Recherche

7 diplômes disponibles en VAE pour les métiers :

Supervision d'exploitation éco-industrielle

Le (la) technicien(ne) de traitement des eaux exploite techniquement un service ayant à charge le traitement des eaux.
Ses interventions visent principalement à rendre l'eau conforme aux usages attendus : domestique, industriel, agricole, … en fonction des exigences réglementaires et normatives, sanitaires et environnementales en vigueur.
La diversité des contextes professionnels amène le titulaire de l'emploi à traiter des eaux correspondant à une gamme de provenances ou d'usages variés : potabilisation, dépollution, conditionnement, affinage.

Les principaux process de traitement qui lui sont confiés assurent :
- l'alimentation d'un réseau d'adduction d'eau potable ou d'une unité de production de biens ou de services en fonction de leurs besoins spécifiques en eau ;
- l'épuration des eaux usées ou pluviales collectées par les réseaux d'assainissement à usage public ou des eaux de rejets d'une unité de production de biens ou de services.

Le titulaire de l'emploi intervient sur les installations et les appareils d'une unité de traitement d'eaux appartenant soit à une collectivité territoriale, en gestion directe ou déléguée, en unité de potabilisation ou d'épuration, soit à un établissement industriel ou agricole en unité de conditionnement ou de dépollution.
Il travaille aussi au sein de laboratoires d'hydrologie ou d'organismes tels que le SATESE ou les agences de l'eau.
L'emploi est souvent posté : 2X8, 3X8, 5X8 par exemple, mais s'exerce également de jour avec des astreintes éventuelles en soirée, la nuit ou le week-end.
Une grande partie des opérations se passent debout et exigent des déplacements entre divers postes à l'extérieur, quelles que soient les conditions atmosphériques. Certaines conditions de travail telles que : sols glissants, ambiances humides, bassins profonds, manutentions, produits toxiques, corrosifs, échantillons contenants des germes pathogènes, travail en hauteur, risque électrique, requièrent beaucoup de vigilance et impliquent l'utilisation de matériel de protection individuelle et collective.
Une habilitation électrique pour non-électricien est souvent requise par les entreprises.

1. Analyser des échantillons d'eaux ou de boues

Prélever des échantillons d'eaux ou de boues.
Réaliser les analyses des échantillons d'eaux ou de boues.
Interpréter les résultats d'analyse d'eaux ou de boues.

2. Conduire différents procédés de traitement d'eaux et de boues

Conduire une installation d'épuration d'eaux usées par des procédés physico-chimiques.
Conduire une installation de traitement biologique.
Conduire une installation de production d'eaux potables et d'eaux spécifiques par des procédés physico-chimiques.
Conduire une installation de traitement de boues d'épuration.

3. Effectuer la maintenance des installations de traitement d'eaux et de boues

Réaliser l'entretien courant des instruments de prélèvement et de mesure utilisés dans les installations de traitement des eaux et des boues.
Réaliser les opérations de maintenance préventive et curative des équipements de traitement des eaux et des boues.
Réaliser les opérations de maintenance préventive et curative des réseaux de collecte ou de distribution d'eaux.

}

BTS Métiers de l'eau

Équivalence Bac +2 / DUT / BTS

Le technicien supérieur de l'eau exerce sa profession dans le secteur du traitement, de la distribution, de l'assainissement et de l'épuration des eaux. - Responsable de la gestion technique des installations, il assure la bonne exploitation du réseau afin d'obtenir une eau de qualité en quantité suffisante.
- Il maîtrise le déroulement de la production et intervient en cas de problèmes. Après avoir identifié la qualité de l'eau, il donne les consignes de traitement à effectuer en fonction des installations. Il détermine les moyens à employer et fait assurer les opérations dans de bonnes conditions d'hygiène et de sécurité
- Il organise les opérations de maintenance.
- Il peut assurer un rôle de conseil auprès des différents partenaires extérieurs.
Ses connaissances scientifiques et technologiques lui permettent de s'adapter aux évolutions technologiques, à l'automatisation, aux systèmes de télétransmission et de télésurveillance.
Collaborateur de l'ingénieur, il a les compétences nécessaires pour encadrer une équipe et assurer la bonne marche des installations.
A terme, il peut assumer la responsabilité d'une unité d'exploitation dans une grande compagnie.
.}

