Diplômes compatibles avec la VAE pour Chaudronnerie - tôlerie

Le niveau indiqué est celui que vous obtiendrez.

TP Chaudronnier(ère)

Niveau obtenu : Bac / BP / BT

Sous la responsabilité d'un responsable hiérarchique le chaudronnier conduit l'ensemble des opérations de transformation des métaux en feuilles et profilés.
Il prépare et réalise la fabrication d'ouvrages très variés dans de multiples secteurs d'activité et adapte son activité aux aléas. Il respecte la précision requise par le dossier technique, ainsi que la qualité et les règles de prévention et de sécurité.
Il intervient sur l'ensemble des opérations de la gamme de fabrication du produit, de la préparation à l'assemblage en passant par le débit et le formage. La généralisation de machines à commandes numériques notamment pour le pliage oblige le chaudronnier à s'adapter en permanence.
Le chaudronnier travaille généralement en station debout dans des ateliers de fabrication et/ou sur chantier. Selon le type de réalisation, les procédés de fabrication utilisés, l'environnement de travail est généralement bruyant.
Le chaudronnier travaille en atelier. Cependant, il peut être amené à se déplacer de plus en plus sur des chantiers pour assurer une opération de maintenance ou une modification d'un équipement. Ses horaires de travail ne sont donc pas toujours réguliers.
En fonction de l'organisation du travail et de la taille de l'entreprise, le chaudronnier peut être appelé à travailler seul ou en équipe pour des opérations manuelles ou assistées par des moyens mécaniques. L'activité nécessite le déplacement des charges, avec ou sans moyens de manutention. L'utilisation de pont roulant, chariot élévateur, palan impose des habilitations et autorisations délivrées par l'employeur. Les équipements utilisés, les matières premières mises en œuvre et les divers facteurs d'environnement exigent le respect des règles de sécurité notamment le port des équipements de protection individuels.

1. Préparer la fabrication d'un ensemble chaudronné

Définir les modes opératoires de fabrication d'un ensemble chaudronné.
Réaliser les développés d'ouvrages chaudronnées par épures et par calculs.
Contrôler des éléments et des ensembles de chaudronnerie.
Appliquer les exigences de qualité, de sécurité et de respect de l'environnement dans les activités de chaudronnerie.

2. Fabriquer les éléments d'un ensemble chaudronné

Débiter mécaniquement ou thermiquement des tôles, des tubes et des profilés.
Mettre en forme des éléments de chaudronnerie.
Appliquer les exigences de qualité, de sécurité et de respect de l'environnement dans les activités de chaudronnerie.

3. Assembler / monter un ensemble chaudronné

Redresser et anticiper des déformations.
Positionner, régler et pointer les éléments d'un ensemble chaudronné.
Souder par divers procédés usuels des joints non soumis à qualification.
Appliquer les exigences de qualité, de sécurité et de respect de l'environnement dans les activités de chaudronnerie.

TP Chaudronnier (ère) aéronautique

Niveau obtenu : CAP / BEP

Le chaudronnier aéronautique est un emploi de production contribuant à la fabrication d'un aéronef. Il conduit, de façon autonome, l'ensemble des opérations de mise en forme, appelé façonnage, de pièces primaires d'un aéronef : les cadres et les lisses de fuselage d'aéronefs, les longerons, nervures d'avions, les revêtements de carlingue, les capots moteurs. Au final, il assure le contrôle de la pièce et renseigne les dossiers de fabrication pour assurer la traçabilité de ses interventions.
A partir d'un plan de définition et en collaboration avec d'autres opérateurs, ces pièces de forme évolutive sont exécutées par combinaison de procédés d'allongement, de retreint, de roulage, de pliage, le plus souvent sur machines spécifiques mais aussi manuellement, sur outillages de forme ou « en l'air ». Le chaudronnier aéronautique forme les pièces évolutives à l'aide de techniques, d'outils et machines appropriés et spécifiques au secteur de l'aéronautique. Ces pièces sont réalisées, à l'unité ou en petites séries, à partir de tôles, profilés et tubes en alliage léger, acier inox, titane ou inconel.
Parce qu'il sait que la pièce est « avionable », c'est-à-dire qu'elle est un élément de structure de l'aéronef, le chaudronnier aéronautique apporte une attention particulière tout au long du processus de fabrication. La bonne exécution de son travail conditionne la sécurité des usagers ainsi que la fiabilité des aéronefs. Le chaudronnier aéronautique assure le respect et la responsabilité des tâches qui lui sont confiées en collaboration avec sa hiérarchie et le service contrôle.
Les opérations de formage, calibrage, redressage impliquent, en plus d'une maîtrise gestuelle, une compréhension des réactions du métal qu'il doit prévoir et ressentir, de la méthode, afin d'obtenir la forme finale de la pièce dans le respect des données techniques définies dans le dossier de fabrication.
Il assure la sécurité et la propreté à son poste de travail. Il contribue au développement durable et à la responsabilité sociale de l'entreprise en adoptant les comportements adéquats et en appliquant les règles définies.
Dans le secteur de la construction ou de la sous-traitance aéronautique, le chaudronnier travaille en station debout, en horaires réguliers, essentiellement dans des ateliers de chaudronnerie le plus souvent bruyants qui peuvent être « cloisonnés » en fonction des produits réalisés et du matériau utilisé. Dans le cadre de la maintenance, selon l'urgence, il peut intervenir directement sur l'aéronef en horaire décalé.

