Diplômes compatibles avec la VAE

Le niveau indiqué est celui que vous obtiendrez.

TP Animateur(trice) d'activités touristiques et de loisirs

Niveau obtenu : Bac / BP / BT

L'animateur(trice) d'activités touristiques et de loisirs propose et anime des activités de loisirs pour différents types de clients en séjour ou en excursion à la journée.
Il (elle) contribue à la conception d'animations et à l'élaboration du programme d'activités. Il (elle) accueille les vacanciers de tout âge en début de leur séjour ou d'une excursion et les informe sur la programmation des activités et assure la promotion des prestations de la structure. Il (elle) encadre des groupes lors de sorties et des animations et sollicite et valorise la participation des clients.
En respectant les règles de sécurité et la réglementation en vigueur, l'animateur(trice) d'activités touristiques et de loisirs prépare le matériel et les équipements et anime des activités loisirs en journée. Il (elle) contribue à la mise en place de soirées sur des thématiques différentes et contribue à la création d'une ambiance festive. Il (elle) accueille les vacanciers au restaurant, organise des jeux pour le public en début de soirée et participe à des spectacles.
L'animateur(trice) d'activités touristiques et de loisirs utilise l'anglais au niveau B2 du cadre européen de commun de référence pour les langues (CECR).
L'animateur(trice) d'activités touristiques et de loisirs travaille seul(e) ou au sein d'une équipe d'animateurs sous la responsabilité directe d'un responsable d'animation. Il (elle) est amené(e) à se déplacer en dehors des structures touristiques sur des petites distances.
Il (elle) est quotidiennement en contact avec la clientèle et les prestataires concernant des activités de loisirs spécifiques. Il (elle) collabore avec ses collègues de travail sur la répartition et la coordination des animations. Il (elle) utilise les technologies liées à la régie son et lumière et décor.
Il (elle) exerce son emploi dans une structure touristique sur des espaces dédiés ou en extérieur en fonction des activités proposées. Selon la taille de la structure touristique, l'animateur(trice) d'activités touristiques et de loisirs exerce son activité à temps plein ou à temps partiel, le plus souvent en tant que saisonnier. Les horaires peuvent être variables et peuvent comprendre des soirées, des week-ends et jours fériés.
La rémunération est fixe.
L'emploi demande une bonne condition physique, de l'autonomie, de la créativité, une bonne présentation.
D'autre part, la pratique de plusieurs arts culturels et la pratique d'activités sportives sont souhaitables

1. Contribuer à l'organisation activités loisirs dans un établissement touristique.
Participer à la conception des animations loisirs et du programme d'activités pour différents publics.
Coordonner des activités de loisirs proposées aux vacanciers.
Promouvoir des activités de loisirs auprès des vacanciers.


2. Animer et co-animer des activités de loisirs dans un établissement touristique.
Animer et co-animer des activités de loisirs en journée pour tous types de public.
Animer des soirées spectacle à destination de tous types de public.
Installer et exploiter le matériel lié aux activités loisirs et aux spectacles.

 

Compétences transversales de l'emploi.

Mobiliser un comportement orienté client et une posture de service en tourisme.
Appliquer les règles d'hygiène, de santé et de sécurité dans un établissement de tourisme ou de loisirs.

}

BAPAAT option Loisirs tout public dans les sites et structures d'accueil collectif

Niveau obtenu : CAP / BEP

L’assistant animateur technicien – option tout public dans les sites et structures d’accueil collectif - exerce son activité sous la responsabilité pédagogique, technique et logistique d’un animateur de niveau supérieur. Il contribue à la sécurité du public qu’il encadre.
L'activité professionnelle de l'assistant animateur s'exerce à partir d'un ou plusieurs supports techniques qui relèvent d'activités socioculturelles (jeux, activités théâtrales, image et son vidéo, image et son radio, arts et traditions populaires...) comme des activités physiques et sportives (escalade, course d'orientation, bicross, vélo tout terrain, canoë-kayak, randonnée équestre...), dans la limite des cadres réglementaires.
1- Il participe à l’encadrement de tout type de public dans une pratique de loisirs :
Il accueille et informe tous les publics au sein de sa structure.
Il organise la vie collective et développe les relations sociales.
Il conduit son animation en veillant à préserver l'intégrité physique du public.
2- Il participe à l’encadrement des activités de découverte, d’initiation et d’animation :
Il organise, encadre, anime et accompagne, dans le respect du projet d’animation global de la structure, des projets de loisirs et de développement des personnes.
3- Il participe au fonctionnement de la structure et intervient dans le projet d’activité :
Il conduit son animation dans le cadre du projet pédagogique de l’institution.
Il participe à la vie de la structure et à son développement.
Il participe à la gestion logistique, administrative et comptable du projet d'animation de la structure.
Il suit et rend compte de l'avancement du projet d'animation.
Capacités ou compétences attestées :
1
Accueillir l'usager, l’écouter, le renseigner et l’orienter.
Adapter ses actions aux caractéristiques, besoins, attentes et motivations du public.
Créer, comprendre et gérer la dynamique du groupe.
Mettre en œuvre les premiers secours.
2
Connaître et utiliser les principes de base de la pratique des activités-support.
Maîtriser et appliquer dans son intervention la réglementation des activités-support et les mesures de prévention et de sécurité associées.
Intégrer dans son intervention les caractéristiques écologiques du milieu :
- Recueillir tous types d'information sur les caractéristiques d'un site ;
- Prendre en compte et respecter l’écologie des différents milieux et grands ensembles naturels lors de la mise en place d’activités-support.
- Respecter la réglementation de protection des sites ;
Maîtriser les techniques d’orientation :
- Utiliser les supports techniques et instruments de l’orientation à lecture directe ;
- Choisir et modifier un itinéraire à partir de supports et en fonction des paramètres relevés ;
- S’orienter et progresser à l’aide de supports techniques usuels sur un itinéraire existant.
Maîtriser l'utilisation d'appareils audiovisuels : installer et utiliser des appareils d’enregistrement audiovisuel ou de diffusion dans les contextes ne nécessitant que des réglages élémentaires, des appareils d’enregistrement sonore.
Maîtriser l'utilisation de matériaux sonores : réaliser des collages, découpages, amorces de bandes sonores.
Utiliser l'éclairage et matériaux visuels : régler et utiliser des éclairages scéniques simples.
3
Se repérer dans l'environnement institutionnel et associatif relatif à la pratique de l'activité.
Repérer les partenaires de sa structure.
Comprendre les différentes missions et l'organisation de la structure.
Effectuer des opérations administratives et de comptabilité élémentaires.
Utiliser les principaux outils de bureautique : mise à jour, saisie, impression.
Recueillir les attentes des publics.
Rendre compte de son action d'animation.
}

BAPAAT option Loisirs de pleine nature

Niveau obtenu : CAP / BEP

L’assistant animateur technicien – option loisirs de pleine nature - exerce son activité sous la responsabilité pédagogique, technique et logistique d’un animateur de niveau supérieur. Il contribue à la sécurité du public qu’il encadre.
L'activité professionnelle de l'assistant animateur s'exerce à partir d'un ou de plusieurs supports techniques qui relèvent des activités socioculturelles (jeux, arts et traditions populaires, patrimoine ethnologique, activités plastiques, activités de découverte de l'environnement ...) comme des activités physiques et sportives (escalade, spéléologie, course d'orientation, vélo tout terrain, randonnée équestre...).
1- Il participe à l’encadrement de tout type de public dans une pratique de loisirs :
Il accueille et informe tous les publics au sein de sa structure.
Il organise la vie collective.
2- Il participe à l’encadrement des activités de découverte, d’initiation et d’animation :
Il organise, encadre, anime et accompagne, dans le respect du projet d’animation global de la structure, des activités de pleine nature dans un but d’épanouissement personnel du public accueilli.
3- Il participe au fonctionnement de la structure et intervient dans le projet d’activité :
Il organise son animation, en préservant l’intégrité physique du public, dans les normes et les conditions de sécurité conformes à la réglementation de l’activité, et dans le cadre du projet pédagogique de l’institution.
Il situe la nature de sa structure auprès des publics et en promeut les prestations.
Il participe à la gestion logistique, administrative et comptable du projet d'animation de la structure.
Il suit et rend compte de l'avancement d'un projet d'animation.
Capacités ou compétences attestées :
1
Comprendre et respecter les populations d'un milieu d'accueil.
Identifier les différents milieux d'accueil.
Observer et comprendre les comportements usuels des publics accueillis.
Adapter ses actions aux caractéristiques, besoins, attentes et motivations des publics.
Créer, comprendre et gérer la dynamique du groupe.
Mettre en œuvre et organiser les premiers secours.
2
Connaître et utiliser les principes de base de la pratique des activités-support.
Maîtriser et appliquer dans son intervention la réglementation des activités-support ainsi que les normes et mesures de prévention et de sécurité associées.
Intégrer dans son intervention les caractéristiques physiques du milieu :
- Utiliser des outils de mesure et de connaissance du milieu à lecture directe ;
- Interpréter un bulletin météorologique ;
- Prendre en compte les différentes manifestations d’évènements physiques de manière à évaluer l’ensemble des risques immédiats encourus et adapter les conditions de sa pratique.
Intégrer dans son intervention les caractéristiques écologiques du milieu :
- Recueillir tous types d'information sur les caractéristiques d'un site ;
- Prendre en compte et respecter l’écologie des différents milieux et grands ensembles naturels lors de la mise en place d’activités-support.
- Respecter la réglementation de protection des sites ;
- Observer et reconnaître les espèces végétales, animales, les éléments minéraux les plus courants ;
- Identifier quelques interactions homme/milieu naturel et quelques héritages culturels.
Stimuler l'observation des milieux naturels et humains et de leurs différents éléments.
Maîtriser les techniques d’orientation :
- Utiliser les supports techniques et instruments de l’orientation à lecture directe ;
- Choisir et modifier un itinéraire à partir de supports et en fonction des paramètres relevés ;
- S’orienter et progresser à l’aide de supports techniques usuels sur un itinéraire existant.
3
Se repérer dans l'environnement institutionnel et associatif relatif à la pratique de l'activité.
Repérer les partenaires de sa structure.
Comprendre les différentes missions et l'organisation de sa structure.
Effectuer des opérations administratives et de comptabilité élémentaires.
Utiliser les principaux outils de bureautique : mise à jour, saisie, impression.
Recueillir les attentes des publics.
Rendre compte de son action d'animation.
}

