Diplômes compatibles avec la VAE

Le niveau indiqué est celui que vous obtiendrez.

BTS Après-vente automobile option : véhicules particuliers

Niveau obtenu : Bac +2 / DUT / BTS

Le Brevet de Technicien Supérieur Après-vente Automobile option véhicules particuliers, donne accès aux métiers du secteur de l’après-vente des véhicules particuliers dont les activités intègrent notamment : - L’accueil et la réception de la clientèle.
- Le diagnostic des dysfonctionnements des véhicules.
- Les interventions de maintenance.
- L’organisation des activités de maintenance.
- L’animation et l’encadrement des équipes d’intervention.

Le métier s’exerce dans :
- Les entreprises des réseaux après-vente des constructeurs.
- Les entreprises indépendantes ou des réseaux d’indépendants.
- Les services maintenance des flottes de véhicules.
- Les services de méthodes après-vente des constructeurs.

Dans chaque cas, le métier mobilise :
- Des compétences techniques dans les différents aspects de la maintenance.
- Des compétences en gestion et organisation après-vente.
- Des aptitudes à la communication notamment pour répondre aux attentes de la clientèle.
- Des capacités de travail en équipe et d’échanges avec les services internes de l’entreprise et avec les partenaires extérieurs.

Le dénominateur commun à l’ensemble des activités décrites ci-après est l’intégration constante de trois impératifs :
 Impératif de SANTÉ/SÉCURITÉ/ENVIRONNEMENT : il s’agit de préserver la santé des personnes, d’assurer leur sécurité tout en préservant les biens et l’environnement.
 Impératif de QUALITÉ : il s’agit de contribuer à l’amélioration constante de la satisfaction clientèle en intégrant une démarche de progrès dans toutes les activités.
 Impératif ÉCONOMIQUE : bien que le technicien supérieur ne soit pas décideur dans ce domaine, les impératifs de coût doivent être constamment pris en compte.


.

Diplôme d'expert automobile

Niveau obtenu : Bac +2 / DUT / BTS

Le titulaire du Diplôme d'expert automobile exerce les activités suivantes : - expertise à la demande de tout intéressé, de tous dommages causés aux véhicules terrestres à moteur ainsi qu'aux cycles et à leurs dérivés, notamment toutes opérations et études nécessaires à la détermination de l'origine, de la consistance, de la valeur de ces dommages et à leur réparation,
- détermination de la valeur des véhicules mentionnés ci-dessus.

Il peut également être appelé, s'il est désigné par le juge ou inscrit sur une liste d'experts judiciaires, à exécuter des missions d'expertise judiciaire.

Analyse globale de l'activité :
- procéder à l'identification d'un véhicule,
- préciser exactement les dommages provenant d'un sinistre, d'une anomalie de fonctionnement, un vice caché, une malfaçon, afin de permettre de déterminer la responsabilité technique éventuelle,
- apprécier le juste mode de réparation,
- évaluer le coût des réparations,
- déterminer la valeur de tout véhicule,
- contrôler le bon état de marche, de fonctionnement et la conformité aux normes de sécurité de tout véhicule,
- vérifier la qualité d'une réparation,
- vérifier les éléments d'une facturation,
- établir et rédiger tout rapport, le présenter et le soutenir.
.

BAC PRO Maintenance des véhicules Option A : Voitures particulièresOption B : Véhicules de transport routierOption C : Motocycles

Niveau obtenu : Bac / BP / BT

Les activités principales de ce technicien ou cette technicienne consistent à :

-  réaliser les opérations de maintenance périodique et corrective ;

-  effectuer des diagnostics sur les véhicules ;

-  réceptionner et restituer le véhicule ;

-  participer à l'organisation de la maintenance.

Réalisée dans le cadre d'une démarche de maintenance et de service, son action implique un comportement visant des objectifs de qualité dans le travail individuel et au sein de l'équipe.

Dans toutes ses activités, le (la) titulaire du baccalauréat professionnel maintenance des véhicules doit :

-  s'inscrire dans la démarche qualité et commerciale de son entreprise ;

- s’impliquer dans le système de management « Hygiène – Sécurité – Environnement » en respectant les règles de préservation de la santé, de la sécurité des personnes, des biens et de l'environnement ;

- respecter les temps impartis, les consignes et procédures en vigueur dans l'entreprise.

