Diplômes compatibles avec la VAE

Le niveau indiqué est celui que vous obtiendrez.

TP Technicien(ne) d’études en chaudronnerie et tuyauterie industrielle

Niveau obtenu : Bac / BP / BT

Travaillant à partir d'un cahier des charges, d'une préétude ou d'un schéma fonctionnel et de consignes, le (la) technicien(ne) d'études en chaudronnerie et tuyauterie industrielle réalise les dossiers d'études détaillés d'ouvrages chaudronnés ou d'installation générale de tuyauterie industrielle. Ces dossiers permettent au département méthodes et/ou industrialisation la production du produit. Ils comprennent les plans, les nomenclatures, les notices techniques définissant les ensembles métalliques et les pièces constitutives, en vue de leur fabrication, de leur montage et de leur utilisation.
Travaillant sous la responsabilité d'un projeteur ou du responsable de bureau d'études, le (la) professionnel(le) intègre l'environnement, la sécurité des biens et des personnes, les règles de base en conception lors de l'étude des ouvrages. Les missions qui lui sont confiées nécessitent un ensemble d'actions souvent cadrées par une démarche qualité. En cas de difficultés techniques ou d'incompatibilité avec les objectifs assignés, il informe son supérieur et est en mesure de justifier les corrections ou innovations qui seront portées au cahier des charges.
Il (elle) s'informe régulièrement des évolutions technologiques et des coûts des composants disponibles sur le marché. Il (elle) assure la veille technologique par une consultation régulière et permanente des banques de ressources technologiques, des normes, des catalogues, des tarifs des fournisseurs des matériaux et accessoires et des revues professionnelles. Au sein du processus global de fabrication, son champ d'intervention se situe entre la conception d'un élément ou d'une machine, et sa mise en fabrication dans les ateliers.
La tenue de l'emploi nécessite des relations de collaboration technique avec les clients et les fournisseurs, les services chargés des achats, de l'industrialisation, de la production et du contrôle.
L'emploi s'effectue majoritairement au sein du bureau d'études des entreprises, chez les prestataires d'études ou d'ingénierie. Il s'exerce généralement selon des horaires réguliers de jour, mais peut nécessiter des déplacements sur sites. Il s'effectue la plupart du temps en position assise face à un écran d'ordinateur. L'utilisation de logiciels de dessin assisté par ordinateur et de conception assistée par ordinateur (DAO-CAO) et bureautiques est indispensable.

1. Réaliser les dessins de définition d'ensembles métalliques

Elaborer une solution technique pour la modification des éléments d'un ensemble métallique.
Produire des plans à l'aide de logiciels de dessin et de conception informatisés et bureautiques.

2. Réaliser l'étude d'un ouvrage chaudronné

Produire les plans d'un ouvrage chaudronné.
Constituer le dossier technique d'un ouvrage chaudronné.

3. Réaliser l'étude d'une installation générale de tuyauterie industrielle

Produire les plans d'une installation générale de tuyauterie.
Constituer le dossier technique d'une installation générale de tuyauterie industrielle.

TP Technicien (ne) de fabrication de l’industrie chimique

Niveau obtenu : Bac / BP / BT

Le (la) technicien(ne) de fabrication de l’industrie chimique pilote, seul ou en équipe, une installation complexe de production chimique. Il a la responsabilité technique d’une ou plusieurs fabrications et un rôle de référent technique auprès des opérateurs. Placé sous la responsabilité d’un hiérarchique, il l’assiste dans la gestion des équipes et l’organisation de la production. Pour cela, il (elle) :

- prépare des opérations de productions chimiques, met en route et arrête une installation de production généralement à partir d’un système numérique de contrôle et de commande centralisé ;

-  surveille un grand nombre de paramètres autorégulés et effectue des réglages du process en fonction d’écarts repérés ;

-  met en œuvre des méthodes de suivi de fabrication et assure la conformité des produits en prenant en compte les résultats d’analyses ;

-  diagnostique les dysfonctionnements sur les équipements et intervient lui-même ou fait intervenir le bon interlocuteur, principalement : instrumentiste, automaticien, technicien de maintenance, pour y remédier ;

-  participe à la réalisation d’essais et à des études techniques visant à l’amélioration de la qualité et de la productivité ;

-  participe à la gestion technique et à l’optimisation de la production au quotidien en assistance ponctuelle à son agent de maîtrise.