BP Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l'Éducation Populaire et du Sport - spécialité animateur - Mentions : 5 (cf liste dans base légale)

Niveau obtenu : Bac / BP / BT

L’animateur(trice) exerce en autonomie son activité professionnelle, en utilisant un ou des supports techniques dans le champ de la mention et dans la limite des cadres règlementaires

Il/elle est responsable de son action au plan pédagogique, technique et organisationnel.

 Il/elle assure la sécurité des tiers et des publics dont il/elle a la charge. Il/elle a la responsabilité du projet d’animation qui s’inscrit dans le projet de la structure.

Les modes d’intervention qu’il/elle développe s’inscrivent dans une logique de travail collectif et partenarial, prenant en compte notamment les démarches, d’éducation à la citoyenneté, de développement durable et de prévention des maltraitances.

 

Il/elle encadre tout type de public, dans tous lieux d’accueil ou de pratique au sein desquels il/elle met en place un projet. Pour la mention Loisirs tous publicsil/elle peut être amené(e) à diriger un accueil collectif de mineurs

Il/elle encadre des activités de découverte, d’animation et d’éducation.

Il/elle construit des progressions pédagogiques lui permettant d’encadrer des activités éducatives et d’apprentissage. Il/elle accompagne des publics dans la réalisation de leurs projets.

 

Liste des activités visées par le diplôme :

-encadrement de tout public dans tout lieu et toute structure en prenant en compte les publics et leurs contextes territoriaux de vie ;

- conception et mise en œuvre de projets d’animation ou d’activités s’inscrivant dans le projet de la structure et dans le champ de la mention ;

- mobilisation de démarches d’éducation populaire pour animer des activités dans le champ de la mention

- conduite d’actions d’animation dans le champ de la mention

- direction d’un accueil collectif de mineur (pour la mention loisirs tous publics seulement)

- accompagnement des publics dans l’utilisation du numérique dans une démarche citoyenne et participative

Capacités et compétences attestées :

Encadrer tout public dans toute structure

·         Communiquer dans les situations de la vie professionnelle

·         Prendre en compte les caractéristiques des publics dans leurs environnements dans une démarche d’éducation à la citoyenneté

·         Contribuer au fonctionnement d’une structure

 

Mettre en œuvre le projet d’animation s’inscrivant dans le projet de la structure

·         Concevoir un projet d’animation

·         Conduire un projet d’animation

·         Evaluer un projet d’animation

 

Conduire une action d’animation dans le champ de la mention ou de direction d’un accueil collectif de mineurs pour la mention Loisirs tous publics

·         Organiser gérer et évaluer les activités

·         Encadrer un groupe ou une équipe dans le cadre des activités de la mention

·         Accueillir les publics enfants et adolescents et les animateurs 

 

Mobiliser les techniques de la mention pour mettre en œuvre des activités d’animation dans le champ de la mention

·         Situer son activité d’animation dans un territoire

·         Maîtriser les outils et techniques des activités dans la champ de la mention

·         Conduire des activités d’animation

 

}

TP Conseiller(ère) médiateur(trice) en numérique

Niveau obtenu : Bac +2 / DUT / BTS

Par son expertise de la médiation et du numérique, le (la) conseiller(ère) médiateur(trice) en numérique met en œuvre des actions de médiation à destination des utilisateurs pour favoriser leur autonomie avec les pratiques, les technologies, les usages et les services numériques. Il (elle) accompagne également des entreprises locales et des acteurs territoriaux pour leur développement dans l'économie numérique.
Le (la) conseiller(ère) médiateur(trice) en numérique exerce une veille en continu auprès des organismes, des acteurs de références et sur les démarches citoyennes, en lien avec son territoire d'activité et le secteur du numérique afin de maintenir son niveau d'expertise. Il (elle) développe aussi ses compétences de conseils et d'accompagnement sur le numérique dans les usages, la technologie et les innovations. Il (elle) exerce également cette veille pour se constituer un réseau de référents, d'acteurs et de partenaires. Il (elle) mobilise l'ensemble de cette culture numérique et les connaissances acquises dans le cadre de ses activités et prestations d'accompagnement et de conseils auprès des publics, entreprises ou organismes territoriaux.
Afin de permettre l'appropriation des usages technologiques, et une utilisation adéquate de services et médias numériques, le (la) conseiller(ère) médiateur(trice) en numérique, après une analyse des besoins ou des demandes des différents clients, propose des actions de médiation : formations, débats, ateliers thématiques, manifestations, en prenant en compte des aspects réglementaires et financiers. Il (elle) utilise ou réalise des contenus pour la proposition retenue. Il (elle) communique afin d'informer ou de promouvoir l'offre de la structure. Il (elle) organise les prestations et services proposés en tenant compte des objectifs fixés. Il (elle) transmet à sa hiérarchie les indicateurs d'évaluation (taux de fréquentation, satisfaction, taux de réussite etc.) associés aux actions menées et aux services rendus.
Dans un environnement favorisant l'innovation et la fabrication numérique tel que les tiers-lieux, du type « fablab », le (la) conseiller(ère) médiateur(trice) en numérique assiste les utilisateurs dans la définition de leur(s) projet(s) dont la complexité varie en fonction du contexte, du public, des objectifs, des moyens. Le cahier des charges formalisé tient compte des contraintes techniques, budgétaires et d'un modèle économique adapté. Le (la) conseiller(ère) médiateur(trice) en numérique repère dans son réseau ou sur le territoire les contributeurs possibles et il (elle) facilite leur mise en relation. Il (elle) organise et anime des rencontres, des événements participatifs sur l'innovation et le numérique à destination du grand public ou des entreprises. Il (elle) s'assure du recueil des informations produites lors de l'animation du projet et de leur diffusion aux participants.
Il (elle) veille à l'utilisation conforme des équipements et des outils de l'environnement technique mis à disposition. En fonction des situations et des besoins, il (elle) intervient auprès de l'utilisateur sans influencer les réalisations en cours. Il (elle) fait respecter les consignes techniques, les modes opératoires et les règles de sécurité.
Le (la) conseiller(ère) médiateur(trice) en numérique est en charge de la maintenance de premier niveau du matériel et des équipements mis à disposition. Il (elle) s'assure de l'approvisionnement, de l'état de marche du matériel et des équipements afin de proposer un environnement de fabrication numérique opérationnel pour la réalisation des projets individuels, collectifs, associatifs et entrepreneuriaux. Dans le cadre de manifestations organisées à l'extérieur de la structure, il (elle) assure l'installation et le paramétrage du matériel et des équipements utilisés et assiste les utilisateurs.
Le (la) conseiller(ère) médiateur(trice) en numérique, dans le cadre d'une prestation de service ou des besoins de la structure, utilise des outils et des méthodes pour mesurer la présence numérique d'un projet d'une entreprise ou d'un territoire. La complexité du recueil d'information varie en fonction du sujet traité et du contexte. Il (elle) transmet les données à son responsable ou au groupe projet afin d'établir une représentation quantitative et qualitative des données numériques du sujet. Avec son responsable ou le groupe projet, ils élaborent des propositions d'objectifs et d'indicateurs pour établir ou améliorer la présence numérique du territoire, de l'entreprise ou du projet.
Le (la) conseiller(ère) médiateur(trice) s'assure de la présence numérique et de la qualité des relations avec les internautes au travers des outils et services numérique. Il (elle) favorise ou modère les échanges des internautes sur les plateformes et outils de diffusion. Il (elle) contribue à l'amélioration technique des outils de diffusion et d'échange. Dans le cadre d'actions collaboratives et participatives, il (elle) collecte et produit des savoirs partagés et des données ouvertes sous formes de textes, de photographies, de bases de données, d'œuvres, de créations numériques. La complexité des actions menées et la quantité de données générées dépendent de la nature des projets et du sujet : territoire, quartier, groupement d'entreprise, école, associations. Il (elle) participe à la gestion et la mise en place d'évènements conçus pour la valorisation des données obtenues.
Les conditions d'exercice de l'emploi varient en fonction des activités de la structure, selon les lieux, les établissements et les événements. Les horaires sont variables et peuvent être décalés. Les déplacements sont à prévoir lors de la mise en place de projets, de manifestations, pour la rencontre de partenaires, de clients. L'activité requiert occasionnellement le port de charges.