Il (elle) intervient plus précisément en fonction de sa formation dans les domaines de la maintenance :

-  des voitures particulières ;

- des véhicules de transport routier ;

- des motocycles.

Chacun de ces domaines professionnels correspond à une option du baccalauréat professionnel maintenance des véhicules.

La maintenance des véhicules est en constante évolution (réglementation, méthodes d’organisation du travail, technologies…), en conséquence le (la) titulaire du baccalauréat professionnel maintenance des véhicules devra être capable d'actualiser régulièrement ses compétences. Il devra intégrer les acquis de sa formation continue dans sa pratique professionnelle.

.

CAP Maintenance de véhicules :Option A : Voitures particulièresOption B : Véhicules de transport routierOption C : Motocycles

Niveau obtenu : CAP / BEP

Les activités principales de ce technicien ou cette technicienne consistent à :

- réaliser les opérations de maintenance périodique et corrective ;

- participer au diagnostic sur les véhicules ;

- réceptionner et restituer le véhicule ;

- participer à l'organisation de la maintenance.

Dans toutes ses activités, le (la) titulaire du certificat d'aptitude professionnelle maintenance des véhicules doit :

- s'inscrire dans la démarche qualité et commerciale de son entreprise ;

- respecter les règles du système de management « Hygiène – Sécurité – Environnement » (HSE) en assurant la préservation de la santé, de la sécurité des personnes, des biens et de l'environnement ;

- respecter les temps impartis, les consignes et procédures en vigueur dans l'entreprise.

Il (elle) intervient plus précisément en fonction de sa formation dans les domaines de la maintenance :

- des voitures particulières ;

- des véhicules de transport routier ;

- des motocycles.

Chacun de ces domaines professionnels correspond à une option du certificat d'aptitude professionnelle maintenance des véhicules.

 

La maintenance des véhicules est en constante évolution, en conséquence le titulaire du certificat d'aptitude professionnelle maintenance des véhicules devra être capable d'actualiser régulièrement ses compétences et d'intégrer dans sa pratique professionnelle, les acquis de sa formation tout au long de la vie.

TP Technicien (ne) reconstructeur (trice) de moteurs thermiques et d’organes

Niveau obtenu : Bac / BP / BT

Le technicien reconstructeur de moteurs thermiques et d'organes réalise la réparation et la reconstruction d'éléments et d'ensembles mécaniques de machines et de moteurs thermiques en mettant en œuvre des techniques et des procédés spécifiques. Pour éclairer le client sur les dispositions à prendre pour remettre en état un matériel usagé, il procède au contrôle et à l'expertise et détermine, a priori, les procédés, les méthodes et les opérations à réaliser et élabore un devis estimatif.
Dans le cadre de la reconstruction d'un matériel : il réalise l'ensemble des opérations de démontage, de vérification et de contrôle métrologique des différentes pièces et statue sur leur état et sur les mesures à prendre concernant leur échange ou leur réparation par usinage, rectification, alésage, soudage, remétallisation... Pour cela, il s'appuie sur son expérience et, pour certaines pièces, se réfère aux « cotes réparation » des constructeurs.
Il effectue le remontage, les réglages et les mises au point des ensembles mécaniques et des moteurs thermiques.
Il procède aux différents essais et vérifications pour assurer le contrôle qualité des productions, selon les normes et les critères en vigueur dans l'entreprise.
Il participe également à l'organisation fonctionnelle de l'entreprise, à la réception de la clientèle, à la planification des interventions et du plan de charge des machines. Parallèlement, il intervient dans la gestion de la maintenance du parc de machines, centralise les informations techniques relatives aux méthodes et spécifications des constructeurs et exploite les catalogues de pièces détachées.
Les principaux domaines d'application de la reconstruction :
Les moteurs et machines thermiques de véhicules légers et lourds, d'engins, de bateaux, de groupes électrogènes...
Les machines industrielles de production : machines-outils, équipements divers.
Les matériels anciens et les véhicules de collection.
Selon les entreprises, la reconstruction s'effectue à l'unité, ou en série, pour le marché de l'« échange standard ».

