Recherche

Maintenance mécanique industrielle

Avril vous propose 11 diplômes pour les métiers Maintenance mécanique industrielle :

En référence aux normes industrielles, le (la) technicien(ne) de maintenance industrielle réalise toutes les actions, durant le cycle de vie d'un équipement, destinées à le maintenir ou à le rétablir dans un état dans lequel il accomplit la fonction requise.
Ses activités visent trois grands objectifs :


- redémarrer un équipement en panne le plus vite possible : c'est la maintenance corrective, qui consiste à poser un diagnostic, à réaliser la réparation par des actions appropriées, puis à remettre en service ;
- éviter l'apparition de pannes : c'est la maintenance préventive, constituée de contrôles, de relevés, de nettoyage et d'échanges. On distingue les maintenances préventives systématique et conditionnelle ;
- améliorer la disponibilité des équipements industriels en réalisant des modifications techniques ou organisationnelles sur les actions de maintenance et de production : c'est la maintenance améliorative.


De manière ponctuelle, le (la) technicien(ne) participe à l'implantation de nouveaux équipements et aux travaux neufs de l'entreprise.
Il (elle) rédige les principaux documents opérationnels de maintenance et rapporte à sa hiérarchie, généralement le responsable maintenance, qui définit ses actions au travers d'un planning et du plan de maintenance. Il (elle) forme le personnel d'exploitation.
Les « équipements industriels » font référence à un ensemble de machines liées entre elles pour assurer une production. Elles sont construites pour une exploitation professionnelle en conditions parfois sévères de cadences et d'environnement et sont constituées de composants de technologies multiples.
Les conditions d'exercice de l'emploi se caractérisent par la prédominance de tâches pratiques réalisées au plus près des équipements qui implique une mise en œuvre active de la prévention des risques. Les lieux d'intervention sont très différents d'un secteur à l'autre : atelier, site de production, salle propre. Une capacité d'adaptation est donc requise avec des conditions de travail parfois exigeantes : travail en hauteur, dans le bruit où la prévention des risques y est essentielle.
Le métier est fortement connoté « service » avec des échanges de type « client-fournisseur ».
Les métiers de la maintenance impliquent de la disponibilité ; l'emploi est souvent assorti d'astreintes, de travail de nuit et de week-end et il peut y avoir des dépassements d'horaire afin d'assurer la remise en production d'un équipement industriel stratégique.

... lire la suite

En fonction de la taille et de l’organisation de l’entreprise industrielle, le titulaire du BTS prend en charge l’organisation des interventions et le dialogue avec les intervenants extérieurs. Il intervient notamment sur les installations qu’elles soient regroupées sur un

même site ou qu’elles soient réparties sur un territoire.

Sa maîtrise du fonctionnement et de la constitution des systèmes de production en font un interlocuteur privilégié tant pour les opérateurs que pour les décideurs.

Le technicien supérieur assure les missions variées de dépannage, de mise en service et de conduite d’installation. Il intervient sur des systèmes associant des technologies très diverses en mobilisant un ensemble étendu de connaissances, notamment celles liées aux lois et principes scientifiques.

Lors du dépannage, il doit développer fortement l’analyse pour déterminer l’origine du problème. Sur les petites installations, il est amené à conseiller le client sur des solutions adaptées en établissant alors un devis des travaux à réaliser. Lors de la conduite ou de la mise en service, il a pour mission d’optimiser les réglages.

Le technicien de maintenance est un des principaux acteurs de la mise en œuvre de la politique globale de prévention de l’entreprise. Dans toutes les activités professionnelles induites par le métier, il sera amené :

• à participer, à son niveau, à l’analyse des risques professionnels en appréhendant les dangers

pour sa santé et sa sécurité ainsi que pour celles des autres, tout en préservant les biens. Ces

contributions seront consignées et permettront la mise à jour du document unique ;

• à mettre en œuvre les principes généraux de prévention des risques professionnels et de

secours aux personnes.

... lire la suite

L'électromécanicien de maintenance industrielle réalise les opérations visant à maintenir ou à rétablir un équipement industriel dans un état de référence permettant d'assurer la fonction requise.
Les contextes d'intervention sont liés aux organisations de production :
L'équipement est en contexte d'exploitation ; l'électromécanicien prévient l'apparition de pannes ou de dysfonctionnements par la maintenance préventive. Si l'équipement est défaillant, il effectue le dépannage par échange standard de composants ou d'organes, et participe à la remise en service du bien.
L'équipement est hors contexte d'exploitation ; l'électromécanicien répare les circuits, pièces ou organes défectueux sur les éléments d'équipement en intervenant à l'intérieur des mécanismes.
L'électromécanicien intervient sur instructions à partir des plannings et procédures, en respectant toutes mesures de prévention des risques et en intégrant la responsabilité sociétale de l'entreprise.
L'interaction avec le service production est forte, mais il travaille également avec le service qualité ou avec le magasin pour l'approvisionnement en pièces détachées. Lors de pannes complexes, il dialogue directement ou indirectement avec le constructeur afin de s'informer sur les consignes techniques de dépannage.
Les « équipements industriels » font référence à un ensemble de machines liées entre elles pour assurer une production. Les machines sont construites pour une exploitation professionnelle en conditions parfois sévères de cadences et d'environnement et constituées de composants de technologies multiples. L'électromécanicien est, pour sa part, mobilisé principalement sur les technologies de la mécanique, de l'électricité, du pneumatique et de l'hydraulique.
Les conditions d'exercice de l'emploi se caractérisent par la prédominance de tâches pratiques réalisées sur les équipements. Les lieux d'intervention sont très différents d'un secteur à l'autre : atelier de maintenance, site de production, salle propre. Une capacité d'adaptation est donc requise avec des conditions de travail parfois exigeantes : travail en hauteur, dans le bruit, où le respect scrupuleux de la sécurité est essentiel.

