Recherche

Direction de site logistique

Avril vous propose 6 diplômes pour les métiers Direction de site logistique :

Diplôme Responsable logistique

Niveau Bac +3 / Bac +4

En tenant compte des règles sécuritaires, environnementales et de qualité, le Responsable Logistique gère et optimise l’ensemble des flux physiques et d’information tout en évaluant les coûts afférents à chaque composante logistique. Garant de son budget, il l’élabore et en assure le suivi tout au long de la Supply Chain. Son champ d’intervention est large, pouvant aller des achats jusqu’à la livraison des produits/services chez le client tout en s’assurant de sa satisfaction.
     Bloc 1 – Définition la supply chain de l’entreprise
Principales activités :
Prise en compte de l’environnement interne et externe
Elaboration des schémas de flux physiques
Dimensionnement des moyens humains nécessaires au déploiement de la stratégie logistique
Analyse et définition des outils informationnels
Elaboration des budgets prévisionnels
Présentation et argumentation auprès de sa direction
     Bloc 2- Organisation et pilotage de l’activité logistique
Principales activités :
Participation à la sélection des fournisseurs
Gestion des approvisionnements et des stocks
Planification et ordonnancement de l’activité logistique
Pilotage des flux d’entreposage
Gestion des transports
Utilisation des outils de pilotage
     Bloc 3- Management d’équipes logistiques
Principales activités :
Planification de l’activité et des besoins en personnel
Gestion opérationnelle de l’activité logistique
Animation au quotidien des équipes
Evaluation de la performance des équipes
Contribution au recrutement de collaborateurs
     Bloc 4- Mesure et contrôle de la performance de la Supply Chain
Principales activités :
Analyse des tableaux de bord d’activité du processus logistique
Evaluation comptable et financière de la performance de l’activité logistique
Conduite d’un audit logistique
Elaboration d’un plan de progrès

... lire la suite
  • Définition  et conduite de la stratégie logistique.
  • Management d'une direction logistique.
  • Management des processus logistiques.
  • Amélioration de la performance logistique et industrielle.
  • Définition du système d'information de la chaîne logistique et des standards de communication.

Le manager de la chaîne logistique intervient, selon la taille de l’entreprise et l’étendue de leurs responsabilités, sur la globalité ou sur une partie du processus. La chaîne logistique couvre très largement l’ensemble des flux physiques et des flux d’information nécessaires à la production des produits et/ou services vendus aux clients. Elle s’intéresse même au-delà des activités propres à l’entreprise, à celles des clients de ses clients et des fournisseurs de ses fournisseurs.   

Ainsi, qu’il travaille de manière plus spécialisée sur une partie de la chaîne logistique ou sur la coordination de sa globalité, le manager de la chaîne logistique doit disposer d'une vision stratégique de la totalité des processus. 

Il peut alors occuper des postes de directeur de la chaîne logistique, ou responsable logistique mais également, notamment en début de carrière, de nombreux postes à responsabilité nécessitant cette vision stratégique, dans les services : achat ; approvisionnement, ; production ; qualité ; expédition/transport ; prévisions ou administration des ventes.  

Le manager de la chaîne logistique intervient au niveau tactique, dans les choix structurels de l’organisation de la logistique industrielle ou au niveau stratégique au sein de la direction générale de l’entreprise de production ou de logistique. En fonction de son expérience et de son ancienneté, le manager de la chaîne logistique peut occuper des fonctions différentes, ayant toutes pour trait commun la nécessité d’avoir une vision transverse sur les flux de l’entreprise. Cette vision est une condition indispensable pour exercer une responsabilité globale. Elle s’acquière par la formation et par l’expérience au sein de l’entreprise.   

... lire la suite

Garant des dispositifs réglementaires et contractuels, le (la) technicien (ne) supérieur (e) en méthodes et exploitation logistique pilote tout ou partie des activités logistiques du site et participe à leur développement à travers l’élaboration et la mise en œuvre de solutions logistiques afin de garantir les niveaux de productivité, de rentabilité et de service visés.  