1. Accompagner différents publics vers l'autonomie, dans les usages des technologies, services et médias numériques

Assurer l'accueil et l'information des différents publics dans le cadre d'une structure ou lors d'une action de médiation numérique.
Etablir un programme d'actions de médiation pour faciliter l'appropriation des usages et outils numériques à destination des particuliers ou d'une entreprise ou d'un territoire.
Mettre en œuvre des actions de médiation individuelles ou collectives auprès d'utilisateurs dans un environnement numérique.
Produire des supports pédagogiques ou de communication.


2. Assister les utilisateurs dans des espaces collaboratifs et/ou de fabrication numérique

Contribuer à la définition et à l'animation de projets collaboratifs et/ou de partenariats dans un environnement numérique.
Assister techniquement différents publics et entreprises dans l'utilisation de machines et outils numériques.
Assurer la gestion et le premier niveau de maintenance du matériel numérique.


3. Collaborer à la valorisation numérique d'un territoire, d'une entreprise ou d'un projet

Mesurer la présence numérique d'un territoire, d'une entreprise ou d'un projet.
Développer et valoriser la présence numérique, d'un territoire, d'une entreprise ou d'un projet.
Favoriser la réputation et/ou la cohésion au sein d'une communauté numérique.
Produire et diffuser des savoirs et des données d'un territoire, d'une entreprise ou d'un projet.

}

BP de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport - spécialité Animation culturelle

Niveau obtenu : Bac / BP / BT

L'animateur culturel exerce son activité de manière autonome quant à sa pratique d'animation au sein de la structure ou des structures qui l'emploient. Sa responsabilité s'exerce au regard des pratiquants qu'il encadre, des collaborateurs qui participent à son action, des matériels et locaux nécessaires à la conduite de son activité. Ses prestations visent à participer à un processus global d'évolution de la personnne et à favoriser une logique de développement du lien social en facilitant l'accès à la culture partagée. Il conçoit des projets d'animation culturelle, dans le cadre du projet global de la structure et des attentes des publics.
Il participe à la mise en oeuvre de partenariats locaux dans le domaine de l'animation culturelle.
Il conduit des actions d'animation culturelle.
Il met en oeuvre des démarches permettant l'accompagnement culturel.
Il permet la mise en activité des groupes, le développement de l'expression et de la créativité.
Il soutient des projets individuels/collectifs et les pratiques culturelles amateurs.
Il encadre des groupes dans le cadre de ses animations.
Il participe à l'accueil des différents publics de la structure.
Il participe aux différentes actions de communication et de promotion de la structure et de ses activités.
Il participe à l'organisation des activités de la structure.
Il participe au fonctionnement de la structure.
Identifier le milieu, le patrimoine et les différentes formes culturelles instituées sur son territoire de référence. Identifier, analyser et prendre en compte les caractéristiques des publics accueillis, notamment leurs attitudes vis à vis des oeuvres et/ou des lieux institutionnels de la culture.
Prendre en compte les demandes et les attentes du public accueilli.
Identifier, analyser et prendre en compte les attentes et les contraintes de la structure pour élaborer, optimiser et adapter son action.
Elaborer et formaliser des projets d'animation dans le domaine culturel.
Etablir un rapport actif et critique à la culture et au patrimoine par une mise en mouvement des publics.
Elaborer et mettre en oeuvre des actions d'animation visant l'expression de la créativité par la découverte d'un support technique d'activité culturelle.
Choisir et formaliser des modalités et des outils d'évaluation.
Proposer des modalités de rencontre, de participation innovantes et adaptées aux publics.
Stimuler la curiosité, mobiliser l'intérêt pour qu'émergent des projets.
Organiser son action d'animation autour de la conduite de projets collectifs.
Accompagner et soutenir des pratiques culturelles amateurs.
Faire respecter tous les aspects réglementaires liés à l'activité.
Gérer et réguler le fonctionnement d'un groupe.
Proposer des outils de communication adaptés à la structure et à ses besoins. Promouvoir son action d'animation auprès des partenaires.
Programmer et planifier des activités de découverte, d'initiation aux activités culturelles.
Gérer le budget de son action.
Réaliser des tâches administratives courantes.
S'intégrer dans son environnement professionnel, dans une équipe de travail.
Participer à des réunions internes et externes.
Présenter le bilan de ses activités.






}

BP de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport - spécialité Loisirs tous publics

Niveau obtenu : Bac / BP / BT

L’animateur exerce en autonomie son activité d’animation, en utilisant un ou des supports techniques dans les champs socio-éducatif et socioculturel et dans la limite des cadres réglementaires. Il est responsable au plan pédagogique. Il assure la sécurité des tiers et des publics dont il a la charge. Il a la responsabilité du projet d’activité qui s’inscrit dans le projet de la structure.
1- Il encadre tout type de public dans une pratique de loisirs :
Il accueille tous les publics en situation de loisirs.
Il peut être amené à intervenir en direction d'un public particulier.
2- Il encadre des activités de découverte, d’initiation et d’animation :
Il conduit ou accompagne un projet d'animation ou d'initiation en encadrant des activités et /ou des projets collectifs.
Il encadre des activités scientifiques et techniques, des activités culturelles et d’expression et/ou des activités physiques dans une logique éducative, ludique, récréative et de découverte sans logique d’initiation et d’apprentissage.
3- Il participe au fonctionnement de la structure et à la conception d’un projet d’animation :
Il participe à l’organisation, au fonctionnement, à l’administration et la gestion financière de la structure dans le cadre du projet de cette dernière.
Il peut être amené à diriger un accueil collectif de mineurs.
Capacités ou compétences attestées :
1
Identifier, analyser et prendre en compte les caractéristiques des publics accueillis, leurs besoins et motivations, leur état de santé, leurs demandes, ainsi que les attentes et les contraintes de la structure afin d’élaborer, d’optimiser et d’adapter son action.
Prendre en charge son public : accueil, sollicitation, relation de confiance ;
S'adapter à la situation, aux aléas, aux imprévus et aux différents publics et aux contextes.
Placer les publics en situation d’acteurs dans la conduite de projet.
2
Analyser le contexte de l’action d’animation et du territoire où s’inscrit cette action. Situer son action dans le cadre de l’éducation populaire.
Identifier les différents acteurs éducatifs, culturels dans son action d’animation.
Prendre en compte les contraintes réglementaires et techniques relatives à l’action d’animation et au site d’activité.
Maîtriser les connaissances de base relatives à la pédagogie, à la psychologie, à la législation et à la réglementation, appliquées à l’animation des différents publics.
Maîtriser les fondamentaux des activités supports dans les domaines des activités scientifiques et techniques, des activités culturelles et d’expression, et des activités physiques.
Elaborer un projet pédagogique d'accueil collectif de mineurs.
Elaborer, conduire et évaluer une action d’animation dans les domaines des activités scientifiques et techniques, culturelles et d’expression, physiques, en tenant compte du contexte, des contraintes et opportunités.
Maîtriser l’utilisation du matériel technique nécessaire à son action.
Créer, proposer des situations variées et ludiques favorisant la créativité, la prise d’initiatives, la socialisation, des situations éducatives de découverte collectives et individuelles.
Adapter les situations à chacun des publics.
Faire émerger le projet des personnes et des groupes.
Faciliter et garantir la qualité de la vie collective et l’épanouissement de chaque participant.
Impliquer le public dans l’élaboration et le respect des règles de la vie collective. Organiser un dispositif d’accueil global et la vie collective d’un groupe.
Faire respecter les aspects réglementaires liés à l’activité et au milieu.
Mobiliser des connaissances pédagogiques, scientifiques et professionnelles de base pour analyser son action.
Gérer, réguler et évaluer en permanence son action.
Favoriser l’auto évaluation des pratiquants.
3
Gérer le matériel et l’utilisation des équipements.
Recenser, vérifier le bon état du matériel, son adéquation avec l’activité, les conditions d’entretien et de stockage et participer à la maintenance.
Organiser et gérer la circulation de l’information orale et écrite concernant ses activités, en interne et en externe, et promouvoir la communication nécessaire à la réussite de l’action.
Utiliser les technologies de l’information et de la communication dans les situations courantes de la vie professionnelle.
Programmer les activités de la structure, l’utilisation du matériel et des équipements.
Organiser l’intendance et la logistique d’un centre de vacances et de loisirs, et assurer la coordination pédagogique des activités.
Gérer le budget de son action.
Réaliser les tâches administratives courantes.
S’intégrer dans son environnement professionnel, dans une équipe de travail. Participer à des réunions internes et externes.
Coordonner l'action des personnes qui l'assistent, notamment dans le cadre de direction d'accueil collectif de mineurs.
Présenter le bilan de ses activités.
}

BP de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport - spécialité Pêche de loisir