Le métier est fortement marqué « service » avec des échanges de type « client-fournisseur ».

... lire la suite

Comment bien choisir son diplôme

Bien choisir un diplôme VAE

Choisir le diplôme qui correspond le mieux à votre expérience peut-être compliqué. N'hésitez pas à consulter notre rubrique de conseils sur le sujet ! Vous y apprendrez par exemple que même si vous n'avez aucun diplôme vous pouvez obtenir directement une licence par la VAE, si votre expérience le justifie !

Les activités principales du titulaire du baccalauréat professionnel “Maintenance des Équipements Industriels” (MEI) consistent, seul ou en équipe, à : – réaliser la maintenance corrective et préventive de biens à caractère industriel;
– participer à l’amélioration et à la modification des équipements sur lesquels il intervient;
– participer à l’installation et la mise en service de nouveaux équipements.
Le titulaire du baccalauréat professionnel MEI doit être capable :
– de réparer et dépanner dans les domaines de la mécanique, de l’électricité, du pneumatique et de l’hydraulique ;
– d’analyser le fonctionnement du bien ;
– d’utiliser les technologies d’aide au diagnostic et les technologies d’intervention ;
– de réaliser des opérations de surveillances et/ou des opérations planifiées ;
– d’alerter si une anomalie est constatée ;
– de communiquer avec le ou les utilisateurs des biens sur lesquels il intervient ainsi qu’avec les membres du service auquel il appartient.
– d’organiser efficacement son activité.
Les interventions varient selon la taille des entreprises, leur organisation, la nature et la complexité des équipements. Les conditions d’exercice de l’emploi diffèrent selon que l’entreprise est productrice de biens ou de services. Dans le premier cas, le travail s’effectue le plus souvent en milieu industriel. Dans le second, il peut être nécessaire de se déplacer sur les lieux où est implanté l’équipement dont la maintenance doit être assurée.
Dans toutes ses activités, le bachelier professionnel en “Maintenance des équipements industriels” doit :
– prendre en compte la santé et la sécurité des personnes ;
– préserver les biens et l’environnement ;
– respecter les consignes et procédures en vigueur dans l’entreprise.

... lire la suite

BTS Moteurs à combustion interne

Niveau Bac +2 / DUT / BTS

Les titulaires de ce diplôme sont des techniciens spécialistes des moteurs quel qu'en soit l'usage (automobiles, véhicules industriels, locomotives, navires, engins de chantiers, machines agricoles, motopompes, groupes électrogènes...). Ils sont particulièrement compétentes en matière d'utilisation des bancs d'essais. Leurs compétences s'articulent autour de quatre grands axes :
- le moteur en tant qu'élément mécanique ;
- les composants qui entrent dans le moteur ;
- les effets produits par la marche du moteur ;
- les installations nécessaires à toutes les mesures.

... lire la suite
Le titulaire du certificat d’aptitude professionnelle Réparation entretien des embarcations de plaisance est un opérateur qui intervient dans tout type d'entreprise : - de vente ;
- de réparation ou de location d'embarcations neuves ou d'occasion ;
- de vente ou d'installation ou de réparation des moteurs et équipements neufs ou d'occasion..

Son activité consiste, au sein d'une équipe, à :
- Réparer, entretenir, préparer les œuvres vives, les œuvres mortes, le gréément, le groupe motopropulseur, l'accastillage, les équipements ;
- Manutentionner et lever des embarcations, des moteurs, des équipements ;
- Poser l'accastillage et l'équipement ;
- Stocker en vue de l'hivernage.

Sur des embarcations de différents types, pour la navigation mer et fluviale :
- Bateaux de plaisance, à moteur hors-bord et in-bord ;
- Embarcations semi-rigides ;
- Voiliers ;
- Embarcations nautiques à moteurs (scooters des mers,...).

Son action implique un comportement visant des objectifs de qualité :
- dans la relation avec la hiérarchie ;
- dans le travail d'équipe ;
- dans les relations avec les clients et utilisateurs, en interne comme en externe ;
- dans des relations avec des collaborateurs externes à l'entreprise.