A partir des prévisions et des fluctuations du volume de l’activité, le (la) technicien (ne) supérieur (e) en méthodes et exploitation logistique dimensionne et planifie les moyens humains et matériels.  

Responsable opérationnel, il (elle) organise et supervise les opérations et analyse les performances de ses équipes, élabore et exploite des indicateurs logistiques pour le suivi de l’activité. Il (elle) manage les opérateurs logistiques.

 Il (elle) identifie et analyse les dysfonctionnements et les dérives de l’exploitation logistique. Il (elle) élabore et met en œuvre des solutions opérationnelles pour traiter les non-conformités et les situations à risques.

 Pour répondre aux besoins d’évolution et optimiser le fonctionnement de l’activité du site logistique, le (la) technicien (ne) supérieur (e) en méthodes et exploitation logistique réalise et argumente une étude de faisabilité technique et économique des solutions logistiques qu’il (elle) a identifiées. II (elle) définit et formalise un plan d’action pour déployer la solution retenue. Il (elle) élabore, communique et veille au respect des procédures de travail. Il (elle) aménage les zones logistiques et implante les produits en fonction des contraintes physiques et réglementaires.

 Il (elle) prend en compte et s’assure du respect des règles d’hygiène, de sécurité, de sûreté et de qualité, de la responsabilité sociétale de l’entreprise et des règles de développement durable.

 Le (la) technicien (ne) supérieur (e) en méthodes et exploitation logistique peut agir comme représentant (e) légal (e) de son entreprise.

 Selon la taille du site logistique ou des flux traités, il (elle) est responsable d’une unité logistique ou d’un service au sein de ce site.

Il (elle) est en contact permanent avec des interlocuteurs diversifiés de tous niveaux : chefs d’équipes, opérateurs, hiérarchie, fournisseurs, prestataires de service, transporteurs, clients, administrations, douanes, services internes de l’entreprise. Les échanges s’effectuent en dans une langue étrangère, principalement l’anglais, si nécessaire.

 Le (la) technicien (ne) supérieur (e) en méthodes et exploitation logistique exerce son emploi dans un entrepôt, une plate-forme, une unité de production ou un magasin de stockage.

 Les conditions d’exercice sont impactées par le mode d’organisation, le système de gestion informatisé des flux logistiques et le degré d’automatisation du site, la nature et les caractéristiques des marchandises, le cadre réglementaire et contractuel. Le (la) technicien (ne) supérieur (e) en méthodes et exploitation logistique évolue dans un contexte soumis aux fluctuations de l’activité nécessitant des ajustements permanents. En fonction des contraintes de l’activité du site, des fluctuations et aléas, ses horaires de travail peuvent être décalés ou postés et des astreintes sont possibles. Le port d’équipements de protection individuelle est requis.

 La mobilité géographique peut amener le (la) technicien (ne) supérieur (e) en méthodes et exploitation logistique à évoluer dans des environnements culturels divers. 

... lire la suite

Comment bien choisir son diplôme

Bien choisir un diplôme VAE

Choisir le diplôme qui correspond le mieux à votre expérience peut-être compliqué. N'hésitez pas à consulter notre rubrique de conseils sur le sujet ! Vous y apprendrez par exemple que même si vous n'avez aucun diplôme vous pouvez obtenir directement une licence par la VAE, si votre expérience le justifie !

