Recherche

17 diplômes disponibles en VAE pour les métiers :

Maintenance mécanique industrielle

Le (la) technicien(ne) d’exploitation et de maintenance de remontées mécaniques garantit, seul(e) ou en équipe, le bon fonctionnement d’une ou plusieurs installations de remontées mécaniques. En complément, il (elle) en assure l’exploitation, en garantissant la sécurité totale des usagers.

Les installations sont constituées d’appareils regroupés sous le vocable de « remontées mécaniques » : les téléportés (télésièges à attaches fixes ou débrayables, télécabine, téléphériques à va et vient ou pulsé, funitel), les téléskis (à perches, à enrouleurs, à câble bas), le funiculaire, les appareils particuliers (tapis roulant).

La sécurité des installations est encadrée par de nombreux textes règlementaires tels que codes, décrets, arrêtés, guides techniques et l’autorisation d’exploitation n’est donnée qu’après de nombreuses étapes de contrôles, d’avis, de vérifications, d’inspections et d’agréments.

Durant la saison hivernale, le (la) technicien(ne) ouvre et ferme l’installation au public et conduit les appareils, en respectant scrupuleusement les textes réglementaires qui définissent les obligations « en exploitation ». Il (elle) effectue les actions de dépannage et, en cas d’incident, participe à l’évacuation des usagers.

Hors saison hivernale, le (la) technicien(ne) réalise et encadre les travaux de maintenance réglementaire et préventive, en respect des nombreuses normes (NF, EN) et des textes juridiques.

L’activité est principalement réalisée en plein air, en altitude, de 800 mètres à plus de 3 000 mètres, avec des conditions climatiques parfois rudes, froid, neige, vent, qui impliquent une bonne condition physique : marche à pied en montagne, ski, manutention. Le travail sur pylônes peut générer des troubles du vertige.

En saison hivernale, le (la) technicien(ne) travaille en journée mais également la semaine, le samedi, le dimanche et les jours fériés avec un aménagement de congés. 

Capacités attestées et descriptif des composantes de la certification

1. Exploiter les installations de remontées mécaniques 

Effectuer les contrôles réglementaires techniques et de sécurité pour l’exploitation des installations de remontées mécaniques.

Conduire les appareils de remontées mécaniques en toutes circonstances.

Assurer l’embarquement et le débarquement, en sécurité, des usagers des installations de remontées mécaniques.

Organiser les activités d’une équipe d’agents d’exploitation d’installations de remontées mécaniques. 

2. Dépanner les éléments électrotechniques des installations de remontées mécaniques 

Diagnostiquer une défaillance d’origine électrotechnique sur une installation de remontées mécaniques.

Echanger ou remettre en état, puis régler les éléments électriques des installations de remontées mécaniques. 

3. Dépanner les éléments mécaniques et hydrauliques des installations de remontées mécaniques 

Diagnostiquer une défaillance d’origine mécanique et hydraulique sur une installation de remontées mécaniques.

Echanger ou remettre en état, puis régler les éléments mécaniques et hydrauliques des installations de remontées mécaniques. 

4. Réaliser et coordonner les opérations de maintenance réglementaire et préventive des installations de remontées mécaniques.

Effectuer les opérations de maintenance réglementaire et préventive sur des éléments électriques, mécaniques, hydrauliques et sur les câbles des installations de remontées mécaniques.

Coordonner les actions techniques d’une équipe d’intervenants en maintenance d’installations de remontées mécaniques. 

5. Réaliser des opérations de levage, de manutention et de préparation pour des travaux de montage d’installations de remontées mécaniques 

Effectuer des travaux de manutention et de levage d’éléments d’installations de remontées mécaniques en respectant les règles de sécurité.

Réaliser les travaux préalables à l’implantation d’ouvrages support de structure. 

}

Le titulaire du BEP ELEEC intervient sur des ouvrages électriques intégrant le transport et l’utilisation de l’énergie électrique ainsi que les flux d’informations. Il doit être capable d’assurer les activités relatives à la préparation et l’organisation de son travail, la réalisation de tout ou partie d’un ouvrage électrique et sa mise en service en intégrant les aspects relationnels, économiques et sécuritaires.