Capacités attestées et descriptif des composantes de la certification :
1. EXPERTISER L'ETAT D'USURE ET REPARER LES GROUPES MOTOPROPULSEURS PAR REMPLACEMENT DE COMPOSANTS

Réceptionner des ensembles mécaniques, les identifier et établir un prédiagnostic de remise en état.
Désassembler, repérer, trier et nettoyer les pièces.
Effectuer les contrôles métrologiques de composants mécaniques et statuer sur leur état d'usure.
Identifier les caractéristiques de pièces à commander et renseigner le devis de réparation d'un ensemble mécanique.
Remettre en état les moteurs thermiques par remplacement de composants.
Remettre en état les systèmes de transmission mécaniques par remplacement de composants.
Remettre en état ou remplacer les équipements périphériques des groupes motopropulseurs.

2. REMETTRE EN ETAT DES ELEMENTS MECANIQUES PAR DIFFERENTS PROCEDES D'AJUSTAGE, D'USINAGE ET DE SOUDAGE

Réparer des éléments mécaniques par des techniques d'ajustage manuel.
Remettre en état des pièces mécaniques par usinage sur machines conventionnelles.
Reconditionner des ensembles mécaniques par différents procédés de soudage et de rechargement de matière.

3. RECONSTRUIRE LES MOTEURS THERMIQUES AU MOYEN DE MACHINES D'USINAGE SPECIALISEES

Remettre en état les culasses de moteurs thermiques.
Réaléser et rectifier les blocs-moteurs.
Rectifier, rééquilibrer les équipages mobiles de moteurs thermiques.
Effectuer les essais et le contrôle qualité des ensembles mécaniques reconstruits.
Définir les méthodes et les procédés à mettre en œuvre pour la reconstruction d'ensembles mécaniques.

TP Contrôleur (se) technique automobile

Niveau obtenu : CAP / BEP

Le contrôleur technique automobile est un ouvrier qualifié qui réalise, au sein d'un centre agréé de contrôle technique automobile, le contrôle périodique des véhicules légers, conformément aux dispositions réglementaires du ministère en charge des transports.
Sa mission consiste à établir des procès-verbaux de visites techniques réglementaires de véhicules, précisant leur état et conformité selon des critères établis par le ministère des transports.
En suivant une procédure donnée, il examine l'ensemble des points de contrôle définis dans le lexique officiel, effectue des relevés et des mesures, apprécie et enregistre les altérations qu'il constate.
Il met en œuvre des bancs d'essai et des équipements de mesure selon une méthodologie prescrite.
Il consigne sur informatique ses résultats et observations pour éditer le procès-verbal de contrôle.
En restituant le véhicule, il commente au client les altérations mentionnées sur le rapport de contrôle.
Dans le cadre de l'assurance qualité, il procède à des opérations de gestion administrative.
Il rend compte à l'OTC (organisme technique central, en charge de la surveillance des contrôles) en transmettant l'ensemble de ses résultats de contrôle et en répondant aux observations qui lui sont faites.
Le contrôleur technique est encadré sur le plan hiérarchique par un chef de centre.
L'emploi s'exerce :
― dans des centres de contrôle technique ou des centres auxiliaires sous enseigne d'un réseau ;
― dans des centres indépendants non rattachés à un réseau.
Conditions d'exercice de l'emploi :
L'emploi nécessite le strict respect de la réglementation et des règles déontologiques du métier.
La responsabilité individuelle du contrôleur est engagée par les procès-verbaux qu'il délivre.
Il est tenu de s'informer des évolutions réglementaires pour actualiser ses pratiques.
Le permis B est nécessaire pour manœuvrer les véhicules.

1. Effectuer les visites techniques de contrôle des véhicules légers, conformément aux dispositions réglementaires en vigueur
Procéder à l'identification réglementaire de véhicules légers.
Contrôler le système de freinage de véhicules légers.
Contrôler le système de direction de véhicules légers.
Contrôler les équipements de visibilité de véhicules légers.
Contrôler les équipements d'éclairage et de signalisation de véhicules légers.
Contrôler les équipements de liaison au sol de véhicules légers.
Contrôler l'état de la structure et de la carrosserie de véhicules légers.
Contrôler l'état et la conformité des équipements de sécurité de véhicules légers.
Contrôler les organes mécaniques de véhicules légers.
Contrôler la pollution et le niveau sonore de véhicules légers.
Contrôler les équipements de véhicules électriques ou hybrides.
Collecter les résultats de mesure et éditer un procès-verbal de contrôle technique.