Le titulaire de l’emploi travaille généralement dans une unité de production, depuis une salle de contrôle d’où il commande les appareils à distance. Il peut également se rendre sur site pour effectuer des actions ou vérifications ponctuelles.

Il veille constamment à adapter ses interventions et son comportement aux exigences de sécurité, d’hygiène, de qualité, d’environnement et de développement durable inhérentes au site, aux produits et aux procédés, pour lui, les personnes et les biens. Une vigilance permanente et le port d’équipements de protection individuelle sont indispensables compte tenu des matières traitées et des techniques utilisées.

Les horaires de travail sont majoritairement de type posté ou en continu : 2 × 8, 3 × 8, 5 × 8, plus rarement en journée. Il peut être parfois détaché de son poste pour travailler en journée lors de missions ponctuelles particulières, pour des études par exemple.

 

1.Piloter une installation complexe de production de l’industrie chimique

 Organiser et préparer une production chimique.

Démarrer, réguler et arrêter une installation de production chimique.

Contrôler la conformité des flux matières d’une production chimique.

Diagnostiquer et résoudre des dysfonctionnements techniques d’une installation de production chimique.

 

2.Contribuer à l’organisation technique et à l’optimisation d’un système de production chimique

 

Participer à des études techniques relatives à une installation de production chimique.

Coordonner les activités techniques d’opérateurs de production de l’industrie chimique.

Former des opérateurs à un poste de travail ou à de nouvelles technologies ou productions de l’industrie chimique.



TP Technicien(ne) en montage et vente d'optique-lunetterie

Niveau obtenu : Bac / BP / BT

Le (la) technicien(ne) en montage et vente d'optique-lunetterie se situe dans une chaîne de prestations qui part de la prescription d'un professionnel de santé jusqu'à la réalisation d'un équipement généralement pris en charge par les organismes de couverture sociale.
Sous la responsabilité d'un opticien diplômé et à partir de la prescription de l'ophtalmologiste, le (la) technicien(ne) en montage et vente d'optique-lunetterie vend et réalise un équipement répondant aux besoins et attentes du client, aussi bien en termes d'usage, de budget, de confort que d'esthétique.
Il fournit une prestation globale comprenant :
― l'accueil clientèle ;
― l'analyse de la demande ;
― les conseils techniques ;
― la formulation d'une offre personnalisée ;
― la remise du devis ;
― la gestion du dossier client ;
― le suivi des commandes et des stocks ;
― la réalisation de l'équipement ;
― la livraison ;
― le service après-vente.
Les qualités principales attendues sont la polyvalence, le sens du relationnel, le sens de l'observation, de l'esthétique, l'organisation et la minutie.
Les conditions générales d'exercice de l'emploi se situent dans deux espaces distincts : la surface de vente et l'atelier.
Le (la) technicien(ne) en montage et vente d'optique-lunetterie » est en contact direct avec le client dans l'espace de vente où il (elle) intervient de manière autonome.
Son activité nécessite l'utilisation d'appareils de mesure et d'outils informatiques dotés de logiciels spécifiques.
Le montage de l'équipement est généralement assuré dans un atelier intégré au point de vente.
La journée continue est couramment pratiquée et l'activité est répartie sur la semaine, avec un repos obligatoire de deux jours.
Les horaires sont généralement ceux des commerces de jour avec des amplitudes d'ouverture variables intégrant le samedi.
La station debout est prédominante.

1. Vendre des équipements personnalisés
et des produits d'optique-lunetterie de détail

Analyser la prescription médicale et l'historique visuel du client.
Conduire des entretiens de vente en optique-lunetterie.
Ajuster l'équipement d'optique-lunetterie du client à sa morphologie.
Relever les paramètres de montage d'un équipement d'optique-lunetterie.