Nota bene : les activités professionnelles prennent en compte le déploiement de la fibre optique.

Ses compétences lui permettent, en tant qu’exécutant électricien, de mener ces activités dans
des entreprises artisanales, ou des petites et moyennes entreprises, ou des grands groupes
(publiques ou privées) des secteurs du génie électrique.
Leurs secteurs d’activités sont :
- l’industrie ;
- l’habitat ;
- les services ;
- le tertiaire ;
- les travaux publics ;
- les équipements publics.
Le titulaire du BEP ELEEC est un exécutant, formé au niveau d’habilitation B1V ; il travaille sous ordre
et sous contrôle.

}

Les activités principales du titulaire du baccalauréat professionnel “Maintenance des Équipements Industriels” (MEI) consistent, seul ou en équipe, à : – réaliser la maintenance corrective et préventive de biens à caractère industriel;
– participer à l’amélioration et à la modification des équipements sur lesquels il intervient;
– participer à l’installation et la mise en service de nouveaux équipements.
Le titulaire du baccalauréat professionnel MEI doit être capable :
– de réparer et dépanner dans les domaines de la mécanique, de l’électricité, du pneumatique et de l’hydraulique ;
– d’analyser le fonctionnement du bien ;
– d’utiliser les technologies d’aide au diagnostic et les technologies d’intervention ;
– de réaliser des opérations de surveillances et/ou des opérations planifiées ;
– d’alerter si une anomalie est constatée ;
– de communiquer avec le ou les utilisateurs des biens sur lesquels il intervient ainsi qu’avec les membres du service auquel il appartient.
– d’organiser efficacement son activité.
Les interventions varient selon la taille des entreprises, leur organisation, la nature et la complexité des équipements. Les conditions d’exercice de l’emploi diffèrent selon que l’entreprise est productrice de biens ou de services. Dans le premier cas, le travail s’effectue le plus souvent en milieu industriel. Dans le second, il peut être nécessaire de se déplacer sur les lieux où est implanté l’équipement dont la maintenance doit être assurée.
Dans toutes ses activités, le bachelier professionnel en “Maintenance des équipements industriels” doit :
– prendre en compte la santé et la sécurité des personnes ;
– préserver les biens et l’environnement ;
– respecter les consignes et procédures en vigueur dans l’entreprise.

Les compétences acquises par le titulaire du diplôme sont celles décrites dans l'ensemble des blocs de compétences.

}

Comment bien choisir son diplôme

Bien choisir un diplôme VAE

Choisir le diplôme qui correspond le mieux à votre expérience peut-être compliqué. N'hésitez pas à consulter notre rubrique de conseils sur le sujet ! Vous y apprendrez par exemple que même si vous n'avez aucun diplôme vous pouvez obtenir directement une licence par la VAE, si votre expérience le justifie !

Le technicien reconstructeur de moteurs thermiques et d'organes réalise la réparation et la reconstruction d'éléments et d'ensembles mécaniques de machines et de moteurs thermiques en mettant en œuvre des techniques et des procédés spécifiques. Pour éclairer le client sur les dispositions à prendre pour remettre en état un matériel usagé, il procède au contrôle et à l'expertise et détermine, a priori, les procédés, les méthodes et les opérations à réaliser et élabore un devis estimatif.
Dans le cadre de la reconstruction d'un matériel : il réalise l'ensemble des opérations de démontage, de vérification et de contrôle métrologique des différentes pièces et statue sur leur état et sur les mesures à prendre concernant leur échange ou leur réparation par usinage, rectification, alésage, soudage, remétallisation... Pour cela, il s'appuie sur son expérience et, pour certaines pièces, se réfère aux « cotes réparation » des constructeurs.
Il effectue le remontage, les réglages et les mises au point des ensembles mécaniques et des moteurs thermiques.
Il procède aux différents essais et vérifications pour assurer le contrôle qualité des productions, selon les normes et les critères en vigueur dans l'entreprise.
Il participe également à l'organisation fonctionnelle de l'entreprise, à la réception de la clientèle, à la planification des interventions et du plan de charge des machines. Parallèlement, il intervient dans la gestion de la maintenance du parc de machines, centralise les informations techniques relatives aux méthodes et spécifications des constructeurs et exploite les catalogues de pièces détachées.
Les principaux domaines d'application de la reconstruction :
Les moteurs et machines thermiques de véhicules légers et lourds, d'engins, de bateaux, de groupes électrogènes...
Les machines industrielles de production : machines-outils, équipements divers.
Les matériels anciens et les véhicules de collection.
Selon les entreprises, la reconstruction s'effectue à l'unité, ou en série, pour le marché de l'« échange standard ».