2. Réaliser les opérations de gestion administrative du contrôle technique réglementaire des véhicules légers, dans le cadre de l'assurance qualité
Rendre compte au client des altérations relevées en restituant le véhicule.
Exploiter les fonctions d'un logiciel de contrôle technique et vérifier ses mises à jour.
S'assurer de l'état, de la conformité et de la validité des équipements de contrôle.
Assurer le suivi qualité et la traçabilité des visites techniques effectuées.

MC5 Maintenance des moteurs diesel et de leurs équipements

Niveau obtenu : CAP / BEP

Le titulaire de cette mention complémentaire exerce des activités de maintenance de moteurs diesel et leurs équipements. Ses compétences lui permettent d'être impliqué dans : - le contrôle et la mise en oeuvre du diagnostic ;
- la réparation et l’entretien;
- les réglages et la mise en point.
Ces activités s'exercent en relation avec la clientèle et impliquent également des compétnces en matière de communication ;


.

MC5 Maintenance des systèmes embarqués de l'automobile

Niveau obtenu : CAP / BEP

L'activité du titulaire de la mention complémentaire « Maintenance des Systèmes Embarqués de l’Automobile » s'exerce dans le domaine des véhicules particuliers, des véhicules industriels ou des motocycles et s'articule autour de 4 activités : • l’accueil du client,
• le contrôle et le diagnostic,
• la maintenance,
• la restitution du véhicule.

Le titulaire du diplôme est capable de réaliser :
- des opérations de maintenance périodique sur des véhicules de technologie actuelle,
- des opérations de maintenance sur systèmes pilotés par électronique ou informatique embarquée et d’effectuer les réglages qui s’imposent,
- des opérations de diagnostic simple mettant en œuvre des outils spécifiques,
- d’effectuer des réinitialisations et reconfigurations des systèmes de pilotage embarqué,
- de communiquer avec le client ou la hiérarchie.

.

CAP Réparation entretien des embarcations de plaisance

Niveau obtenu : CAP / BEP

Le titulaire du certificat d’aptitude professionnelle Réparation entretien des embarcations de plaisance est un opérateur qui intervient dans tout type d'entreprise : - de vente ;
- de réparation ou de location d'embarcations neuves ou d'occasion ;
- de vente ou d'installation ou de réparation des moteurs et équipements neufs ou d'occasion..

Son activité consiste, au sein d'une équipe, à :
- Réparer, entretenir, préparer les œuvres vives, les œuvres mortes, le gréément, le groupe motopropulseur, l'accastillage, les équipements ;
- Manutentionner et lever des embarcations, des moteurs, des équipements ;
- Poser l'accastillage et l'équipement ;
- Stocker en vue de l'hivernage.

Sur des embarcations de différents types, pour la navigation mer et fluviale :
- Bateaux de plaisance, à moteur hors-bord et in-bord ;
- Embarcations semi-rigides ;
- Voiliers ;
- Embarcations nautiques à moteurs (scooters des mers,...).

Son action implique un comportement visant des objectifs de qualité :
- dans la relation avec la hiérarchie ;
- dans le travail d'équipe ;
- dans les relations avec les clients et utilisateurs, en interne comme en externe ;
- dans des relations avec des collaborateurs externes à l'entreprise.


.

TP Mécanicien(ne) réparateur(trice) de véhicules industriels

Niveau obtenu : CAP / BEP

Le (la) mécanicien(ne) réparateur(trice) de véhicules industriels assure la maintenance, la réparation et la pose d'accessoires, des véhicules utilitaires et industriels. Il (elle) effectue les opérations d'entretien, de pose d'accessoires, de révision, de remise en état.
Placé(e) sous la responsabilité du chef d'atelier, le (la) mécanicien(ne) réparateur (trice) de véhicules industriels intervient conformément à des procédures indiquées. Ses interventions portent sur des vérifications de conformité, des remplacements et des réparations bien définies. Les consignes sont fournies par un ordre de réparation. Il (elle) utilise la documentation technique de chacun des véhicules sur lesquels il (elle) intervient. Celle-ci précise les modes opératoires et les données techniques du constructeur. Il (elle) respecte les réglementations en vigueur. Les activités de cet emploi se pratiquent le plus généralement en atelier, parfois sur route en intervention de dépannage. L'emploi ne nécessite pas de mobilité géographique particulière. Les postures vont de la station debout, face à un plan de travail ou à un appareil, jusqu'à des positions contorsionnées indispensables pour atteindre les organes difficilement accessibles. Le port de charges lourdes est fréquent. Une bonne dextérité manuelle est nécessaire pour assurer la manipulation de pièces délicates. Les horaires de travail sont réguliers, mais tributaires des prestations à la clientèle qui entraînent parfois des dépassements d'horaires. L'environnement bruyant varie en fonction des tâches réalisées, il peut atteindre des niveaux élevés mais pour de courtes durées, par exemple lors d'un essai moteur. Malgré une ventilation des locaux, l'atmosphère ambiante peut être soumise à des pollutions gazeuses dues aux émanations d'hydrocarbures et aux gaz d'échappement.