1. Fabriquer des pièces chaudronnées aéronautiques sur outillages de forme


Préparer et organiser son intervention de formage sur outillages de forme.
Préformer des pièces chaudronnées aéronautiques sur outillages de forme.
Régler une pièce aéronautique préformée sur outillages.
Ajuster et mettre aux cotes une pièce formée.

2. Former « en l'air » des pièces chaudronnées aéronautiques

Préparer et organiser son intervention de formage en l'air.
Former des pièces chaudronnées évolutives.
Mettre en forme des éléments chaudronnés « réglés » aéronautiques.
Ajuster et mettre aux cotes une pièce formée.

BP Serrurerie métallerie

Niveau obtenu : Bac / BP / BT

Le titualire de ce diplôme est un serrurier métallier hautement qualifié. Les bases de son métier reposent sur la transformation des métaux ferreux et non ferreux en barres mais aussi en feuilles, mais il emploie également des matériaux de synthèse (PVC) ou des matériaux composites (carbone). Il déforme ou découpe après traçage le métal à partir de plans, schémas ou pièces-modèles.
Il effectue les assemblage par divers procédés: pointage, soudage, rivetage, boulonnage.
Pour les opérations de treçage, il est amené à se servir de l'outil informatique.
.

TP Calorifugeur(se) en isolation industrielle

Niveau obtenu : CAP / BEP

A partir d'un dossier technique ou d'un relevé de cotes sur site, le (la) calorifugeur(se) en isolation industrielle conduit les différentes opérations de transformation telles que le traçage simple, le débit, le roulage, le moulurage, l'agrafage et le pliage de l'ensemble des isolants et revêtements destinés à l'isolation industrielle.
Sur site, il (elle) adapte et pose les différents isolants fibreux ou cellulaires afin d'assurer le maintien en températures positives ou négatives des tronçons de tuyauterie, des ouvrages chaudronnés et des appareillages. Il (elle) monte et ajuste ensuite les revêtements préfabriqués afin d'assurer une protection mécanique, de s'opposer à l'infiltration de l'eau et d'obtenir une présentation esthétique de l'ouvrage.
Le (la) calorifugeur(se) en isolation industrielle intervient sur des équipements industriels ; sur des travaux neufs, des modifications d'installation, des opérations de réparation ou de maintenance.
Il (elle) travaille essentiellement sur chantier et site d'exploitation à l'air libre ou sous abri, mais également en atelier. Sur site, il (elle) intervient souvent en hauteur et doit pour cela utiliser un échafaudage.
Le (la) calorifugeur(se) en isolation industrielle est placé(e) sous la responsabilité d'un chef d'équipe, un contremaître, un chef d'atelier ou chef de chantier. En fonction de l'organisation du travail et de la taille de l'entreprise, il (elle) peut être appelé(e) à travailler seul(e) (principalement en atelier) ou en équipe sur des opérations manuelles, assistées par des moyens mécaniques Il (elle) peut intervenir en atelier et/ou sur site, sur une partie ou sur la totalité du processus de fabrication. Il (elle) reçoit de son hiérarchique des instructions de travail avec schémas, croquis, plans ou autres documents techniques qu'il peut être amené à compléter par la recherche de données intermédiaires en effectuant par exemple des relevés de cotes sur site.

1. Poser des isolants en isolation industrielle

Préparer un poste de travail sur site.
Démonter un calorifuge.
Exploiter un dossier technique pour la pose d'isolants.
Débiter et poser les isolants fibreux.
Débiter, ajuster et poser les isolants cellulaires.
Confectionner un pare vapeur.


2. Fabriquer et monter des revêtements en isolation industrielle

Préparer un poste de travail sur site.
Tracer un contour de pièces planes par reproduction d'un gabarit ou par tracés géométriques simples.
Tracer l'emplacement des supports, des organes de contrôle et de régulation.
Fabriquer des éléments de revêtement d'isolation.
Assembler et monter les éléments de revêtement.
Relever des cotes sur site et les reporter sur un croquis

BAC PRO Ouvrages du bâtiment : métallerie

Niveau obtenu : Bac / BP / BT

Le titulaire de ce baccalauréat professionnel peut exercer ses activités dans différents types d'entreprises (petites ou moyennes): métallerie, serrurerie, construction métallique, enveloppe du bâtiment, façade, menuiserie métallique. Son intervention porte sur la préparation de la fabrication, sur la fabrication elle-même, sur la pose ainsi que la mise en service. Les ouvrages à réaliser sont soit des structures de bâtiment (charpentes, ossatures), soit des parties de l'enveloppe d'un bâtiment (fenêtres, portes, parties de façades), soit des ouvrages de distribution et de protection.
Pour la fabrication comme pour la pose, il peut être assisté d'une petite équipe qu'il anime.
Au sein de l'atelier, il est amené à préparer le processus de fabrication, organiser les postes de travail et répartir les tâches entre les opérateurs, réaliser en autonomie la fabrication et l'assemblage des différents composants d'un ouvrage.
Sur le chantier, il est amené à préparer le processus de mise en oeuvre, organiser la zone de travail et les moyens à mettre en oeuvre, à réaliser et conduire en autonomie l'installation complète d'un ouvrage.



.