Capacités attestées et descriptif des composantes de la certification :
1. EXPERTISER L'ETAT D'USURE ET REPARER LES GROUPES MOTOPROPULSEURS PAR REMPLACEMENT DE COMPOSANTS

Réceptionner des ensembles mécaniques, les identifier et établir un prédiagnostic de remise en état.
Désassembler, repérer, trier et nettoyer les pièces.
Effectuer les contrôles métrologiques de composants mécaniques et statuer sur leur état d'usure.
Identifier les caractéristiques de pièces à commander et renseigner le devis de réparation d'un ensemble mécanique.
Remettre en état les moteurs thermiques par remplacement de composants.
Remettre en état les systèmes de transmission mécaniques par remplacement de composants.
Remettre en état ou remplacer les équipements périphériques des groupes motopropulseurs.

2. REMETTRE EN ETAT DES ELEMENTS MECANIQUES PAR DIFFERENTS PROCEDES D'AJUSTAGE, D'USINAGE ET DE SOUDAGE

Réparer des éléments mécaniques par des techniques d'ajustage manuel.
Remettre en état des pièces mécaniques par usinage sur machines conventionnelles.
Reconditionner des ensembles mécaniques par différents procédés de soudage et de rechargement de matière.

3. RECONSTRUIRE LES MOTEURS THERMIQUES AU MOYEN DE MACHINES D'USINAGE SPECIALISEES

Remettre en état les culasses de moteurs thermiques.
Réaléser et rectifier les blocs-moteurs.
Rectifier, rééquilibrer les équipages mobiles de moteurs thermiques.
Effectuer les essais et le contrôle qualité des ensembles mécaniques reconstruits.
Définir les méthodes et les procédés à mettre en œuvre pour la reconstruction d'ensembles mécaniques.

}

L'électromécanicien de maintenance industrielle réalise les opérations visant à maintenir ou à rétablir un équipement industriel dans un état de référence permettant d'assurer la fonction requise.
Les contextes d'intervention sont liés aux organisations de production :
L'équipement est en contexte d'exploitation ; l'électromécanicien prévient l'apparition de pannes ou de dysfonctionnements par la maintenance préventive. Si l'équipement est défaillant, il effectue le dépannage par échange standard de composants ou d'organes, et participe à la remise en service du bien.
L'équipement est hors contexte d'exploitation ; l'électromécanicien répare les circuits, pièces ou organes défectueux sur les éléments d'équipement en intervenant à l'intérieur des mécanismes.
L'électromécanicien intervient sur instructions à partir des plannings et procédures, en respectant toutes mesures de prévention des risques et en intégrant la responsabilité sociétale de l'entreprise.
L'interaction avec le service production est forte, mais il travaille également avec le service qualité ou avec le magasin pour l'approvisionnement en pièces détachées. Lors de pannes complexes, il dialogue directement ou indirectement avec le constructeur afin de s'informer sur les consignes techniques de dépannage.
Les « équipements industriels » font référence à un ensemble de machines liées entre elles pour assurer une production. Les machines sont construites pour une exploitation professionnelle en conditions parfois sévères de cadences et d'environnement et constituées de composants de technologies multiples. L'électromécanicien est, pour sa part, mobilisé principalement sur les technologies de la mécanique, de l'électricité, du pneumatique et de l'hydraulique.
Les conditions d'exercice de l'emploi se caractérisent par la prédominance de tâches pratiques réalisées sur les équipements. Les lieux d'intervention sont très différents d'un secteur à l'autre : atelier de maintenance, site de production, salle propre. Une capacité d'adaptation est donc requise avec des conditions de travail parfois exigeantes : travail en hauteur, dans le bruit, où le respect scrupuleux de la sécurité est essentiel.