1. Effectuer les opérations d'entretien courant des véhicules utilitaires et industriels

Réaliser les opérations de prise en charge et d'entretien programmé des véhicules utilitaires.
Réaliser les opérations d'entretien programmées des véhicules industriels.
Réparer les assemblages mécaniques.
Intervenir sur une boucle froide de climatisation embarquée.


2. Réparer le freinage, les liaisons au sol et la direction des véhicules utilitaires et industriels

Réparer le système de freinage des véhicules utilitaires et industriels.
Remplacer les éléments des liaisons au sol et de direction des véhicules utilitaires et industriels.
Réparer les assemblages mécaniques.

3. Réparer les moteurs et les transmissions des véhicules utilitaires et industriels

Réparer les assemblages mécaniques.
Réparer les transmissions.
Réparer les moteurs thermiques.
Réparer les périphériques du moteur.
Intervenir sur une boucle froide de climatisation embarquée.

4. Effectuer les opérations de pose d'accessoires et de remise en état des équipements de signalisation, visibilité, retenue, remorquage et levage

Poser des accessoires de remorquage, de signalisation, de visibilité et d'information.
Réparer les ouvrants, les systèmes de retenue, d'information, de visibilité et de signalisation.
Intervenir sur une boucle froide de climatisation embarquée.
Remplacer les équipements d'attelage et de levage des véhicules utilitaires et industriels.

BTS Après-vente automobile option : véhicules industriels

Niveau obtenu : Bac +2 / DUT / BTS

Le Brevet de Technicien Supérieur Après-vente Automobile option véhicules industriels, donne accès aux métiers du secteur de l'après-vente des véhicules industriels dont les activités intègrent notamment : - L'accueil et la réception de la clientèle.
- Le diagnostic des dysfonctionnements des véhicules.
- Les interventions de maintenance.
- L'organisation des activités de maintenance.
- L'animation et l'encadrement des équipes d'intervention.

Le métier s'exerce dans :
- Les entreprises des réseaux après-vente des constructeurs.
- Les entreprises indépendantes ou des réseaux d'indépendants.
- Les services maintenance des flottes de véhicules.
- Les services de méthodes après-vente des constructeurs.

Dans chaque cas, le métier mobilise :
- Des compétences techniques dans les différents aspects de la maintenance.
- Des compétences en gestion et organisation après-vente.
- Des aptitudes à la communication notamment pour répondre aux attentes de la clientèle.
- Des capacités de travail en équipe et d'échanges avec les services internes de l'entreprise et avec les partenaires extérieurs.

Le dénominateur commun à l'ensemble des activités décrites ci-après est l'intégration constante de trois impératifs :
 Impératif de SANTÉ/SÉCURITÉ/ENVIRONNEMENT : il s'agit de préserver la santé des personnes, d'assurer leur sécurité tout en préservant les biens et l'environnement.
 Impératif de QUALITÉ : il s'agit de contribuer à l'amélioration constante de la satisfaction clientèle en intégrant une démarche de progrès dans toutes les activités.
 Impératif ÉCONOMIQUE : bien que le technicien supérieur ne soit pas décideur dans ce domaine, les impératifs de coût doivent être constamment pris en compte.


.

BAC PRO Maintenance de véhicules automobiles option véhicules industriels

Niveau obtenu : Bac / BP / BT

Le titulaire de ce bac pro est un technicien d'atelier. Il assure la maintenance préventive (entretien) et la maintenance curative (réparation) de véhicules industriels. Il est capable de :
-établir un diagnostic en utilisant des instruments de mesure et de contrôle informatisés ;
-élaborer une méthode de réparation ou d'entretien en tenant compte des coûts ;
- exécuter les réparations ou donner au personnel exécutant les indications nécessaires ;
- organiser et gérer un atelier pour en optimiser le fonctionnement ;
- accueillir et conseiller la clientèle.
.