2. Traiter des procédures administratives
dans un magasin d'optique-lunetterie de détail

Traiter le dossier client en optique-lunetterie.
Suivre les commandes et les mouvements de stock.

3. Effectuer le montage et les réparations
des équipements d'optique-lunetterie de détail

Monter les équipements d'optique-lunetterie.
Retailler manuellement un verre détouré d'optique-lunetterie.
Réparer ou remplacer des pièces défectueuses sur des montures.
Relever les paramètres de montage d'un équipement d'optique-lunetterie.

TP Tuyauteur(se) industriel(le)

Niveau obtenu : CAP / BEP

Le tuyauteur industriel est un ouvrier qualifié qui, à partir d'un dossier technique ou de consignes orales, fabrique des éléments de tuyauterie et réalise sur site le montage des lignes alimentant différents équipements industriels. En dehors de la réalisation des joints soudés, son champ d'intervention couvre le processus de fabrication depuis le débit des matériaux jusqu'à la mise à disposition chez le client.
Le tuyauteur industriel est placé sous la responsabilité d'un hiérarchique qui lui transmet les instructions de travail, appuyées de schémas, croquis, plans ou autres documents techniques qu'il peut être amené à compléter par la recherche de données intermédiaires en effectuant, par exemple des relevés de cotes sur site ou la recherche par épure des limites d'intersection d'un piquage. C'est un ouvrier qualifié, capable de réaliser en toute autonomie les opérations relevant du métier de tuyauteur et de s'assurer de la qualité de celles-ci.
Le tuyauteur industriel travaille en atelier et/ ou sur chantier et site d'exploitation. Il intervient sur des travaux neufs, des modifications d'installations, des opérations de réparation ou de maintenance.
Généralement, il travaille en équipe avec un soudeur, quelquefois avec un monteur.
Les travaux se déroulent au sol ou en hauteur, parfois dans des endroits difficiles d'accès, à l'air libre ou sous abri, souvent dans des conditions d'environnement nécessitant un strict respect des consignes de sécurité.
Il n'est, en principe, pas sédentaire : son activité de chantier peut le conduire à effectuer des petits ou grands déplacements, nationaux voire internationaux et à travailler en dehors des horaires habituels.

1. Assembler une ligne de tuyauterie simple


Exploiter et renseigner des documents techniques de tuyauterie.
Débiter à longueur des tubes et profilés.
Réaliser un tronçon de tuyauterie assemblé par filetage.
Réaliser un tronçon de tuyauterie comportant des cintrages par emboutissage hydraulique.
Réaliser et ajuster le profil des bords à souder.
Réaliser un tronçon de tuyauterie avec changement de direction à angles droits.
Contrôler dimensionnellement et géométriquement un élément de tuyauterie.


2. Fabriquer un tronçon de tuyauterie complexe


Exploiter et renseigner des documents techniques de tuyauterie.
Tracer un piquage sur tuyauterie.
Réalisation un tronçon de tuyauterie avec changement d'orientation à angles quelconques.
Réaliser des piquages sur un tronçon de tuyauterie.
Anticiper et redresser les déformations d'origine thermique des tuyauteries.
Contrôler dimensionnellement et géométriquement un élément de tuyauterie.


3. Monter et assembler des lignes de tuyauterie sur site


Préparer son intervention sur site.
Effectuer un relevé de cotes sur site.
Monter des éléments de tuyauterie sur site.
Rendre compte de son intervention.