Niveau obtenu : Bac / BP / BT

Le moniteur-guide de pêche de loisir exerce en autonomie son activité d’animation, en utilisant le support technique de la pêche dans la limite des cadres réglementaires. Il est responsable au plan pédagogique. Il assure la sécurité des tiers et des publics dont il a la charge. Il a la responsabilité du projet d’activité qui s’inscrit dans le projet de la structure.
1- Il encadre tout type de public dans une pratique de loisirs :
Il accompagne et encadre des publics sur les différents sites de pêche.
2- Il encadre des activités de découverte, d’initiation et d’animation :
Il anime des activités auprès de groupes ou d’individuels dans le respect des règles et des normes en vigueur, sur différents sites (rivières, lacs, plans d’eau, réservoirs …) dans le cadre d’une découverte des milieux aquatiques et d’activités de pêche.
Il initie et perfectionne aux différentes techniques de pêche et en particulier aux techniques de pêche à la mouche, au lancer et au coup, dans le respect des règles et des normes de sécurité en vigueur, et conduit un programme d’entraînement préparatoire à un premier niveau de compétition.
Il fait découvrir et explique le fonctionnement des différents écosystèmes aquatiques.
Il participe à des actions d’éducation à l’environnement.
3- Il participe au fonctionnement de la structure et à la conception d’un projet d’animation :
Il entretient des relations avec l’environnement professionnel et territorial.
Il participe à la promotion et à la gestion administrative et financière de l’activité.
Il participe à la préparation d’actions de promotion du tourisme pêche et de prestations de pêche de loisir.
Il peut être amené à participer à l’élaboration des projets de développement durable de l’activité pêche en relation avec des partenaires sur un territoire identifié, et à participer à des actions de gestion des milieux aquatiques.
Capacités ou compétences attestées :
1
Conseiller son public, en fonction des situations rencontrées, sur les techniques de pêche à utiliser, le matériel approprié, les appâts à employer etc.
Gérer et réguler le fonctionnement d’un groupe.
2
Maîtriser les différentes techniques de pêche de loisir, leur historique et leur évolution, la réglementation en vigueur ainsi que les règlements de la compétition et les rôles des techniciens de compétition.
Maîtriser les particularités relatives aux milieux aquatiques, au territoire (tradition locale, loisirs, politique de développement, partenaires potentiels, organisation territoriale, etc).
Prendre en compte les obligations légales et de sécurité.
Utiliser une ou des activités ayant pour support un ou des milieux aquatiques donnés dans le cadre d’un projet éducatif, touristique ou social : identifier et choisir les différents lieux de pêche en fonction des réglementations en vigueur, des périodes, des poissons désirés, des caractéristiques et attentes du public, des autres usagers du site.
Elaborer des projets d’animation de tourisme pêche et de prestation de pêche de loisir.
Elaborer une progression pédagogique et mettre en place des situations adaptées.
Choisir et formaliser des modalités et des outils d’évaluation du projet.
Appréhender un site support de pêche dans ses fonctionnements et les éléments remarquables de son écosystème, susceptible de constituer des supports d’éducation à l’environnement.
Gérer la logistique de son activité, et produire les outils nécessaires.
Elaborer des fiches des sites de pêche identifiant une cartographie, les moyens d’accès en toute sécurité, les catégories de public pouvant y avoir accès, les moyens d’encadrement adaptés et les procédures de sécurité, ainsi que le matériel et accessoires de pêche et de sécurité nécessaires.
Faire découvrir, expliquer et faire respecter les éléments de la culture de l’activité (rapport homme/milieu, fragilité des écosystèmes, discrétion, observation, etc).
Sensibiliser le public au respect des écosystèmes.
Adapter le programme d’activités aux individus, aux groupes, en fonction du temps, des niveaux d’aptitude de chaque membre, des circonstances exceptionnelles (crues, pluie …).
Conseiller le public sur les postes de pêche en fonction du poisson désiré, du type de milieu aquatique, du temps, de la période ou du moment de pêche, de la classification du lieu, de la réglementation et des traditions locales.
3
Informer sur les activités et manifestations locales.
Organiser et gérer la circulation de l’information orale et écrite concernant ses activités, en interne et en externe, et promouvoir la communication nécessaire à la réussite de l’action.
Utiliser les technologies de l’information et de la communication dans les situations courantes de la vie professionnelle, les outils bureautiques, des supports multimédias.
Assurer une veille informative sur les pratiques et les évolutions dans son secteur. Constituer et gérer une documentation.
S’intégrer dans son environnement professionnel, dans une équipe de travail. Participer à des réunions internes et externes.
Présenter le bilan de ses activités.
Contribuer à l’étude de l’offre d’activités de la structure employeur.
Promouvoir son action d’animation auprès des partenaires.
Intégrer son action dans un programme préétabli en partenariat avec des organismes de tourisme, des organisations de pêche, des comités d’entreprise.
S’intégrer dans un réseau de partenaires de la filière pêche, de la filière tourisme et de développement local.
}

BP de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport - spécialité Techniques de l'information et de la communication

Niveau obtenu : Bac / BP / BT

L’animateur technique de l’information et de la communication exerce en autonomie son activité d’animation, en utilisant un ou des supports techniques dans la limite des cadres réglementaires. Il est responsable au plan pédagogique. Il assure la sécurité des tiers et des publics dont il a la charge. Il a la responsabilité du projet d’activité qui s’inscrit dans le projet de la structure.
1- Il encadre tout type de public dans une pratique de loisirs :
Il accueille et initie tout public à la pratique des TIC.
2- Il encadre des activités de découverte, d’initiation et d’animation :
Il conduit et évalue un projet d’animation, d’initiation aux techniques de l’information et de la communication en utilisant le matériel adéquat, dans le cadre du projet global et des objectifs de sa structure, et compte tenu du public visé.
Il initie le public à l’utilisation du matériel, des logiciels, des supports de réseaux jusqu’à l’acquisition de l’autonomie technique.
3- Il participe au fonctionnement de la structure et à la conception d’un projet d’animation :
Il participe à l’accueil, à l’orientation et à l’information du public dans la structure.
Il optimise l’utilisation du matériel, son adéquation avec l’activité et les conditions d’entretien et de stockage, en regard des normes en vigueur.
Il peut participer à l’organisation du fonctionnement, à l’administration et à la gestion financière de la structure.
Capacités ou compétences attestées :
1
Identifier, analyser et prendre en compte les caractéristiques des publics, ses besoins et potentiels, les attentes et les contraintes de la structure afin d’optimiser et d’adapter son action.
Gérer et réguler le fonctionnement du groupe.
2
Intégrer son action dans le contexte de la socialisation et de l’accès aux techniques de l’information.
Maîtriser les connaissances scientifiques nécessaires dans le domaine des TIC. Maîtriser les connaissances de base dans le domaine de la pédagogie appliquée aux TIC et les connaissances de base d’apprentissage adaptées aux activités de communication et d’information.
Maîtriser les outils techniques : la logique de fonctionnement des produits usuels dans les domaines du traitement du son, du texte, de l’image et de leur diffusion. Réaliser un site Internet.
Concevoir, conduire et évaluer un programme, une séance d’initiation à l’utilisation du traitement de texte et à l’utilisation de l’Internet, pour un public visé.
Gérer la logistique de son activité, et produire les outils nécessaires.
Choisir et formaliser des modalités et des outils d’évaluation du projet.
Aménager l’espace de réalisation de l’activité avec le souci de la sécurité du public.
Appliquer les obligations en matière de respect de droit de la communication et de la publication, de respect de la loi informatique et liberté.
Faire respecter les règles techniques, les règles de l’éthique de l’utilisation de l’Internet et celles de sécurité.
Utiliser des méthodes participatives et des mises en situation.
Veiller au développement de l’autonomie des publics.
Expliciter les techniques utilisées.
Proposer des solutions techniques pour répondre aux difficultés repérées. Théoriser sa pratique.
3
Coordonner l’action de personnes qui l’assistent.
Assurer la maintenance de premier niveau et la mise à jour du matériel informatique nécessaire à son action.
Assurer une veille informative sur les pratiques et les évolutions dans son secteur. Constituer et gérer une documentation.
Utiliser l’anglais informatique.
Organiser et gérer la circulation de l’information orale et écrite concernant ses activités, en interne et en externe, et promouvoir la communication nécessaire à la réussite de l’action.
Programmer, planifier et gérer des activités, la répartition des participants, l’utilisation du matériel et des équipements, les achats de consommables. Gérer les stocks. Choisir du matériel technique.
Gérer le budget de son action. Estimer le coût d’une prestation.
Réaliser les tâches administratives courantes.
S’intégrer dans son environnement professionnel, dans une équipe de travail.
Participer à des réunions internes et externes.
Présenter le bilan de ses activités.
}

Licence Professionnelle Métiers de l'animation sociale, socio-éducative et socio-culturelle

Niveau obtenu : Bac +3 ou +4

Ce professionnel de l’intervention sociale, construit son intervention à partir des besoins des publics, il met en œuvre une démarche de  diagnostic et d’analyse de problématiques sociales, il met en place, anime, coordonne des dispositifs.

En réponse à l’ensemble des besoins évalués, l’intervenant social conçoit son intervention sur la base de projets dont l’évaluation déterminera la pérennité ou non. Pour conduire ses actions collectives, il développe des partenariats sur lesquels il s’appuie car  ses activités s’exercent au-delà de la structure qui l’emploie. Son positionnement de cadre intermédiaire l’amène à coordonner des équipes et des activités dans le cadre d’objectifs déclinés dans le projet mis en œuvre.