Intègre les principes du développement durable et environnemental dans les projets

Applique les principes Qualité Sécurité Environnement

Gère les ressources naturelles, les déchets et la pollution

Applique le droit environnemental

Gère et analyse des bases de données

Les titulaires du diplôme sont capables de :

Intégrer le développement durable au management de l’organisation

Evaluer les risques industriels et naturels

Opérer des diagnostics organisationnels

Apporter des solutions de gestion des ressources naturelles et environnementales

}

Comment bien choisir son diplôme

Bien choisir un diplôme VAE

Choisir le diplôme qui correspond le mieux à votre expérience peut-être compliqué. N'hésitez pas à consulter notre rubrique de conseils sur le sujet ! Vous y apprendrez par exemple que même si vous n'avez aucun diplôme vous pouvez obtenir directement une licence par la VAE, si votre expérience le justifie !

LICENCE Sciences de Gestion

Équivalence Bac +3 ou +4

 

 

- connaître les mécanismes fondamentaux de l’économie

- maîtriser les notions mathématiques et statistiques de base nécessaires pour aborder les différentes sciences de gestion

- maîtriser les mécanismes financiers fondamentaux de l’entreprise

- avoir une bonne compréhension de l’approche en termes de patrimoine et de richesse, de génération de liquidités et avoir la faculté de passer de l’une à l’autre

- maîtriser les bases des études marketing et des techniques de vente

Comprendre l’activité d’une entreprise dans toutes ses dimensions

- Savoir quelle est l’utilité et le rôle des différents services d’une entreprise

- Appréhender les mécanismes fondamentaux de la technique comptable

- Face aux documents financiers, être en mesure d’en comprendre les
mécanismes et la finalité
- Maîtriser la traduction juridique des principaux évènements de la vie de
l’entreprise

- Maîtriser les fondamentaux du management

- Comprendre les enjeux de l’activité commerciale d’une entreprise

- Percevoir et comprendre les mutations organisationnelles liées à la mise en place d’une logistique globale soutenue par les nouvelles technologies (Supply Chain management et projet e-business)

}

DUT Hygiène Sécurité Environnement

Équivalence Bac +2 / DUT / BTS

Dans les activités de production comme de service, l'utilisation de produits de machines ou de systèmes complexes et/ou dangereux peut nuire aux utilisateurs et à l'environnement. Le meilleur moyen de se protéger contre ces risques (incendie, fuite de produits toxiques ou inflammables, explosion, pollution, électrocution ou électrisation …) et de préserver l'environnement est d'anticiper au maximum les nuisances, de connaître les dangers et les cibles afin de prévenir les risques de protéger les biens, les populations et les installations et le cas échéant d'intervenir le plus efficacement possible. Pour cela il faut identifier les sources de danger, évaluer et prévoir les risques associés, prévenir les conséquences sur les biens, les personnes et l'environnement, et le cas échéant intervenir et porter secours.
Le technicien supérieur en hygiène sécurité et environnement prévoit, prévient et gère les risques : pour cela il doit identifier la nature, la gravité, et l'occurrence d'un risque afin de proposer aux décideurs (chefs d'entreprise, responsables d'établissement, responsables d'administration, directeurs des opérations à terme…) des consignes en terme de protection et de sécurité du personnel, protection et sécurité des installations, protection et sécurité du public. Il s'assure du bon fonctionnement des systèmes d'alarme anti-intrusion, des systèmes de sécurité anti-incendie, des dispositifs coupe-feu ainsi que des dispositifs d'intervention et d'extinction (extincteurs, RIA…). Il veille à l'amélioration des conditions de travail au sein des établissements, il fait respecter la réglementation en matière d'hygiène, de sécurité, d'environnement et d'ergonomie (conformité et mise à disposition des équipements de protection individuelle EPI, conformité et mise à disposition des équipements de protection collective, conformité des locaux en terme d'hygiène, formation aux gestes et postures…).