BAC PRO Maintenance de véhicules automobiles option : voitures particulières

Niveau obtenu : Bac / BP / BT

Le titulaire de ce baccalauréat professionnel est un technicien d'atelier. Il assure la maintenance préventive (entretien) et la maintenance curative (réparation) de voitures particulières. Il est capable de :
-établir un diagnostic en utilisant des instruments de mesure et de contrôle informatisés ;
-élaborer une méthode de réparation ou d'entretien en tenant compte des coûts ;
- exécuter les réparations ou donner au personnel exécutant les indications nécessaires ;
- organiser et gérer un atelier pour en optimiser le fonctionnement ;
- accueillir et conseiller la clientèle.
.

TP Mécanicien(ne) automobile

Niveau obtenu : CAP / BEP

Le (la) mécanicien(ne) électricien(ne) automobile assure l'ensemble des opérations de maintenance courante en suivant les préconisations du constructeur. Il (elle) effectue la réparation des systèmes mécaniques et électriques de liaison au sol, de transmission et du groupe motopropulseur. Il (elle) intervient également sur le véhicule pour la réparation des systèmes de confort et de sécurité ou pour poser et raccorder des accessoires automobiles.
Il (elle) opère sur tout type de véhicule de transport de neuf personnes ou moins et de transport de marchandises de moins de 3.5 tonnes. Ces véhicules sont mus par des motorisations essentiellement thermiques.
Le (la) professionnel(le) intervient, notamment en fonction de consignes orales ou écrites sur fiches de travaux, sous la responsabilité d'un hiérarchique à qui il (elle) rend compte des interventions réalisées.
L'emploi s'exerce le plus souvent en atelier. Les postures vont de la station debout, face à un plan de travail ou un appareil, jusqu'à des positions fléchies voire allongées pour certaines interventions dans l'habitacle. Une bonne dextérité est nécessaire.
Les horaires de travail nécessitent parfois des aménagements pour assurer le service.
L'environnement sonore peut atteindre des niveaux élevés mais pour de courtes durées.
La manipulation de déchets industriels spéciaux est fréquente. Elle nécessite des précautions de manipulation ainsi que le port d'équipements de protection individuelle en relation avec les produits utilisés.

1. Effectuer l'entretien périodique, remplacer les pneus et les éléments du système de freinage des véhicules automobiles
Effectuer l'entretien périodique d'un véhicule automobile.
Remplacer les pneus et les éléments du système de freinage.
Intervenir sur un circuit de climatisation automobile.
2. Réparer les systèmes de liaison au sol, de direction et de transmission des véhicules automobiles
Réparer et régler les systèmes de direction et de liaison au sol.
Remettre en état les assemblages mécaniques endommagés.
Réparer les organes de transmission.
3. Réparer le moteur thermique des véhicules automobiles et ses systèmes périphériques
Réparer les systèmes périphériques du moteur thermique.
Intervenir sur un circuit de climatisation automobile.
Réparer le moteur thermique et la distribution.
4. Réparer les équipements électriques de confort et de sécurité des véhicules automobiles et poser des accessoires
Effectuer la pose, le raccordement et la mise en service d'accessoires.
Réparer les systèmes des ouvrants, de retenue et de protection des occupants.
Intervenir sur un circuit de climatisation automobile.
Réparer les systèmes de visibilité, de signalisation, d'information et de conditionnement d'air.