En tant que généraliste, le professionnel de l’intervention sociale, il identifie et analyse le contexte d’intervention (ressources et contraintes) ;construit une réponse aux besoins et aux demandes sur un mode participatif ; conçoit, coordonne et favorise ou met en œuvre des projets; valorise les acteurs et les actions mises en œuvre ; évalue les actions menées et recherche la pérennisation des modes d’intervention jugés pertinents.

En tant que spécialiste d’une technique et/ou d’un public ciblé (enfants, adolescents, familles,…), il propose des activités spécifiques adaptées aux attentes du public en vue de développer les potentialités de chacun.
Ce professionnel conçoit et mène des interventions sociales dans des modalités les plus variées allant  de la prise en charge des loisirs à l'accompagnement social et éducatif, en passant par toutes les situations de médiation sociale et culturelle. Il intervient dans le cadre de dispositifs légaux.
Ses qualités relationnelles lui permettent d’établir des relations, à travailler avec des partenaires privés ou décideurs publics  appartenant à des secteurs parfois fortement différenciés : le social, l’économique, l’éducatif, le judiciaire, le culturel, l’urbain, le politique… Il a une très bonne connaissance des caractéristiques de ses interlocuteurs, de leurs langages, de leurs stratégies et techniques d’intervention.

  • Maîtriser les méthodes et techniques en ingénierie de projet
  • Maîtriser le travail en réseau et le partenariat avec l’ensemble des acteurs locaux publics et/ou privés sur un territoire déterminé
  • Concevoir, mettre en œuvre et gérer des projets d’action sociaux et socioculturels locaux
  • Faire émerger la créativité et la participation du public dans les projets d’action locaux.
}

MASTER Éducation et formation

Niveau obtenu : Bac +5 et plus

Adapter son enseignement à la diversité des publics scolaires.

- Traduire sous forme de leçons, exercices, un savoir théorique.

- Appréhender des techniques, des formules ou des méthodes d'enseignement.

- Concevoir et préparer le travail à réaliser en classe (recherche documentaire, contenu d'enseignement...).

- Transmettre un savoir théorique et donner des méthodes pour l'acquérir.

- Evaluer le niveau d'acquisition des connaissances des élèves.

- Animer des projets en ouvrant, avec d'autres professeurs

Concevoir et préparer le travail à réaliser en classe (recherche documentaire, contenu d'enseignement...).

- Connaître les applications pédagogiques du matériel informatique et audiovisuel

- Maitriser le niveau C2 d’une langue étrangère

}

MASTER Métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation (MEEF), 2nd degré (fiche nationale)

Niveau obtenu : Bac +5 et plus

- Conception, préparation et organisation de situations d’apprentissage dans les disciplines enseignées à en collège et/ou en lycée à partir des instructions officielles définies par le Ministère de l’Education nationale 

- Animation et gestion d'un groupe d'élèves

- Mise en œuvre et évaluation de situations d’apprentissage

- Appartenance et participation au fonctionnement d’une équipe éducative (chef d’établissement, autres enseignants, conseillers pédagogiques…)

- Création et entretien de liens avec les parents et les partenaires l’EPLE (collectivité territoriale, associations…)

- Organisation d'évènements, de sorties en respect de la règlementation en vigueur

- Faire partager les valeurs de la République

- Inscrire son action dans le cadre des principes fondamentaux du système éducatif et dans le cadre réglementaire de l'école

- Connaître les élèves et les processus d'apprentissage

- Prendre en compte la diversité des élèves

- Accompagner les élèves dans leur parcours de formation

- Agir en éducateur responsable et selon des principes éthiques

- Maîtriser la langue française à des fins de communication

- Utiliser une langue vivante étrangère dans les situations exigées par son métier

- Intégrer les éléments de la culture numérique nécessaires à l'exercice de son métier

- Coopérer au sein d'une équipe

- Contribuer à l'action de la communauté éducative

- Coopérer avec les parents d'élèves

- Coopérer avec les partenaires de l'école

- S'engager dans une démarche individuelle et collective de développement professionnel

- Maîtriser les savoirs disciplinaires et leur didactique

- Maîtriser la langue française dans le cadre de son enseignement

- Construire, mettre en œuvre et animer des situations d'enseignement et d'apprentissage prenant en compte la diversité des élèves

- Organiser et assurer un mode de fonctionnement du groupe favorisant l'apprentissage et la socialisation des élèves

- Évaluer les progrès et les acquisitions des élèves- Maîtriser les connaissances et les compétences propres à l'éducation aux médias et à l'information

- Mettre en œuvre la politique documentaire de l'établissement qu'il contribue à définir

- Assurer la responsabilité du centre de ressources et de la diffusion de l'information au sein de l'établissement

- Contribuer à l'ouverture de l'établissement scolaire sur l'environnement éducatif, culturel et professionnel, local et régional, national, européen et international

 

- Identifier les usages numériques et les impacts de leur évolution sur le ou les domaines concernés par la mention

- Se servir de façon autonome des outils numériques avancés pour un ou plusieurs métiers ou secteurs de recherche du domaine

- Mobiliser des savoirs hautement spécialisés, dont certains sont à l’avant-garde du savoir dans un domaine de travail ou d’études, comme base d’une pensée originale

- Développer une conscience critique des savoirs dans un domaine et/ou à l’interface de plusieurs domaines

- Résoudre des problèmes pour développer de nouveaux savoirs et de nouvelles procédures et intégrer les savoirs de différents domaines

- Apporter des contributions novatrices dans le cadre d’échanges de haut niveau, et dans des contextes internationaux.

- Conduire une analyse réflexive et distanciée prenant en compte les enjeux, les problématiques et la complexité d’une demande ou d’une situation afin de proposer des solutions adaptées et/ou innovantes en respect des évolutions de la règlementation

- Identifier, sélectionner et analyser avec esprit critique diverses ressources spécialisées pour documenter un sujet et synthétiser ces données en vue de leur exploitation

- Communiquer à des fins de formation ou de transfert de connaissances, par oral et par écrit, en français et dans au moins une langue étrangère,

- Gérer des contextes professionnels ou d’études complexes, imprévisibles et qui nécessitent des approches stratégiques nouvelles

- Prendre des responsabilités pour contribuer aux savoirs et aux pratiques professionnelles et/ou pour réviser la performance stratégique d'une équipe

- Conduire un projet (conception, pilotage, coordination d’équipe, mise en œuvre et gestion, évaluation, diffusion) pouvant mobiliser des compétences pluridisciplinaires dans un cadre collaboratif

- Analyser ses actions en situation professionnelle, s’autoévaluer pour améliorer sa pratique dans le cadre d'une démarche qualité

- Respecter les principes d’éthique, de déontologie et de responsabilité environnementale.

}

Licence Professionnelle Protection et valorisation du patrimoine historique et culturel

Niveau obtenu : Bac +3 ou +4

Ce professionnel des métiers de la culture pour le développement territorial occupe une fonction d'interface entre ingénierie de développement et politiques d'aménagement. Il intervient dans toutes les activités de secrétariat général, d'organisation et dans les relations interprofessionnelles. Il participe aux séances de travail entre partenaires, il assure la coordination entre les porteurs d'action et leurs financeurs, entre les acteurs du pôle développement et ceux du pôle aménagement. Il intervient dans la gestion des ressources humaines, matérielles et financières de l'entreprise culturelle et dans la définition des objectifs de développement et des stratégies afférentes, dans l'expertise des projets, leur mise en oeuvre effective. Il gère, administre, observe, communique et sert de médiateur.

Ce professionnel doit être capable de comprendre les enjeux et la complexité du secteur culturel dans ses différents domaines. Il a assimilé les principes de l'ingénierie culturelle : l'information préalable nécessaire (environnement global, contraintes réglementaires), les logiques de choix et de décision, les opérations et leur ordre d'exécution. Il sait articuler le souhaitable et possible. il est capable de :

  • - gérer un projet d'aménagement de structures culturelles
  • - gérer des projets de développement d'actions culturelles
  • - gérer des évènements culturels
  • - gérer du patrimoine culturel
  • - administrer des structures productrices d'actions culturelles, dans le respect des réglementations
  • - identifier de nouvelles formes artistiques ou de nouveaux usages patrimoniaux
  • - répondre à un appel d'offre ou une commande publique et établir un rendu d'étude
  • - monter un projet chiffré
  • - assurer la médiation et la coordination dans le montage d'actions et de structures, entre les acteurs de la production artistique ou de la valorisation patrimoniale (développeurs), et les politiques, financeurs publics ou privés (aménageurs) par la connaissance des logiques, des pratiques et des contraintes spécifiques aux uns et aux autres ; à ce titre il a développé des compétences d'argumentation et de persuasion.
}

MASTER Mention Histoire de l'Art

Niveau obtenu : Bac +5 et plus

La mention Histoire de l'art est composée de 7 parcours :
Histoire de l'art
Histoire de l'art (dual degree Columbia - étudiants de Paris 1) (- étudiants de Columbia)
Histoire de l’art / Philosophie
Histoire de l’architecture
Marché de l'Art  
Cinéma, télévision et nouveaux médias
Histoire du cinéma

Les diplômés de la mention Histoire de l'art sont aptes à :
Contribuer à l'accroissement des connaissances dans son champ disciplinaire en menant des travaux de recherche, des chantiers scientifiques sur de nouvelles problématiques de l'histoire de l'art.
Valoriser et diffuser les résultats auprès de la communauté scientifique, d'institutionnels et d'entreprises.
Communiqueer clairement des conclusions par le biais de mémoires, publications et exposés oraux
Pouvoir diriger une équipe ou un service et en gérer le budget
Pratiquer des langues contemporaines et parfois anciennes.

