Recherche

Réalisation et montage en tuyauterie

Avril vous propose 5 diplômes pour les métiers Réalisation et montage en tuyauterie :

TP Tuyauteur industriel

Niveau CAP / BEP

Le tuyauteur industriel est placé sous la responsabilité d'un hiérarchique qui lui transmet les instructions de travail, appuyées de schémas, croquis, plans ou autres documents techniques qu'il peut être amené à compléter par la recherche de données intermédiaires en effectuant, par exemple des relevés de cotes sur site ou la recherche par épure des limites d'intersection d'un piquage. C'est un ouvrier qualifié, capable de réaliser en toute autonomie les opérations relevant du métier de tuyauteur et de s'assurer de la qualité de celles-ci.

Le tuyauteur industriel travaille en atelier et /ou sur chantier et site d'exploitation. Il intervient sur des travaux neufs, des modifications d'installations, des opérations de réparation ou de maintenance. Dans certains sites d'exploitation sensibles, (nucléaire, pétrochimie…), son activité est encadrée par des procédures ou conditionnée à des autorisations en fonction des travaux qui lui sont confiés. Il met en œuvre toutes les dimensions et nuances de tubes couramment utilisés dans les secteurs pour lesquels sont destinées les tuyauteries qu'il réalise.

Généralement, il travaille en équipe avec un soudeur, quelquefois avec un monteur.

Les travaux se déroulent au sol ou en hauteur, parfois dans des endroits difficiles d'accès, à l'air libre ou sous abri, souvent dans des conditions d'environnement nécessitant un strict respect des consignes de sécurité.

Il n'est, en principe, pas sédentaire : son activité de chantier peut le conduire à effectuer des petits ou grands déplacements.

... lire la suite

Le  titulaire du baccalauréat professionnel « Technicien en chaudronnerie industrielle » participe à la mise en œuvre de produits différents, tant par leur forme (produits plats, profilés, tubes...), que par leurs dimensions, leurs modes d'assemblages, la nature des matériaux (métaux et alliages ferreux et non ferreux, éventuellement matières plastiques et matériaux composites).
Il  travaille aussi bien sur des machines traditionnelles à commande manuelle que sur des machines à commande numérique et sur des robots.
Il  connaît les différentes techniques d'assemblage propres aux matériaux travaillés (soudage, rivetage, boulonnage, collage...) et sait utiliser les machines caractéristiques du métier et, notamment, des machines de découpe au laser, de découpe au plasma, des robots de soudage …
Il  exploite les outils numériques à des fins de définition et de réalisation d’ouvrages (logiciels de CFAO, outils virtuels, simulateurs, bases de données métier…).

... lire la suite

Au sein de structures généralement de type PME ou TPE, l'agent(e) de fabrication d'ensembles métalliques est un(e) ouvrier(ère) professionnel(le) qui, à partir d'un dossier technique et de consignes orales et/ou écrites, fabrique en atelier et pose sur site, des éléments ou des ensembles métalliques d'équipement industriel du type cuve, tuyauterie, support, châssis, carter… Son champ d'intervention couvre l'ensemble du processus de fabrication et du montage d'éléments ou d'ensembles métalliques en acier, depuis le débit des matériaux jusqu'à la mise à disposition du client. Il (elle) assure notamment la réalisation des joints soudés à plat des assemblages pouvant être soumis à certification.
Il (elle) est placé(e) sous la responsabilité d'un agent d'un niveau de qualification supérieur, qui selon les organisations, peut être un chef d'équipe, un chef d'atelier ou un chef de chantier. Il (elle) reçoit de son hiérarchique, les instructions de travail appuyées de croquis, plans ou autres documents techniques qu'il (elle) peut être amené(e) à compléter par des prises de cotes.
L'AFEM travaille en atelier ou sur site d'exploitation. Il (elle) intervient pour des travaux neufs ou pour des opérations d'adaptation et de modification sur des installations métalliques existantes. Il (elle) travaille en station généralement debout, dans un milieu souvent bruyant. Sur site, les travaux s'effectuent parfois dans des endroits difficiles d'accès, à l'air libre ou sous abri, souvent dans un environnement nécessitant un strict respect de la prévention des risques. Son activité de chantier peut également le (la) conduire à faire des déplacements et à travailler en dehors des horaires habituels.
Selon l'organisation de l'entreprise et les caractéristiques du travail confié, il (elle) travaille seul(e) ou en équipe.
L'activité peut nécessiter le déplacement de charges lourdes.

... lire la suite

Comment bien choisir son diplôme

Bien choisir un diplôme VAE

Choisir le diplôme qui correspond le mieux à votre expérience peut-être compliqué. N'hésitez pas à consulter notre rubrique de conseils sur le sujet ! Vous y apprendrez par exemple que même si vous n'avez aucun diplôme vous pouvez obtenir directement une licence par la VAE, si votre expérience le justifie !

Le (la) tuyauteur(se) réalise des travaux de fabrication, d’installation, de modification et de maintenance des réseaux de tuyauteries. Les réseaux de tuyauteries réalisés véhiculent des fluides (liquides, gazeux, …) à des températures et à des pressions plus ou moins élevées en fonction des conditions de service demandées.

Les activités du (de la) titulaire de la mention complémentaire « technicien(ne) en tuyauterie » sont les suivantes :

 •     préparation de l’intervention ;

 •     préfabrication des sous-ensembles isométriques en atelier ;

•     réalisation, montage sur site et gestion du chantier dans le respect des règles de prévention liées aux risques professionnels et environnementaux.

... lire la suite

A partir d'un dossier technique ou d'un relevé de cotes sur site, le (la) calorifugeur(se) en isolation industrielle conduit les différentes opérations de transformation telles que le traçage simple, le débit, le roulage, le moulurage, l'agrafage et le pliage de l'ensemble des isolants et revêtements destinés à l'isolation industrielle.
Sur site, il (elle) adapte et pose les différents isolants fibreux ou cellulaires afin d'assurer le maintien en températures positives ou négatives des tronçons de tuyauterie, des ouvrages chaudronnés et des appareillages. Il (elle) monte et ajuste ensuite les revêtements préfabriqués afin d'assurer une protection mécanique, de s'opposer à l'infiltration de l'eau et d'obtenir une présentation esthétique de l'ouvrage.
Le (la) calorifugeur(se) en isolation industrielle intervient sur des équipements industriels ; sur des travaux neufs, des modifications d'installation, des opérations de réparation ou de maintenance.
Il (elle) travaille essentiellement sur chantier et site d'exploitation à l'air libre ou sous abri, mais également en atelier. Sur site, il (elle) intervient souvent en hauteur et doit pour cela utiliser un échafaudage.
Le (la) calorifugeur(se) en isolation industrielle est placé(e) sous la responsabilité d'un chef d'équipe, un contremaître, un chef d'atelier ou chef de chantier. En fonction de l'organisation du travail et de la taille de l'entreprise, il (elle) peut être appelé(e) à travailler seul(e) (principalement en atelier) ou en équipe sur des opérations manuelles, assistées par des moyens mécaniques Il (elle) peut intervenir en atelier et/ou sur site, sur une partie ou sur la totalité du processus de fabrication. Il (elle) reçoit de son hiérarchique des instructions de travail avec schémas, croquis, plans ou autres documents techniques qu'il peut être amené à compléter par la recherche de données intermédiaires en effectuant par exemple des relevés de cotes sur site.

... lire la suite