TP Employé(e) commercial(e) en magasin

Niveau obtenu : CAP / BEP

L'employé (e) commercial (e) en magasin contribue au développement de l'activité commerciale du magasin en garantissant la disponibilité des articles en rayon et en facilitant la relation commerciale avec la clientèle. Il (elle) assure l'approvisionnement et la mise en valeur des produits d'un rayon ou d'un point de vente et répond aux sollicitations des clients, les oriente et les conseille.
Il (elle) réceptionne les marchandises, participe à la tenue des réserves, au rangement des produits et à leur préparation en vue de leur mise en rayon. Il (elle) remplit les linéaires lors des livraisons, lors des réassorts et à l'occasion de la mise en place des opérations commerciales. Il (elle) garantit le balisage et l'étiquetage des produits en rayon, veille en permanence à la propreté du rayon ou du point de vente.
Il (elle) effectue de façon régulière des comptages de stocks pour la préparation des commandes ou la réalisation d'inventaires. Il (elle) accueille le client, l'aide à choisir ses produits, le sert, procède à l'enregistrement des articles vendus et à l'encaissement des règlements.
Par son action au quotidien, il (elle) participe à la lutte contre la démarque et à la mise en œuvre de la politique de responsabilité sociétale de son entreprise (RSE).
L'employé (e) commercial (e) en magasin travaille en autonomie, seul (e) ou en équipe, sous la responsabilité d'un hiérarchique direct (chef d'équipe, responsable de rayon, responsable de magasin, gérant). Il (elle) est en contact direct avec la clientèle et participe à sa fidélisation.
L'employé (e) commercial (e) en magasin exerce dans tous types de points de vente : grandes, moyennes et petites surfaces commercialisant, le plus souvent en libre service, des produits alimentaires ou non alimentaires.
L'emploi peut s'effectuer en zone frigorifique et implique le port de charges. Il s'exerce en horaires décalés, en fin de semaine. L'employé (e) commercial (e) en magasin peut être amené (e) à travailler certains jours fériés et dimanches.

1. Approvisionner un rayon ou un point de vente

Préparer les marchandises en vue de leur mise en rayon.
Assurer la présentation marchande des produits dans le magasin.
Participer à la gestion et à l'optimisation des stocks d'un rayon.

2. Accueillir et accompagner le client dans un point de vente


Accueillir, renseigner, orienter et servir le client sur la surface de vente.
Enregistrer les marchandises vendues et encaisser les règlements.

Compétences transversales de l'emploi (le cas échéant)

Mobiliser un comportement orienté client et une posture de service.
Communiquer oralement (comprendre et s'exprimer).

TP Dessinateur projeteur en béton armé

Niveau obtenu : Bac +2 / DUT / BTS

Le dessinateur projeteur en béton armé assure la réalisation d'un dossier d'exécution du gros œuvre d'un projet de bâtiment et produit les plans d'exécution de coffrage et de ferraillage d'après le dossier de conception d'un maître d'œuvre.
L'emploi est sédentaire en bureau d'études. Les horaires sont réguliers, toutefois des impératifs tels que les questions des délais peuvent occasionner des dépassements d'horaire. Des déplacements ponctuels sont possibles pour des réunions sur chantier ou en entreprise. L'utilisation de l'informatique est permanente pour le dessin et courante pour le calcul des armatures.

1. Constituer le dossier d'exécution d'un ouvrage en béton armé

Analyser le dossier d'architecte d'un projet (plans et descriptif) et en identifier les éléments de structure.
Faire l'analyse et la synthèse de tous les renseignements techniques réunis auprès des différents interlocuteurs.

2. Dessiner les plans de coffrage d'un ouvrage en béton armé

Analyser le comportement général d'une structure en béton armé.
Dessiner les plans de coffrage.

3. Etablir les plans d'armature d'un ouvrage en béton armé

Définir les armatures à partir des notes de calcul et des plans de coffrage.
Dessiner les plans d'armature à l'aide d'outils informatiques.