• Parcours Histoire de l'art
Les diplômés sont aptes à :
Superviser et mettre en oeuvre la politique et les actions de conservation, d'étude, d'enrichissement, de mise en valeur et de diffusion des patrimoines culturels, selon la réglementation et la politique culturelle de la structure.
Contribuer à l’organisation et à la mise en œuvre des politiques patrimoniales au niveau local et institutionnel.
Gérer,  proteger, réhabiliter, valoriser le patrimoine culturel dans les musées ou dans les collectivités territoriales.
élaborer un  projet culturels, constituer et mobiliser un réseau afin de dynamiser un territoire.
Mettre en place la documentation adaptée à la médiation dans le cadre d’expositions temporaires des musées, centres d’art, médiathèques mais aussi des études ou des galeries.

• Parcours Histoire de l'art (dual degree Columbia - étudiants de Paris 1) (- étudiants de Columbia)
Les diplômés sont aptes à :
Superviser et mettre en oeuvre la politique et les actions de conservation, d'étude, d'enrichissement, de mise en valeur et de diffusion des patrimoines culturels, selon la réglementation et la politique culturelle de la structure.
Gérer,  proteger, réhabiliter, valoriser un patrimoine culturel dans les musées ou dans les collectivités territoriales.
élaborer un  projet événementiel, constituer et mobiliser un réseau afin de dynamiser un territoire.
Mettre en place la documentation adaptée à la médiation dans le cadre d’expositions temporaires des musées, centres d’art, médiathèques mais aussi des études ou des galeries.

• Parcours Histoire de l’art/Philosophie
Les diplômés sont aptes à :
Superviser et mettre en oeuvre la politique et les actions de conservation, d'étude, d'enrichissement, de mise en valeur et de diffusion des patrimoines culturels, selon la réglementation et la politique culturelle de la structure.
Gérer,  proteger, réhabiliter, valoriser un patrimoine culturel dans les musées ou dans les collectivités territoriales.

• Parcours Histoire de l’architecture
Les diplômés sont aptes à :
réaliser des études architecturales et urbaines
Valoriser et diffuser les résultats de sa recherche auprès de la communauté scientifique, d'institutionnels et d'entreprises.
élaborer un  projet événementiel, constituer et mobiliser d’un réseau afin de dynamiser un territoire.
Contribuer à l’organisation et à la mise en œuvre des politiques patrimoniales au niveau local et institutionnel.

• Parcours Marché de l'Art
Les diplômés sont aptes à :
Suivre le mouvement des œuvres dans la logique d'une vente aux enchères (statut du mandat donné par le vendeur au commissaire, différentes étapes de la vente, délivrance de l'œuvre à l'acheteur).
Rédiger les clauses juridiques des contrats du marché de l’art (ventes aux enchères, ventes de gré à gré, contrats entre artistes et galeries, entre artistes et acheteurs, contrats d’exposition, etc.).
Conseiller les entreprises et les artistes sur les questions de droit d’auteur liées au marché de l’art.
Conseiller les entreprises et les artistes sur les questions de droit de la responsabilité et de droit des assurances appliqués au marché de l’art.
Conseiller les entreprises et les artistes sur la fiscalité de l’art.
Conseiller les entreprises et les artistes dans le déroulement des procédures relatives aux litiges du marché de l’art.
Veiller à la défense des intérêts des entreprises et à la protection des artistes.
Informer les professionnels sur l’évolution des dispositions législatives en vigueur relatives au marché de l’art (veille juridique).
Identifier l’organisation du marché de l’art et les règles sociales applicables dans les différentes composantes de ce marché (ventes aux enchères, rôle et statut des experts, des galeristes, des antiquaires, des collectionneurs, etc.)
Analyser les données économiques du marché de l'art (mouvement nationaux et internationaux annuels, part respective des différents marchés, répartition entre les types d'œuvres, rôle et puissance des différentes structures commerciales, etc.).
Cerner le fonctionnement des galeries et des maisons de vente aux enchères, leur gestion et leurs relations internes et externes.
Analyser un bilan financier et maîtriser les dimensions financières d'une opération de vente.
Réaliser le lancement d'une opération dans toutes ses dimensions de marketing (de l'analyse initiale du marché à la conduite du projet).
Réaliser un plan de communication relatif aux opérations du marché de l’art : choix du mode de publicité, rédaction des catalogues, diffusion de l’information, site internet.
Convaincre un interlocuteur de donner mandat à la société de vente pour que celle-ci réalise l’opération, soit dans une situation inverse d'acquérir l'objet en vente.
Identifier et étudier des objets et des meubles d’une manière stylistique et chronologique
Connaître le renouvellement des pratiques, des définitions, des grilles d’interprétation et d’évaluation de l’art, spécialement de l’art du second après-guerre à nos jours.

• Parcours Cinéma, télévision et nouveaux médias
Les diplômés sont aptes à :
se positionner sur comme auteur et/ou en tant que cadre capable de créer et de détecter les programmes destinés notamment aux chaînes de télévision.
évaluer les problèmes de production que soulèvent les différents types d'écriture et sur la commercialisation des oeuvres ainsi produites.

• Parcours Histoire du cinéma
Les diplômés sont aptes à :
rechercher et analyser des archives pour les documentaires historiques au cinéma ou à la télévision
écrire, réaliser et produire des documentaires
conserver, restaurer et valoriser le patrimoine cinématographique (programmation en salle, festivals, édition DVD/VOD, etc.)

Capacités attestées :

Un diplômé en master mention Histoire de l’art dispose des connaissances et compétences suivantes :
Connaissances :
- Connaissance des productions matérielles et artistiques des principales périodes de l’histoire de l’humanité (de la Préhistoire au XXIe siècle), des systèmes techniques de production et des modes de création artistique.
- Connaissance approfondie d’au moins une aire chrono-culturelle spécifique ou d’un type d’objet avec ses méthodes d’analyse propres.
- Connaissance des modèles théoriques d’interprétation des œuvres d’art et de la culture matérielle, ainsi que des méthodes et problématiques propres à chaque branche de la discipline : approches technique, stylistique, iconographique, sémiologique, esthétique, connaissance du marché de l’art, etc.
- Connaissance générale du cadre historique et culturel des grandes civilisations européennes (Antiquité, Moyen âge, Temps modernes, époque contemporaine) en relation avec les enseignements de la discipline.
- Connaissance élargie du champ disciplinaire des sciences sociales et humaines.
Compétences :
- Maîtrise des outils de collecte de l’information relative à la discipline : catalogues de musée, inventaires thématiques, instruments bibliographiques, y compris les outils numériques.
- Maîtrise des méthodes de description des objets, œuvres d’art ou productions bâties et urbaines au moyen du vocabulaire spécifique.
- Capacité à définir les circonstances (intellectuelles, esthétiques, idéologiques, politiques, sociales et matérielles) et à saisir les enjeux (notamment politiques et institutionnels) de la création des objets, œuvres d’art ou productions bâties et urbaines.
- Aptitude à articuler l’étude des objets/œuvres/bâtiments en relation avec des approches théoriques : capacité à définir des problématiques complexes et à analyser des informations issues de sources différentes, capacité à exercer un esprit critique vis-à-vis des interprétations existantes et de ses propres résultats.
- Capacité à travailler individuellement et en équipe, compréhension de l’environnement de travail et engagement éthique dans l’exercice de sa profession (enjeux disciplinaires et sociétaux de la discipline), faculté d’adaptation.
- Maîtrise active de la langue française, à l’écrit et à l’oral, et connaissance d’au moins une langue vivante étrangère. Aptitude à comprendre le savoir existant et à communiquer le savoir produit en s’adaptant à des publics de niveaux différents (scientifique et vulgarisation).
- Capacité à utiliser un environnement numérique dans la recherche, la production et l’exposition des connaissances.
- Capacité à développer un projet personnel et professionnel.
- Capacité à poursuivre l’apprentissage de manière autonome pour approfondir et développer ses connaissances et ses compétences tout au long de la vie.

Et plus spécifiquement pour les parcours  Histoire du cinéma et Cinéma, télévision et nouveaux médias :
- Capacité à travailler sur les archives cinématographiques et audiovisuelles
- Capacité à saisir les enjeux du patrimoine cinématographique et de la création documentaire
- Gestion de projet (recherche de financement, montage des dossiers de subventions, production) et notions de stratégies globales (communication, stratégie et management des médias traditionnels et des nouveaux médias).
-  Management, communication et stratégie dans les médias et les nouveaux médias.