Garant des dispositifs réglementaires et contractuels, le technicien supérieur en méthodes et exploitation logistique pilote tout ou partie des activités logistiques du site et participe à leur développement par l'élaboration et la mise en œuvre de solutions logistiques, afin de garantir les niveaux de productivité, de rentabilité et de service visés.
A partir des prévisions et des fluctuations du volume de l'activité, le technicien supérieur en méthodes et exploitation logistique dimensionne et planifie les moyens humains et matériels. Il manage les équipes logistiques, organise, supervise et régule les activités logistiques, élabore et exploite des indicateurs pour leur suivi. Il identifie et analyse les dysfonctionnements ou les dérives de l'exploitation logistique, élabore et met en œuvre des solutions opérationnelles pour traiter les non conformités et les situations à risques. Pour répondre aux besoins d'évolution et optimiser le fonctionnement de l'activité du site logistique, le technicien supérieur en méthodes et exploitation logistique réalise et argumente une étude de faisabilité technique et économique des solutions logistiques qu'il a identifiées. Il définit et formalise un plan d'action pour déployer la solution retenue. Il aménage les zones logistiques et implante les produits en fonction des contraintes physiques et réglementaires. Il élabore, communique et veille au respect des procédures de travail et s'assure du respect des règles d'hygiène, de sécurité, de sûreté et de qualité. Il concourt à la mise en œuvre de la politique de responsabilité sociétale de l'entreprise et s'assure du respect des règles du développement durable.
Le technicien supérieur en méthodes et exploitation logistique peut agir comme représentant légal de son entreprise. Selon la taille du site logistique ou des flux traités, il est responsable d'une unité logistique ou d'un service. Il est en contact permanent avec des interlocuteurs diversifiés de tous niveaux : chefs d'équipes, préparateurs de commandes, caristes, autres opérateurs, hiérarchie, fournisseurs, prestataires de service, transporteurs, clients, administrations, douanes, services internes de l'entreprise. Les échanges s'effectuent en anglais, si nécessaire, et au niveau « B1 » de maîtrise du langage du « CECRL » (Cadre européen commun de référence pour les langues du Conseil de l'Europe).
Le technicien supérieur en méthodes et exploitation logistique exerce son emploi dans un entrepôt, une plateforme, une unité de production ou un magasin de stockage. Les conditions d'exercice sont impactées par le mode d'organisation, le système de gestion informatisé des flux logistiques, le degré d'automatisation du site, la nature et les caractéristiques des marchandises, le cadre réglementaire et contractuel. Il évolue dans un contexte soumis aux fluctuations de l'activité nécessitant des ajustements permanents. En fonction des spécificités de l'activité du site, des fluctuations et aléas, ses horaires de travail peuvent être décalés ou postés et des astreintes sont possibles. Le port d'équipements de protection individuelle est requis. La mobilité géographique peut amener le technicien supérieur en méthodes et exploitation logistique à évoluer dans des environnements culturels divers.

... lire la suite

L’ingénieur diplômé de l’ISEL est un généraliste des métiers de la logistique au sens large du terme. Il intervient dans la chaine de conception des systèmes logistiques et industriels, tout comme dans le développement et la mise en œuvre des systèmes d’information logistiques. Les métiers sont à la fois ceux des donneurs d’ordre (entreprises industrielles et commerciales) et ceux des prestataires de service logistique (transporteurs, manutentionnaires, stockistes et intégrateurs de ces systèmes).

Les ingénieurs de l’ISEL sont rompus à la conduite de projet éphémères, notamment les transferts industriels, et à l’évènementiel.

Les aptitudes de l’ingénieur diplômé se fondent sur un ensemble de connaissances scientifiques, techniques, économiques, sociales et humaines, permettant de retracer des perspectives innovantes au sein des entreprises

... lire la suite

Organisation des activités de production de biens ou de services o En situation de conduite de projet  o En situation de mise en œuvre du système de production · 

Gestion des flux physiques et des flux d’information o En suivant une démarche de progrès  o En situation de management de la production · 

Pilotage par la qualité  o En situation de conduite du changement o En situation de garantir les exigences d’un référentiel · 

Gestion et animation de la chaîne logistique globale o En situation de diagnostic et d'évaluation de la performance logistique globale o En situation de gestion des approvisionnements et des expéditions o En situation d'utilisation des normes et bonnes pratiques liées à l'entreposage et au transport  

... lire la suite