Le métier est fortement marqué « service » avec des échanges de type « client-fournisseur ».

1. Réaliser, en sécurité et sur instructions, la maintenance préventive et le dépannage d'équipements en situation de production - industrie et services.
Effectuer la maintenance préventive d'équipements industriels et rendre compte.
Repérer la fonction technique défaillante sur un équipement industriel.
Dépanner des équipements industriels par échanges standard mécaniques, électriques, pneumatiques et hydrauliques.
2. Réparer, en sécurité et sur instructions, des éléments d'équipements - industrie et services.
Remettre en état les éléments de circuits électriques d'un équipement industriel.
Remettre en état les éléments de circuits pneumatiques d'un équipement industriel.
Remettre en état les éléments de circuits hydrauliques d'un équipement industriel.
Réparer les mécanismes d'un équipement industriel.
Remettre en état une pièce mécanique simple par retouche, adaptation manuelle et par soudage.

}
Le titulaire du certificat d’aptitude professionnelle Réparation entretien des embarcations de plaisance est un opérateur qui intervient dans tout type d'entreprise : - de vente ;
- de réparation ou de location d'embarcations neuves ou d'occasion ;
- de vente ou d'installation ou de réparation des moteurs et équipements neufs ou d'occasion..

Son activité consiste, au sein d'une équipe, à :
- Réparer, entretenir, préparer les œuvres vives, les œuvres mortes, le gréément, le groupe motopropulseur, l'accastillage, les équipements ;
- Manutentionner et lever des embarcations, des moteurs, des équipements ;
- Poser l'accastillage et l'équipement ;
- Stocker en vue de l'hivernage.

Sur des embarcations de différents types, pour la navigation mer et fluviale :
- Bateaux de plaisance, à moteur hors-bord et in-bord ;
- Embarcations semi-rigides ;
- Voiliers ;
- Embarcations nautiques à moteurs (scooters des mers,...).

Son action implique un comportement visant des objectifs de qualité :
- dans la relation avec la hiérarchie ;
- dans le travail d'équipe ;
- dans les relations avec les clients et utilisateurs, en interne comme en externe ;
- dans des relations avec des collaborateurs externes à l'entreprise.


.}
Le titulaire de ce diplôme exerce ses fonctions dans les carrières et les entreprises qui fabriquent des matériaux de construction. Les installations et les équipements sur lesquels il intervient font appel à des technologies mécaniques, hydrauliques et pneumatiques. Il en assure l'entretien préventif, le réglage et le dépannage.Il effectue des opérations de contrôle - entretien. Il identifie les causes des pannes signalées. Il procède par démontage en repérant les organes et en testant leur fonctionnement. Il localise l'élément défectueux qu'il répare ou remplace. Il remonte, effectue les essais, les réglages.
Il exécute des travaux nécessitant l'emploi d'une perceuse, d'une meule, d'une tronçonneuse...Il sait forger des pièces, réaliser des éléments simples de tôlerie ou de tuyauterie. Il maîtrise les techniques d'ajustage, de soudage, d'oxycoupage. Il travaille sur machine-outil. Il peut établir des schémas fonctionnels, des dessins de pièces.
.}

BTS Moteurs à combustion interne

Équivalence Bac +2 / DUT / BTS

Les titulaires de ce diplôme sont des techniciens spécialistes des moteurs quel qu'en soit l'usage (automobiles, véhicules industriels, locomotives, navires, engins de chantiers, machines agricoles, motopompes, groupes électrogènes...). Ils sont particulièrement compétentes en matière d'utilisation des bancs d'essais. Leurs compétences s'articulent autour de quatre grands axes :
- le moteur en tant qu'élément mécanique ;
- les composants qui entrent dans le moteur ;
- les effets produits par la marche du moteur ;
- les installations nécessaires à toutes les mesures.