Et plus spécifiquement pour le parcours Marché de l’art (commun à la mention Droit des affaires, mention Droit de l’entreprise, mention Droit privé)
Les diplômés sont capable de :
Connaitre et d'appliquer les règles relatives à l'ensemble des professions du marché de l'art : statut des opérateurs de vente, statut des experts, règles relatives à l’authentification des œuvres, réglementation de l'exportation des biens culturels, passage en douanes, lutte contre les trafics illicites, restitution des trésors nationaux, etc.
Connaitre et d'appliquer les règles du droit des contrats relatives au marché de l’art (nullité de la vente d’œuvre d’art pour erreur ou dol, exécution du contrat de vente)
Connaitre et d'appliquer les règles du droit d’auteur relatives au marché de l’art (types d’œuvres protégées, droit moral, droit de reproduction, droit de représentation notamment sous forme de droit d’exposition, droit de suite, contrefaçon et faux).
Connaitre et d'appliquer les différentes règles fiscales et financières applicables au marché de l'art ( TVA à l'importation, TVA des ventes aux enchères, TVA pour les ventes amiables des antiquaires, plus-value de cession , régime des donations et des dations, droits de douane).
Connaitre et d'appliquer les règles relatives à la responsabilité des professionnels du marché de l’art.
Connaitre et d'appliquer les règles en matière d'assurance des œuvres d'art.
Connaissances approfondies en histoire de l’art, particulièrement en ce qui concerne l’art postérieur à la Seconde Guerre Mondiale.
Connaissances approfondies en économique et gestion de l’art.

Et plus spécifiquement pour les doubles diplômés en Droit et en Histoire de l’art :
Identifier les différentes étapes de l’obligation (de la circulation -cession de créance, délégation- à l’extinction).
- Cerner les conditions du régime général des groupements privés et de l’administration centrale ou locale (police administrative, service public, actes juridiques, contrôle juridictionnel).
- Assurer une veille sur le droit public du patrimoine immobilier (monuments historiques, espaces protégés, archéologie) et mobilier (collections publiques, objets protégés, trésors nationaux), le droit des sûretés réelles (hypothèques, gage) et des sûretés personnelles
- Cerner les obligations et les moyens des entreprises commerciales.
- Fournir une réflexion sur les institutions et politiques culturelles, sur la place de l’art, et sur celle du marché de l’art dans le monde contemporain.

}

LICENCE Licence Musicologie (fiche nationale)

Niveau obtenu : Bac +3 ou +4

- Enseignement des éléments théoriques et pratiques dans les domaines de l'écriture musicale, de la formation de l'oreille, la pratique d'un instrument et le chant choral

- Analyse de corpus musical

- Evaluation  de l'interprétation d'une œuvre

- Lecture et interprétation vocale et instrumentale des œuvres musicales en groupe ou individuelles

- Direction et accompagnement d’un ensemble

- Composition et écriture de la partition d'une œuvre musicale

- Adaptation d’une œuvre musicale existante

- Conception, organisation et commercialisation d’un programme culturel

- Elaboration des dossiers de demande de subvention

- Animation d’équipes

- Utilisation de documents musicologiques dans une langue étrangère

- Usage des logiciels de musique assistée par ordinateur

- Mobiliser une culture artistique et les principales méthodes pour étudier les phénomènes musicaux.

- Identifier les principales pratiques du passé et contemporaines : évolution des formes et des genres, histoire des institutions, des lieux, des formations et du répertoire.

- Mobiliser une réflexion théorique et critique portant sur les phénomènes musicaux (littérature, esthétique, philosophie de l’art, histoire de l’art, sociologie de l’art, anthropologie, psychanalyse…) pour définir des problématiques d’étude.

- Apprécier les démarches et pratiques disciplinaires et interdisciplinaires pour appréhender la dimension auditive des créations musicales.

- Identifier l’actualité des problématiques disciplinaires et leurs évolutions selon une réflexion prospective.

-  Utiliser des méthodes d’écoute des paramètres du son adaptées au travail de description, de commentaire et d’analyse.

- Disposer d’une expérience personnelle de pratique musicale

-  Organiser des ressources documentaires spécialisées, (sites, bases de données, ressources numériques, archives) ainsi que les modalités d’accès.

-  Identifier et mobiliser la terminologie descriptive et critique développée en France et à l’étranger pour commenter les phénomènes musicaux.

-  Repérer l’organisation institutionnelle, administrative et associative de la musique en France et à l’étranger.

 

 

- Utiliser les outils numériques de référence et les règles de sécurité informatique pour acquérir, traiter, produire et diffuser de l’information ainsi que pour collaborer en interne et en externe.

- Identifier, sélectionner et analyser avec esprit critique diverses ressources dans son domaine de spécialité pour documenter un sujet et synthétiser ces données en vue de leur exploitation.

- Analyser et synthétiser des données en vue de leur exploitation.

- Développer une argumentation avec esprit critique.

- Se servir aisément des différents registres d’expression écrite et orale de la langue française.

- Communiquer par oral et par écrit, de façon claire et non-ambiguë, dans au moins une langue étrangère.

- Identifier et situer les champs professionnels potentiellement en relation avec les acquis de la mention ainsi que les parcours possibles pour y accéder.  

- Caractériser et valoriser son identité, ses compétences et son projet professionnel en fonction d’un contexte.  

- Identifier le processus de production, de diffusion et de valorisation des savoirs.

- Se situer son rôle et sa mission au sein d'une organisation pour s’adapter et prendre des initiatives. 

- Respecter les principes d’éthique, de déontologie et de responsabilité environnementale.

- Travailler en équipe et en réseau ainsi qu’en autonomie et responsabilité au service d’un projet.

- Analyser ses actions en situation professionnelle, s’autoévaluer pour améliorer sa pratique.

 

Dans certains établissements, d'autres compétences spécifiques peuvent permettre de décliner, préciser ou compléter celles proposées dans le cadre de  la mention au niveau national.Pour en savoir plus se reporter au site de l'établissement.

 

}

MASTER Arts Plastiques

Niveau obtenu : Bac +5 et plus

-    Création artistique
-    Production artistique
-    Animation culturelle
-    Médiation culturelle
-    Gestion de projet culturel
-    Analyse et critique de pratiques et d’œuvres
-    Enseignement artistique

- concevoir et gérer des projets culturels innovants dans l’art contemporain avec les institutions culturelles
- Organiser une production artistique ayant un caractère prospectif et expérimental s’appuyant sur des initiations techniques spécifiques et innovantes incluant les arts visuels et sonores et le design graphique.
- Assurer une médiation culturelle et organiser des évènements autour de l’art contemporain (expositions, animations) en s’adaptant à un public varié
- Elaborer des outils et évaluer des programmes de médiation : Animation d’ateliers, visites autour de l’art contemporain au sein de diverses structures et évènements culturels  (galerie, musées, festivals…)
- Développer une pratique artistique personnelle et pouvoir débattre sur sa démarche artistique
- Produire et/ou diffuser des productions de l’art, du design et des nouveaux médias
- Articuler théorie de l’art et pratiques plastiques au travers de projets artistiques

- Analyser des œuvres et pratiques artistiques et proposer une observation critique en faisant appel à des connaissances de haut niveau en théorie, histoire et esthétique de l'art contemporain
- Rendre compte du développement de l’art contemporain par des productions écrites et orales diversifiées, ou par des productions plastiques : écrits historiques, théoriques ou critiques, commissariat d’exposition ou de manifestation culturelle, collaboration active à des activités artistiques et culturelles
- Connaitre le fonctionnement du milieu de l’art contemporain (acteurs, institutions)
- Comprendre les enjeux et les influences des pratiques artistiques contemporaines
- Contextualiser une œuvre
- Documenter et thématiser une archéologie et une histoire des médias
- Conduire un projet de recherche sur une problématique liée au domaine de l’art contemporain en orientant la réflexion de façon pluridisciplinaire-
- Mener des recherches en favorisant les échanges et les coopérations avec les artistes, les professionnels, les laboratoires, écoles d’art
- Conduire un projet de recherche alliant théorie et pratique

}

MASTER Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation (MEEF), encadrement éducatif

Niveau obtenu : Bac +5 et plus

Ce Master comprend 2 parcours-types :

- Conseiller Principal d’Education (CPE)
- Cadre de l’éducation (CED)

 

Le master MEEF encadrement éducatif est un master à vocation professionnelle qui a pour objectif la formation des étudiants au métier de conseiller principal d'éducation et au métier de cadre en éducation. Cette mention propose deux parcours selon les métiers visés. Elle vise à articuler la formation des étudiants en lien avec les impératifs des concours qu’ils préparent pour certains, et la réalité des terrains qu’ils vont côtoyer qui exigent une amélioration significative des espaces de collaborations entre les différents acteurs éducatifs. Le morcellement de l’encadrement éducatif des adolescents, en particulier des plus à la marge qui accumulent souvent les difficultés sociales, familiales et scolaires, la distance entre les publics scolaires et les exigences de l’école dans certains territoires, nécessite une prise en charge significative et coordonner qui passe aussi par une amélioration de la cohérence de leurs dispositifs de formation, soucieuse du respect des identités professionnelles de chacun. 

Pour les CPE, le professionnel pourra prendre en responsabilité un service de vie scolaire (direction d’équipe, accompagnement des personnels). Il sera en mesure d’assurer le suivi et l’accompagnement des élèves, l’animation socio-éducative, de mettre en œuvre des dispositifs de prévention, de concevoir ou de s’inscrire dans un travail d’équipe et en collaboration avec des partenaires divers dont les familles.