Animateur et formateur, il explicite les nuisances et les sources de nuisances, les risques inhérents à ses nuisances, il sensibilise et informe l'ensemble du personnel en matière de sécurité sur le lieu du travail. Il met en place et organise des formations sur les techniques d'évacuation ainsi que sur les techniques d'intervention pour les membres des équipes de première intervention. Ces activités s'organisent autour de trois axes principaux : la prévention du risque, le contrôle des équipements de protection et l'intervention sur des sinistres. Lorsque son activité est exercée au sein d'une entreprise en présentant des risques spécifiques, il identifie et fait appel à des spécialistes consultants extérieurs. Il collabore alors avec des médecins du travail, des inspecteurs du travail, des consultants en organisation du travail, des ergonomes…

•Identification des sources de dangers et analyse des risques
- Identifier et repérer les dangers ;
- Evaluer et hiérarchiser les risques technologiques, professionnels et environnementaux ;
- Choisir et mettre en œuvre les méthodes d’analyse quantitative/qualitative des risques ;
- Réaliser une campagne de mesures dans le but d’alimenter l’analyse quantitative des risques (bruit, vibrations, éclairage,…)
- Choisir une instrumentation appropriée et maîtriser la calibration et l’utilisation des appareils de mesure ;
- Effectuer une veille réglementaire et normative.

•Mise en place d’une démarche de prévention des risques
- Associer un risque à une réglementation ;
- Concevoir et mettre à jour les documents réglementaires (document unique, études d’impact et de dangers, protocoles de sécurité, plan de prévention, permis feu,…)
- Savoir déterminer des indicateurs ;
- Concevoir et planifier la démarche de prévention des risques dans une vision interdisciplinaire, globale, intégrée et d’amélioration continue (procédés industriels, activités de travail, écosystèmes,…) ;
- Former et informer les parties prenantes (salariés, populations, organisations syndicales, employeurs,…) ;
- Appréhender et justifier les actions de prévention sur des bases scientifiques, technologiques, économiques et juridiques ;
- Appliquer les éléments techniques, humains et organisationnels de la prévention ;
- Développer et utiliser des moyens informatifs pour accompagner une politique HSE (formation, procédures, signalétiques, affichage,…) ;
- Mettre en œuvre un plan de prévention ;
- Contrôler la réalité et l’efficacité des dispositifs et des contrôles mis en place ;
- Tirer parti des retours d’expérience

•Développement d’une politique HSE durable
- Porter, implanter, promouvoir, une démarche HSE en adéquation avec les principes du développement durable et de la responsabilité sociale et environnementale ;
- Conseiller sur l’acceptation des risques ;
- Identifier et mobiliser les différents acteurs de la santé au travail, de la protection de l’environnement et des populations en lien avec leurs attributions ;
- Appréhender l’organisation territoriale de la prévention des risques et des moyens associés ;
- Conseiller et alerter le chef d’établissement face aux responsabilités civiles et pénales liées au domaine HSE.

•Participation à la gestion des crises et des situations d’urgence
- Maitriser les moyens techniques, humains et organisationnels des secours au sein d’un organisme ;
- Appréhender l’organisation territoriale des dispositifs d’intervention en cas d’accident ;
- Rédiger des procédures d’urgence et/ou des plans d’intervention et de continuité d’activité ;
- Maîtriser les procédures à utiliser en cas de crise ;
- Préparer la communication en situation d’urgence.

•Compétences transversales à l’ensemble des activités: 
- Analyser et traiter des données en fonction d’indicateurs éventuels ou de valeurs guides associées.
- Utiliser les outils collaboratifs et les outils de gestion de projet afin de piloter et gérer un projet dans le respect des délais et des contraintes économiques.
- Rédiger et interpréter des documents professionnels et pouvoir communiquer avec son environnement professionnel, y compris en anglais.

}

L’Ecole de l’air forme des officiers ingénieurs de carrière.
La certification atteste de leur capacité à exercer dans une première partie de carrière, des responsabilités de chefs militaires et d’experts tactiques du milieu aéronautique et spatial. Elles s’exercent dans des charges de commandement et de combat et, selon les spécialités, dans des activités de pilotage, de contrôle, de fonctions techniques, etc.
La certification garantit également l’aptitude des officiers à occuper, dans une seconde partie de carrière, des postes de futurs cadres supérieurs et hauts dirigeants du Ministère de la Défense ou d’instances internationales, responsables des questions militaires et de sécurité et expert de l’emploi des technologies de l’aéronautique, du spatial et des systèmes d’armes.