TP Mécanicien(ne) de maintenance automobile

Niveau obtenu : CAP / BEP

Le (la) mécanicien(ne) réparateur(trice) automobile assure l'ensemble des opérations de maintenance courante en suivant les préconisations du constructeur. Il (elle) effectue le remplacement des éléments et des organes mécaniques de liaison au sol, de la transmission et du groupe motopropulseur.
Il (elle) intervient également sur le véhicule pour le remplacement des éléments mécaniques des systèmes de visibilité et de signalisation ou pour poser des accessoires directement connectables.
Il (elle) opère sur tout type de véhicule de transport de neuf personnes ou moins et de transport de marchandises de moins de 3,5 tonnes. Ces véhicules sont mus par des motorisations essentiellement thermiques.
Le (la) professionnel(le) intervient, notamment en fonction de consignes orales ou écrites sur fiches de travaux, sous la responsabilité d'un hiérarchique à qui il (elle) rend compte des interventions réalisées.
L'emploi s'exerce le plus souvent en atelier. Les postures vont de la station debout, face à un plan de travail ou un appareil, jusqu'à des positions fléchies voire allongées pour certaines interventions dans l'habitacle. Une bonne dextérité est nécessaire.
Les horaires de travail nécessitent parfois des aménagements pour assurer le service.
L'environnement sonore peut atteindre des niveaux élevés mais pour de courtes durées.
La manipulation de charges lourdes est parfois nécessaire.
La manipulation de déchets industriels spéciaux est fréquente. Elle nécessite des précautions de manipulation ainsi que le port d'équipements de protection individuelle en relation avec les produits utilisés.

1. Effectuer l'entretien périodique, remplacer les pneus et les éléments du système de freinage des véhicules automobiles :
Effectuer l'entretien périodique d'un véhicule automobile.
Remplacer les pneus et les éléments du système de freinage.
Intervenir sur un circuit de climatisation automobile.
2. Remplacer les éléments de liaison au sol, de direction, de transmission, de signalisation et de visibilité des véhicules automobiles et poser des accessoires connectables :
Remplacer et régler les éléments de direction et de liaison au sol.
Remettre en état les assemblages mécaniques endommagés.
Remplacer les organes de transmission.
Remplacer les éléments de signalisation et de visibilité, poser des accessoires connectables.
3. Remplacer la distribution et la motorisation thermique des véhicules automobiles :
Intervenir sur un circuit de climatisation automobile.
Remplacer le moteur thermique et ses équipements périphériques.
Remplacer la distribution du moteur thermique.

TP Technicien(ne) électromécanicien(ne) automobile

Niveau obtenu : Bac / BP / BT

Le (la) technicien(ne) électromécanicien(ne) automobile assure le diagnostic, la maintenance courante, le montage et la mise en service d'accessoires et la maintenance préventive et corrective des systèmes mécaniques, électriques, électroniques et informatiques des véhicules de transport de neuf personnes ou moins et de transport de marchandises de moins de 3,5 tonnes. Ces véhicules sont mus par des motorisations thermiques, électriques et hybrides.
Le (la) professionnel(le) intervient, notamment en fonction de consignes orales ou écrites sur fiches de travaux, sous la responsabilité d'un hiérarchique à qui il (elle) rend compte des interventions réalisées.
L'emploi s'exerce le plus souvent en atelier. Les postures vont de la station debout, face à un plan de travail ou un appareil, jusqu'à des positions fléchies voire allongées pour certaines interventions dans l'habitacle. Une bonne capacité d'analyse est nécessaire.
La haute technologie des véhicules à diagnostiquer et à réparer requiert une bonne maîtrise des outils informatiques et bureautiques pour mettre en œuvre les procédures de diagnostic et de contrôle des systèmes embarqués.
Le (la) technicien(ne) électromécanicien(ne) automobile suit régulièrement des formations chez le constructeur, il (elle) informe le service après-vente de l'évolution des prescriptions d'intervention.
Les horaires de travail nécessitent parfois des aménagements pour assurer le service.
L'environnement sonore peut atteindre des niveaux élevés mais pour de courtes durées.
La manipulation de déchets industriels spéciaux est fréquente. Elle nécessite des précautions de manipulation ainsi que le port d'équipements de protection individuelle en relation avec les produits utilisés.

1. Effectuer l'entretien périodique, remplacer les pneus et les éléments du système de freinage des véhicules automobiles


Effectuer l'entretien périodique d'un véhicule automobile.
Remplacer les pneus et les éléments du système de freinage.
Intervenir sur un circuit de climatisation automobile.


2. Effectuer le diagnostic et la maintenance des systèmes de liaison au sol, de direction et de transmission des véhicules automobiles


Effectuer le diagnostic et la maintenance des systèmes de direction et de liaison au sol.
Remettre en état les assemblages mécaniques endommagés.
Effectuer le diagnostic et la maintenance des organes de transmission.


3. Effectuer le diagnostic de la motorisation thermique des véhicules automobiles et la maintenance de ses équipements périphériques


Diagnostiquer l'état mécanique des moteurs thermiques.
Intervenir sur un circuit de climatisation automobile.
Effectuer le diagnostic et la maintenance des équipements périphériques du moteur.