... lire la suite

Au sein de la Marine nationale, le responsable exploitation et maintenance sur navire de moins de 2.500 tonnes exerce ses fonctions à bord de bâtiments de faible tonnage.
Le responsable exploitation et maintenance sur navire de moins de 2.500 tonnes occupe une fonction charnière : chef du service « plateforme », il est également responsable de la sécurité, de la prévention, de la logistique et de l’environnement.
En sa qualité de chef du service plateforme, il dirige le secteur machine, assure la disponibilité permanente des installations électriques et garantit la sécurité du bord. En cas d’avarie, il recherche sans délai les causes de la panne et doit être en mesure de garantir la sécurité du personnel, d’orienter l’intervention des organismes de soutien, mais aussi de déterminer les conséquences de la panne sur la poursuite de la mission confiée au navire. Dans le domaine technique, le responsable exploitation et maintenance sur navire de moins de 2.500 tonnes est l’adjoint incontournable du commandant de bord et l’interlocuteur privilégié des intervenants extérieurs en matière de maintien en condition opérationnelle (MCO).
Dans le domaine de la sécurité, il assure la fonction de directeur d’intervention lors d’un sinistre (feu, voie d’eau) : directement au contact du sinistre, il coordonne l’intervention contre l’incendie, gérant l’attaque du feu ou de la voie d’eau, la protection des locaux contigus et le soutien.
Dans le domaine de la prévention, il est responsable de la sécurité des personnels et de la prévention des risques.
Dans le domaine de la logistique, il est le garant de la disponibilité à bord des carburants, des huiles, de l’eau de consommation, des groupes électrogènes, des recharges matérielles. Il est chargé des ravitaillements à la mer, à quai ou en escale. Dans le domaine de l’environnement, il surveille la potabilité de l’eau et veille au traitement des eaux usées et assure la gestion des déchets.
Cet emploi implique un éloignement du domicile, dont la durée varie de plusieurs jours à plusieurs mois. L’activité s’exerce de jour comme de nuit, et le cas échéant les week-ends et jours fériés.

... lire la suite
Le titulaire de ce diplôme exerce ses fonctions dans les carrières et les entreprises qui fabriquent des matériaux de construction. Les installations et les équipements sur lesquels il intervient font appel à des technologies mécaniques, hydrauliques et pneumatiques. Il en assure l'entretien préventif, le réglage et le dépannage.Il effectue des opérations de contrôle - entretien. Il identifie les causes des pannes signalées. Il procède par démontage en repérant les organes et en testant leur fonctionnement. Il localise l'élément défectueux qu'il répare ou remplace. Il remonte, effectue les essais, les réglages.
Il exécute des travaux nécessitant l'emploi d'une perceuse, d'une meule, d'une tronçonneuse...Il sait forger des pièces, réaliser des éléments simples de tôlerie ou de tuyauterie. Il maîtrise les techniques d'ajustage, de soudage, d'oxycoupage. Il travaille sur machine-outil. Il peut établir des schémas fonctionnels, des dessins de pièces.
... lire la suite

A. Sur les navires de la marine nationale
Le responsable technique d’analyse et d’expertise en machines thermiques exerce la fonction de Chef de secteur, ou maître adjoint, à bord des bâtiments (navires) de la Marine nationale. Il a la charge d’un ou plusieurs secteurs de Propulsion et/ou Auxiliaires/Froid : installations, machines et chaînes de propulsion, installations et machines de production et de distribution d’énergies - frigorifique et de production d’air et d’eau - ; auxiliaires. Il dirige une équipe constituée de 2 à 8 adjoints.
En mer, il supervise la conduite des installations et machines. Il est garant du fonctionnement des installations dont il a la responsabilité. Il conseille le commandement en matière de conduite et d’optimisation des performances, du fonctionnement opérationnel.
Il planifie et organise le fonctionnement des machines et installations pour optimiser et garantir leur utilisation jusqu’à la période d’entretien suivante. Il planifie et organise les périodes d’entretien et gère les demandes de renouvellement de pièces.
A quai, il élabore et met en place la planification globale de la maintenance corrective et préventive. Il vérifie et valide la réalisation des interventions prévues lors de la planification.
     B. A terre : soutien des navires de la marine nationale
Le responsable technique d’analyse et d’expertise des machines thermiques affecté à terre exerce ses fonctions dans des contextes professionnels distincts : expert technique au sein d’un service de soutien de la flotte ; coordonnateur en bureau de soutien navire.
Au sein des services de soutien de la flotte, il assure la fonction d’expert technique. A ce titre, il apporte son expertise et oriente les décisions de mise en indisponibilité des bâtiments (navires) en fonction des interventions de maintenance à envisager.
Dans la fonction de coordonnateur en bureau de soutien navire (bureau de l’ingénieur du navire), il traite les messages d’avaries des bâtiments et est en communication permanente avec l’ingénieur responsable du navire et l’industriel. Il met en place l’ensemble des ressources nécessaires pour une période d’entretien d’un bâtiment et édite, en fonction du contrat, la liste des maintenances à réaliser durant la période concernée.

... lire la suite