études en aménagement ou environnement, services de l’Etat, associations de protection de l’environnement ou organismes de recherche. 

- Analyse et traitement de données pour établir un diagnostic, dégager des enjeux, élaborer des préconisations ou des plans de gestion de milieux ou de ressources naturelles. 

- Rédaction de documents : rapports scientifiques, diagnostic environnemental ou de territoire, études d’impact environnemental, plans de gestion et d’aménagement du territoire, réponses aux appels à projet en biodiversité/ aménagement / développement / environnement, cartes. 

- Communication : restitution écrite et orale de travaux suivant les normes du secteur socio-professionnel concerné (milieu académique, acteurs du territoire…), animation de réunions impliquant les acteurs du territoire (élus, associations, services de l’Etat, chambres consulaires…), organisation événements promouvant les écosystèmes et espaces naturels sensibles. 

- Veille documentaire et réglementaire dans le domaine de la biodiversité et l’environnement. 

... lire la suite

- Mise en pratique des méthodes, techniques et outils de la géomatique (SI, SIG, traitement d’image satellite, cartographie interactive, programmation, conception de bases de données, analyse spatiale, modélisation et simulation spatio-temporelle, design graphique, aide à la décision, techniques de positionnement global, estimation de la qualité des données).

- Conception, mise en œuvre et supervision des applications géomatiques, informatiques, cartographiques et de webmapping

- Analyse des problématiques d’aménagement, d’urbanisme, d’agronomie, de géomarketing, d’énergies, de télécommunication, de mobilité et de gestion de l’environnement complexes

- Mise en place et réorganisation des solutions géomatiques dans les secteurs d’application indiqués

- Conception et gestion des projets et interface entre les différents services, producteurs et usagers

- Veille de la pérennité des solutions (catalogage, métadonnées, interopérabilité, normalisation) et de leur traçabilité

- Génération des scénarii prospectifs en tant qu’aide à la décision et outil de prévention des risques.

- Conception et réalisation de formations à la géomatique pour les experts métiers et les utilisateurs

- Expertise dans le domaine des données spatiales (qualité, disponibilité, connaissance des gisements, cycle de vie)

... lire la suite

 L’ingénieur géomètre-topographe du Cnam, formé à l’École supérieure des géomètres et topographes (ESGT), composante du Conservatoire, est un homme ou une femme de terrain appelé à :

  • réaliser des mesures (GNSS, photogrammétrie, topométrie, scanner laser), des levés et des calculs pour des travaux de toutes précisions ;
  • concevoir et modéliser les bases de données géographiques, les implémenter, les administrer et les mettre à jour
  • choisir parmi plusieurs technologies en fonction des travaux à réaliser et des outils d’acquisition disponibles ;
  • concevoir et réaliser des projets de voirie et réseaux, et des projets routiers ;
  • concevoir et réaliser des projets d'aménagements du paysage ;
  • étudier et conduire des aménagements fonciers en zones rurales et urbaines ;
  • conduire des opérations de gestion et d'expertise foncière ;
  • maîtriser les techniques de délimitation, de bornage et de division de la propriété.

La spécificité des compétences de l'ingénieur Cnam-ESGT réside dans la complémentarité tissée entre les domaines scientifiques et techniques d'une part, et les domaines juridiques, fonciers et liés à l'aménagement du territoire d'autre part : réalisation de travaux topographiques, métrologie, modélisation 3D, études d'impact, urbanisme règlementaire et opérationnel, gestion de l'information géographique,
activités du géomètre-expert.

... lire la suite

 - Gestion de projets dans le domaine de l’environnement et du paysage en liaison avec les différents services, producteurs et usagers : conduite, montage et animation, participation, médiation

- Lancement d’études préalables et diagnostics en gestion territoriale, environnementale et paysagère : diagnostic et audits territoriaux, inventaires des ressources et du patrimoine, diagnostics paysager, de biodiversité, de filières et secteurs (environnement, mobilités, santé, déchets, tourisme, services, culture, sport, énergie…)

- Conception, mise en œuvre et contrôle des procédures en matière de gestion de l’environnement, d’aménagement, de développement durable et de transition des territoires : études de risque et de sécurité, hygiène et santé, études d’impact, réalisation de documents d’objectifs DOCOB, gestion de la ressource en eau (qualité, pollution), de l’agriculture (bio, MAE), management environnemental, risques…  

- Développement des scénarii prospectifs : aide à la décision multi critère et modélisation, simulation spatio-temporelle basées sur les trajectoires environnementales actuelles et passées 

- Application des techniques et méthodes liées à l’étude de l’histoire de l’environnement et des paysages et aux processus d’anthropisation : big data,  palynologie, anthracologie,  dendrochronologie, …

- Animation et communication des actions de médiation dans le champ des territoires, de l’innovation sociale, de l’environnement et du paysage.  

... lire la suite

Le Master Mention « Ville et environnements urbains » certifie les étudiants et les professionnels dans le cadre des activités suivantes :

- Le diagnostic et l’analyse des formes et dynamiques urbaines

- L’exploitation de données urbaines grâce aux SIG

Le Master Mention « Ville et environnement urbains » propose six parcours :


- Villes en tension(s) : formes, flux, risques 

(Université Lumière Lyon 2, ENTPE)

- Nouveaux modes de vie et d'espace de la ville contemporaine 

(Université Lumière Lyon 2, Université Jean Moulin Lyon 3, ENS Lyon)


- Villes intelligentes, ville apprenantes

(Université Lumière Lyon 2, Université Jean Monnet Saint Etienne, ENS Lyon, ENTPE)

- Alternatives politiques et stratégiques pour les villes et les métropoles (Altervilles)

(Université Jean Monnet Saint Etienne et IEP Lyon)

- Recycler les héritages urbains : patrimoines, environnements, mémoires 

(ENSA Lyon et Université Jean Monnet Saint Etienne)

- Espace public et Ambiances 

(ENSA Saint-Etienne, Université Jean Monnet Saint Etienne)

... lire la suite

- Collecte des documents relatifs à la géographie physique et/ou humaine
- Formalisation des données géographiques (météorologie, topographie, géologie, etc.)
- Interprétation des données caractéristiques d’un territoire en intégrant des données statistiques
- Participation à des projets de développement et de dynamisation de l’espace, y compris dans le secteur du tourisme
- Rédaction des rapports et des notes de synthèse et communication à leur sujet

... lire la suite