4. Effectuer le diagnostic et la maintenance des équipements électriques de traction, de confort et de sécurité des véhicules automobiles, poser des accessoires


Effectuer le diagnostic, la pose, le raccordement et la mise en service d'accessoires de post-équipement.
Effectuer le diagnostic et la maintenance des systèmes d'ouvrants, de retenue et de protection des occupants.
Intervenir sur un circuit de climatisation automobile.
Effectuer le diagnostic et la maintenance des réseaux de communication, des systèmes de signalisation et d'information, des équipements de visibilité et de conditionnement d'air.
Effectuer le diagnostic et la maintenance d'un système de traction électrique de véhicule électrique ou hybride.

TP Contrôleur technique de véhicules légers

Niveau obtenu : Bac / BP / BT

Le contrôleur technique de véhicule léger est un technicien agréé par l'état chargé, au sein d'un centre de contrôle technique agréé, du contrôle règlementaire des véhicules dont le poids est inférieur à 3,5 tonnes, conformément aux dispositions du code de la route et des textes pris en application.
Sur un véhicule léger astreint au contrôle technique règlementaire, il réalise une des quatre prestations de contrôle suivantes :
- Contrôle technique.
- Contrôle technique complémentaire.
- Contre-visite.
- Contre-visite complémentaire.
Sa fonction consiste à examiner des points de contrôle définis, évaluer et relever les défaillances constatables afin de dresser un procès-verbal de contrôle.
Pour cela, il applique les dispositions relatives au contrôle technique des véhicules légers énoncées dans l'arrêté du 18 juin 1991 modifié relatif à la mise en place et l'organisation du contrôle technique des véhicules dont le poids n'excède pas 3,5 tonnes.
La liste des points de contrôle et des défaillances constatables est codifiée selon une nomenclature définie à l'annexe I de cet arrêté.
L'inspection des points de contrôle est réalisée conformément aux instructions techniques définies par l'organisme technique central (OTC) et approuvées par le ministre chargé des transports.
Le contrôleur technique participe au suivi d'exploitation du centre de contrôle qui l'emploie, tel que défini à l'annexe V de l'arrêté du 18 juin 1991 modifié. Pour cela, il met en œuvre des procédures de suivi et d'évaluation du système qualité en vigueur dans le centre de contrôle.
L'activité s'exerce au sein d'un centre de contrôle agréé par le préfet de département, sous l'autorité administrative d'un exploitant de centre de contrôle. Ces fonctions sont cumulables.
Le contrôleur technique inspecte tous types de véhicules légers des catégories M1 et N1 astreints au contrôle technique, quelle que soit leur source d'énergie, ainsi que les véhicules légers soumis à une règlementation spécifique.
Il possède une parfaite connaissance des prescriptions règlementaires relatives aux contrôles à effectuer, maîtrise l'utilisation des matériels de contrôle spécifiques, exploite un logiciel de contrôle technique et applique les procédures le concernant du système qualité du centre de contrôle qui l'emploie.
L'emploi exige une application rigoureuse de la réglementation en vigueur et des règles de déontologie propres au métier de contrôleur.
Le contrôleur technique engage sa responsabilité administrative, mais aussi individuelle et pénale en signant les procès-verbaux qu'il délivre.
Il est tenu d'actualiser ses pratiques en intégrant les évolutions règlementaires qui lui sont transmises par son employeur ou le réseau auquel il est rattaché, le cas échéant.

1. Réaliser le contrôle technique des véhicules légers, conformément à la réglementation en vigueur
Mettre en œuvre les dispositions réglementaires en vigueur s'appliquant au contrôle technique des véhicules légers.
Vérifier les exigences règlementaires de mise en œuvre des matériels de contrôle.
Exploiter un logiciel de contrôle technique et ses processus de liaisons informatiques.
Identifier les dispositions règlementaires liées à la réception et à l'immatriculation des véhicules légers.
Réaliser les contrôles techniques des véhicules légers.
Réaliser les contre-visites et les contrôles complémentaires des véhicules légers.
Accueillir un client, prendre en charge un véhicule, le restituer, commenter le procès-verbal.
Appliquer les procédures du système qualité, exploiter les statistiques d'activité, les indicateurs et les compteurs d'exception.