.}

En référence aux normes industrielles, le (la) technicien(ne) de maintenance industrielle réalise toutes les actions, durant le cycle de vie d'un équipement, destinées à le maintenir ou à le rétablir dans un état dans lequel il accomplit la fonction requise.
Ses activités visent trois grands objectifs :


- redémarrer un équipement en panne le plus vite possible : c'est la maintenance corrective, qui consiste à poser un diagnostic, à réaliser la réparation par des actions appropriées, puis à remettre en service ;
- éviter l'apparition de pannes : c'est la maintenance préventive, constituée de contrôles, de relevés, de nettoyage et d'échanges. On distingue les maintenances préventives systématique et conditionnelle ;
- améliorer la disponibilité des équipements industriels en réalisant des modifications techniques ou organisationnelles sur les actions de maintenance et de production : c'est la maintenance améliorative.


De manière ponctuelle, le (la) technicien(ne) participe à l'implantation de nouveaux équipements et aux travaux neufs de l'entreprise.
Il (elle) rédige les principaux documents opérationnels de maintenance et rapporte à sa hiérarchie, généralement le responsable maintenance, qui définit ses actions au travers d'un planning et du plan de maintenance. Il (elle) forme le personnel d'exploitation.
Les « équipements industriels » font référence à un ensemble de machines liées entre elles pour assurer une production. Elles sont construites pour une exploitation professionnelle en conditions parfois sévères de cadences et d'environnement et sont constituées de composants de technologies multiples.
Les conditions d'exercice de l'emploi se caractérisent par la prédominance de tâches pratiques réalisées au plus près des équipements qui implique une mise en œuvre active de la prévention des risques. Les lieux d'intervention sont très différents d'un secteur à l'autre : atelier, site de production, salle propre. Une capacité d'adaptation est donc requise avec des conditions de travail parfois exigeantes : travail en hauteur, dans le bruit où la prévention des risques y est essentielle.
Le métier est fortement connoté « service » avec des échanges de type « client-fournisseur ».
Les métiers de la maintenance impliquent de la disponibilité ; l'emploi est souvent assorti d'astreintes, de travail de nuit et de week-end et il peut y avoir des dépassements d'horaire afin d'assurer la remise en production d'un équipement industriel stratégique.

1. Réparer les éléments électrotechniques et pneumatiques d'un équipement industriel

Remettre en état ou réaliser un échange fonctionnellement équivalent des éléments de circuits électriques et d'automatisme d'un équipement industriel.
Remettre en état ou réaliser un échange fonctionnellement équivalent des éléments de circuits pneumatiques d'un équipement industriel.

2. Réparer les éléments mécaniques et hydrauliques d'un équipement industriel

Remettre en état ou réaliser un échange fonctionnellement équivalent d'un mécanisme d'un équipement industriel.
Remettre en état ou réaliser un échange fonctionnellement équivalent des éléments de circuits hydrauliques d'un équipement industriel.

3. Diagnostiquer une défaillance et mettre en service un équipement industriel automatisé

Diagnostiquer une défaillance sur un équipement industriel automatisé.
Mettre en service un équipement industriel.

4. Effectuer la maintenance préventive d'équipements industriels et réaliser des améliorations à partir de propositions argumentées

Rédiger et renseigner les documents opérationnels de maintenance.
Mettre en œuvre les opérations courantes de maintenance préventive d'équipements industriels.
Proposer des actions d'amélioration continue sur un équipement industriel.
Réaliser une amélioration ou une modification technique sur un équipement industriel.

}

En fonction de la taille et de l’organisation de l’entreprise industrielle, le titulaire du BTS prend en charge l’organisation des interventions et le dialogue avec les intervenants extérieurs. Il intervient notamment sur les installations qu’elles soient regroupées sur un

même site ou qu’elles soient réparties sur un territoire.

Sa maîtrise du fonctionnement et de la constitution des systèmes de production en font un interlocuteur privilégié tant pour les opérateurs que pour les décideurs.