La certification implique la vérification des qualités suivantes :

  • connaissance et compréhension y compris transverses d'un vaste champ de sciences fondamentales ;
  • connaissance et compréhension approfondies des sciences et techniques liées au milieu aéronautique militaire et spatial ;
  • capacité à étudier et résoudre des problèmes complexes en s'appuyant sur les sciences et techniques de l'ingénieur ;
  • capacité à concevoir des solutions scientifiques et techniques permettant de définir des produits, systèmes et services au profit de l’Armée de l’air et de la Défense ;
  • capacité à entreprendre et mener à bien des recherches ;
  • capacité à mettre en œuvre des solutions scientifiques et technologiques dans le milieu aéronautique militaire et spatial ;
  • connaissances économiques, stratégiques, sociales et juridiques, leur compréhension et leur mise en œuvre au sein de l’Armée de l’Air et de la Défense comme dans le cadre des opérations aériennes ;
  • connaissance et compréhension des problématiques, des stratégies de management des organismes de la Défense et de leur mise en œuvre ;
  • compréhension et respect des valeurs environnementales ;
  • capacité à assumer des responsabilités au sein de l’Armée de l’Air et de la Défense ;
  • capacité à innover, notamment grâce un enseignement  d’initiation à la recherche
  • capacité à créer des activités dans le cadre de la conception et de la conduite de projets personnels en autonomie ;
  • dimension organisationnelle et culturelle : développement de la "culture d'entreprise" de l'armée de l'air et de la défense : traditions, histoire et organisations ;
  • capacités personnelles de l’officier aviateur : ouverture d'esprit, sens des valeurs militaires et aéronautiques, goût de l'effort physique, courage, intégrité, engagement ;  
  • capacités organisationnelles et interpersonnelles ;
  • adaptation interculturelle, internationale et interarmées : échanges de scolarité avec les académies militaires partenaires, stages à l'étranger ;
  • compréhension de la société et aptitude à situer leur place et leur rôle dans la société, connaissance et application des valeurs, de l’éthique, des règlements et des devoirs de l’Aviateur ;
  • connaissance de soi ;
  • capacité d'adaptation ;
  • capacité à commander un organisme ou un groupe : stages de mise en situation de responsabilité et de développement du leadership.

Le titre d'ingénieur confère le grade de master conformément au décret n°99-747 du 30 août 1999.

}

 

Organisation d'actions de sécurité , santé au travail, en conformité avec la réglementation.

 

 

 

Les compétences ou capacités évaluées se déclinent comme suit :

-          Organiser les actions sécurité, santé au travail et environnement  «sur le terrain» en conformité avec la politique et la stratégie de l’entreprise.

-          Accompagner les personnes pour les aider à mettre en œuvre, notamment les consignes et les plans de prévention, réaliser les analyses des accidents du travail et les études de poste.

-          Être capable d’effectuer une veille réglementaire, économique et des enquêtes en interne de manière à proposer des actions directement en prise avec les problèmes propres à une entreprise, un secteur d’activité, un métier, une pathologie.

 

Les compétences attestées nécessaires pour animer la politique Santé et Sécurité au travail et Environnement définie pour l’organisation et en coordonner les moyens sont les suivantes :

- évaluer les risques pour la sécurité et la santé des opérateurs au poste de travail à partir d’une analyse des situations de travail et d’éléments statistiques ou historiques relatifs au poste de travail ;

- connaître le cadre réglementaire ;

- proposer des solutions permettant d’agir en préventif sur les causes des accidents du travail,

maladies professionnelles, notamment troubles musculo-squelettiques, et différents scénarios de

solutions ;

- contribuer à la rédaction des consignes opérationnelles de sécurité au poste de travail et desuivre leur mise en application (fiches de poste, affichage) ;

- prévenir les risques, soit animer des actions de communication pour sensibiliser les opérateurs au respect de la politique santé et sécurité au travail et environnement, de l’entreprise, du règlement intérieur, des consignes opérationnelles ;

- participer à l’amélioration de l’environnement des postes de travail et contribuer à intégrer

la problématique « ergonomie » lors des aménagements des postes de travail ;

- coordonner les actions des intervenants au sein de l’entreprise dans les domaines de l’environnement, de la santé et de la sécurité et des conditions de travail ;

- conseiller et assister les directions opérationnelles dans le cadre du déploiement de la politique Santé et Sécurité au travail de l’entreprise.

 

}