Pour les Cadres en éducation, le détenteur du diplôme exerce dans le champ de l’éducation, du social et du socioculturel, sur des postes de coordinateur de dispositifs et de programmes éducatifs, de chargé de mission dans les collectivités locales et territoriales sur des questions de réussite éducative et de prise en charge de publics difficiles. Il peut exercer dans des structures socioéducatives de type Maison de Jeunes et de la Culture, Centre social, Maison de quartier, dans des services municipaux en charge de la Politique de la ville, de la jeunesse ou de l’éducation.

Pour les CPE, en référence au B.O. du 25 juillet 2013 :
Compétences communes à tous les professeurs et les personnels d'éducation, acteurs du service public d'éducation
•    Faire partager les valeurs de la République
•    Inscrire son action dans le cadre des principes fondamentaux du système éducatif et dans le cadre réglementaire de l'école

Compétences communes à tous les professeurs et les personnels d'éducation, pédagogues et éducateurs au service de la réussite de tous les élèves
•    Connaître les élèves et les processus d'apprentissage
•    Prendre en compte la diversité des élèves
•    Accompagner les élèves dans leur parcours de formation
•    Agir en éducateur responsable et selon des principes éthiques
•    Maîtriser la langue française à des fins de communication
•    Utiliser une langue vivante étrangère dans les situations exigées par son métier
•    Intégrer les éléments de la culture numérique nécessaires à l'exercice de son métier

Compétences communes à tous les professeurs et les personnels d'éducation, acteurs de la communauté éducative
•    Coopérer au sein d'une équipe
•    Contribuer à l'action de la communauté éducative
•    Coopérer avec les parents d'élèves
•    Coopérer avec les partenaires de l'école
•    S'engager dans une démarche individuelle et collective de développement professionnel

Compétences spécifiques aux conseillers principaux d’éducation, conseillers de l’ensemble de la communauté éducative
•    Organiser les conditions de vie des élèves dans leur établissement, leur sécurité, la qualité de l’organisation matérielle et la gestion du temps.
•    Garantir, en line avec les autres personnes, le respect des règles de vie et de droit dans l’établissement
•    Impulser et coordonner le voler éducatif du projet d’établissement
•    Assurer la responsabilité de l’organisation et de l’animation de l’équipe de vie scolaire

Compétences  spécifiques aux conseillers principaux d’éducation, accompagnateurs du parcours de formation des élèves
•    Accompagner le parcours de l’élève sur les plans pédagogique et éducatif
•    Accompagner les élèves, notamment dans leur formation à une citoyenneté participative
•    Participer à la construction des parcours des élèves

Compétences spécifiques aux conseilles principaux d’éducation, acteurs de la communauté éducative
•    Travailler dans une équipe pédagogique

Pour les cadres en éducation :

Compétences des cadres en éducation, acteurs de la communauté éducative :
- Connaître et comprendre les cadres juridiques, institutionnels et politiques des interventions éducatives
- Connaître les nouvelles problématiques éducatives
- Développer une approche sociologique et politique des problèmes sociaux
- Savoir mobiliser un ensemble de ressources (académiques, documentaires et de terrain) pour conduire un travail de recherche à l’échelle d’un territoire

Compétences des cadres en éducation, responsables de structures :
- Savoir analyser et faire évoluer les pratiques d’intervention
- Concevoir et mettre en œuvre des démarches participatives
- Assurer la responsabilité et l’animation d’une équipe

Compétences des cadres en éducation, porteurs de dispositifs éducatifs, sociaux et culturels :
- Produire une analyse du territoire d’intervention
- Définir et mettre en œuvre une démarche adaptée de recueil et d’analyse des données
- Identifier les besoins individuels et collectifs des publics et savoir y adapter les dispositifs
- Concevoir, piloter et évaluer des projets d’intervention éducative à l’échelle du territoire, notamment en terrain sensible

-
- Maîtriser les démarches, dispositifs et outils de communication pour mobiliser les acteurs et restituer les informations produites

Compétences des cadres en éducation, acteurs du partenariat en éducation :
- Construire et animer des partenariats
- Maîtriser les démarches, dispositifs et outils de communication pour mobiliser les acteurs et restituer les informations produites

}

LICENCE Arts du Spectacle

Niveau obtenu : Bac +3 ou +4

- conception et réalisation de programmes culturels,
- communication et relation avec le publics,
- gestion de programmation d’équipements culturels,
- production et création audiovisuelles et multimédia,
- presse culturelle,
- enseignement et formation,
- préparation aux concours des écoles supérieures professionnelles.

 

- Mobiliser une culture générale artistique et les principales méthodes pour étudier les arts du spectacle
- Identifier les principales pratiques passées et contemporaines : évolution des formes et des genres, architecture des lieux de spectacle, décors, mise en scène, répertoire, interprètes, publics et critiques

- Mobiliser une réflexion théorique et critique portant sur les arts du spectacle (littérature, esthétique, philosophie de l'art, histoire de l'art, sociologie de l'art, anthropologie, psychanalyse...) pour définir des problématiques d'étude des créations

- Utiliser des méthodes de regard et d'écoute adaptées au travail de description, de commentaire et d'analyse
- Disposer d'une expérience collective de création
- Se servir de la terminologie descriptive et critique développée en France et à l'étranger pour commenter les arts du spectacle
- Repérer l'organisation institutionnelle, administrative et associative des arts du spectacle en France et à l'étranger


Compétences professionnelles après un complément de formation spécifique
Programmation d’espaces culturels.
Organisation de festivals ou d’événements culturels.
Communication.
Relations publiques.
Administration d’entreprises culturelles, de compagnies ou de lieux de diffusion.
Animation culturelle.
Compétences journalistiques liées au secteur culturel.

Compétences en production théatrale et audiovisuelle.

Compétences techniques : cadrage, régie...
Réalisation de documents audiovisuels.

}

Licence Professionnelle Métiers de la forme (fiche nationale)

Niveau obtenu : Bac +3 ou +4

- Conception de programmes et séances d’activités relevant du fitness
- Animation de séances de fitness
- Gestion et direction de structure de fitness
- Conseil en activité physique pour tous publics

- Concevoir des programmes de mise en forme
- Adapter les formes de pratiques ainsi que leur intensité en fonction des publics concernés ;
- Elaborer des exercices adaptés au niveau des publics en suivant une progression
- Administrer des programmes individualisés et en évaluer les conséquences.    
- Encadrer les techniciens et d’assurer leur coordination au sein d’une équipe
- Structurer l’offre de service et d’évaluer la nature de la demande dans le cadre d’une approche marketing
- Participer à la commercialisation des services et des produits, et en assure la vente et le suivi
- Collaborer à la direction de l’entreprise pour contribuer à la mise en œuvre des procédures des échéances budgétaires
- Participer à la réflexion financière dans le cadre de la gestion de l’entreprise
- Contribuer à la gestion de contrat (travail et partenariat)
- Gérer l’organigramme fonctionnel et de structurer un secrétariat
- Respecter les réglementations en vigueur
- Manager du personnel
- Planifier et organiser des séances d’activité physique spécifiquement adaptées en relation      directe avec une évaluation des effets attendus et possibles pour une ou plusieurs personnes seniors
- Mettre en œuvre ces séances spécifiques en les adaptant en continu aux comportements des personnes encadrées et selon des indicateurs clairement identifiés
- Identifier les caractéristiques d’une situation normale, incidentielle et accidentelle
- En cas d’incident en lien avec la santé du public, mettre en œuvre les adaptations nécessaires à la restauration du caractère initial de l’activité
- En cas d’accident menaçant la santé d’une ou de plusieurs personnes, maîtriser les gestes et la communication nécessaires avant secours
- Proposer des ajustements éventuels pour la poursuite et le développement de l’activité physique à des fins de santé
- Accompagner et former les personnes à des prises de décisions favorables à leur santé dans les contextes d’activité physique.

 

- Se situer dans un environnement socio-professionnel et interculturel, national et international, pour s’adapter et prendre des initiatives
- Identifier le processus de production, de diffusion et de valorisation des savoirs.
- Respecter les principes d’éthique, de déontologie et de responsabilité environnementale.
- Travailler en équipe et en réseau ainsi qu’en autonomie et responsabilité au service d’un projet
- Identifier et situer les champs professionnels potentiellement en relation avec les acquis de la mention ainsi que les parcours possibles pour y accéder.
- Caractériser et valoriser son identité, ses compétences et son projet professionnel en fonction d’un contexte.
- Analyser ses actions en situation professionnelle, s’autoévaluer pour améliorer sa pratique

 

- Utiliser les outils numériques de référence et les règles de sécurité informatique pour acquérir, traiter, produire et diffuser de l’information ainsi que pour collaborer en interne et en externe.
- Identifier, sélectionner et analyser avec esprit critique diverses ressources dans son domaine de spécialité pour documenter un sujet et synthétiser ces données en vue de leur exploitation
- Analyser et synthétiser des données en vue de leur exploitation.
- Développer une argumentation avec esprit critique.
- Se servir aisément des différents registres d’expression écrite et orale de la langue française.
- Communiquer par oral et par écrit, de façon claire et non-ambiguë, en français et dans au moins une langue étrangère

}