Le technicien supérieur assure les missions variées de dépannage, de mise en service et de conduite d’installation. Il intervient sur des systèmes associant des technologies très diverses en mobilisant un ensemble étendu de connaissances, notamment celles liées aux lois et principes scientifiques.

Lors du dépannage, il doit développer fortement l’analyse pour déterminer l’origine du problème. Sur les petites installations, il est amené à conseiller le client sur des solutions adaptées en établissant alors un devis des travaux à réaliser. Lors de la conduite ou de la mise en service, il a pour mission d’optimiser les réglages.

Le technicien de maintenance est un des principaux acteurs de la mise en œuvre de la politique globale de prévention de l’entreprise. Dans toutes les activités professionnelles induites par le métier, il sera amené :

• à participer, à son niveau, à l’analyse des risques professionnels en appréhendant les dangers

pour sa santé et sa sécurité ainsi que pour celles des autres, tout en préservant les biens. Ces

contributions seront consignées et permettront la mise à jour du document unique ;

• à mettre en œuvre les principes généraux de prévention des risques professionnels et de

secours aux personnes.

 

Le technicien de maintenance doit être capable :

- de réaliser les interventions de maintenance corrective et préventive,

- d’analyser le fonctionnement d’un bien,

- d’organiser l’activité de maintenance,

- de concevoir des solutions techniques,

- de communiquer les informations techniques,

- de conduire un bien et d’optimiser son exploitation.

 

En outre, le technicien doit maîtriser l’anglais afin de pouvoir communiquer avec les collaborateurs, les clients et les fournisseurs ; écrire des rapports ; comprendre des instructions et se former.

 

Par ailleurs, il est également sensibilisé aux enjeux de santé et de sécurité ainsi qu’aux exigences environnementales, de qualité et de prise en compte des coûts.

 

}

Parcours-type : Maintenance Industrielle et Sûreté des Process

 - Industries manufacturières et process continus

 - Prestations de maintenance pour industries, infrastructures (transports, distribution d’énergie, équipements urbains)

 - Tertiaire (équipements de bâtiments)

 

 

- Savoir analyser une situation relationnelle pour ainsi faire face, grâce à des outils,  aux difficultés qui peuvent surgir dans les rapports humains courants

- Être capable d'identifier les éléments concourant à l'efficacité des réunions et tester ses capacités de maîtrise d'un groupe

- Etre capable de gérer les projets au sein de la fonction maintenance

- Maîtriser l’anglais, en tant qu’outil de communication écrite et orale

-  Être capable de mesurer l'impact de l'industrie sur l'environnement en matière de réglementation et de normalisation.

- Connaître les risques auxquels sont exposés les utilisateurs des machines ainsi que les machines elles-mêmes

- Être capable mettre en œuvre une politique de maintenance adaptée à un type d'entreprise

- Identifier les différents types d’organisation de Maintenance en entreprise

- Concevoir des gammes d’intervention sur la base d’un historique et être capable d’ordonnancer les interventions

- Savoir imputer les coûts de maintenance aux différents centres de charge de l'entreprise

- Savoir gérer les investissements de maintenance par rapport aux coûts

- Être capable  de préconiser une maintenance spécifique à l'immobilier: sécurité, sous-traitance, travaux neufs et services généraux

- Connaître l’architecture de la GMAO

- Connaître les liens entre le diagnostic et la GMAO et étudier globalement la faisabilité d’un projet GMAO

 - Identifier les conditions de réussite de l’implantation d’une GMAO

- Rédiger un contrat de Maintenance, proposer une prestation de Maintenance, gérer de façon bilatérale la relation contractuelle en Maintenance

- Etre capable de faire un choix d'AMDEC applicable au contexte rencontré

- Etre capable de définir un cadre réel (ressources et matériel) pour mener à bien une étude AMDEC

 - Connaître les méthodes et outils de base de la sûreté de fonctionnement.

 - Savoir utiliser les lois de probabilité (essentiellement la loi de WEIBULL) pour déterminer les périodicités de   maintenance préventive des dispositifs réparables.

- Etre capable d’exploiter les retours d’expérience dans le domaine de fiabilité.

}