TP Cordonnier multiservices

Niveau obtenu : CAP / BEP

Le cordonnier multiservices réceptionne et propose aux clients des prestations courantes sur les produits à entretenir et réparer (chaussures, sacs, couteaux, ciseaux, etc.) ou à fabriquer (plaques gravées, minéralogiques, clés) en fonction d'une base tarifaire. Il commande les services (tampons, imprimerie) et les fournitures utiles, exécute les opérations de fabrication ou de réparation correspondant à la commande en mettant en œuvre le matériel et les techniques en usage dans le métier. Dans les délais prévus, il restitue les travaux réalisés aux clients, propose et vend des articles associés, procède aux encaissements suivant le prix prévu. Il rend compte de sa tenue de caisse. Le cordonnier multiservices intervient dans le processus de durée de vie des produits sur lesquels il travaille. Il contribue à limiter et à retarder la création des déchets ultimes.
Il exerce ses activités principalement dans des boutiques de centre-ville ou de galeries marchandes.

Capacités attestées et descriptif des composantes de la certification :
1. REALISER LES PRESTATIONS COURANTES EN REPARATION DE CHAUSSURES

Remplacer tous types de bonbouts.
Poser des patins par collage sur toutes semelles.
Changer des demi-semelles par collage.
Changer, rénover talons, enrobages et cambrures.
Changer, poser, recoller des semelles entières en matériaux de synthèse.
Rénover des éléments du dessus des chaussures par piquage et couture.
Changer des accessoires sertis d'articles en cuir.
Rénover la tige des chaussures par cirage, teinture.
Réaliser des coutures de part en part à la machine Blake.
Forcer des chaussures à la machine à conformer.

2. REALISER LES PRESTATIONS DE SERVICES COMPLEMENTAIRES A LA CORDONNERIE

Reproduire des clés sur machine à tailler les clés plates.
Reproduire des clés sur machine à tailler les clés à gorge et à pompe.
Reproduire des clés sur machine à tailler les clés à points, à vague.
Graver des plaques signalétiques en matériaux divers sur machine assistée par ordinateur.
Composer, emboutir et changer des plaques minéralogiques.
Réaliser l'affûtage d'ustensiles coupants par tranchage et cisaillement.

3. MAINTENIR LE FONCTIONNEMENT OPERATIONNEL D'UNE CORDONNERIE MULTISERVICES

Prendre les commandes de prestations de cordonnerie et de multiservices.
Réaliser la vente-conseil d'articles connexes à la cordonnerie ou aux multiservices.
Assurer l'encaissement des articles et prestations en cordonnerie multiservices.
Suivre les approvisionnements en articles, services et fournitures en cordonnerie multiservices.
Agir au quotidien dans une cordonnerie multiservices en prenant en compte les attendus d'un développement durable.

TP Concepteur-développeur informatique

Niveau obtenu : Bac +3 ou +4

Le (la) concepteur (trice)-développeur (se) informatique prend en charge la conception et le développement d'applications informatiques. Il (elle) agit avec autonomie et, le cas échéant, avec des responsabilités d'animation et de coordination, dans le cadre de projets visant à automatiser un ou plusieurs processus de l'entreprise. Ces projets font suite à des demandes formulées directement par un client, par une maîtrise d'ouvrage ou par l'intermédiaire d'un chef de projet, afin de réaliser de nouvelles applications ou la maintenance évolutive d'applications existantes.
Il (elle) peut travailler en tant que salarié (e) d'une entreprise, pour un client de la société de services qui l'emploie, ou en tant qu'indépendant, directement pour un client. Ses activités diffèrent selon la taille et l'organisation du projet. Pour les projets de petite taille, il (elle) peut mener en autonomie la conception et le développement de l'application. Dans le cas de moyens et de grands projets, il (elle) travaille soit au sein d'une équipe hiérarchisée sous la responsabilité d'un chef de projet, soit en équipe pluridisciplinaire. Il (elle) applique et fait appliquer les normes de qualité et de sécurité logicielle de son entreprise ou de son prestataire de services.
Il (elle) s'adapte rapidement aux évolutions technologiques du secteur informatique.
La connaissance du métier du client pour lequel il (elle) réalise l'application est le plus souvent demandée.
La réalisation du projet dont il (elle) a la charge nécessite de sa part organisation et gestion du temps, ainsi que, le cas échéant, le suivi des développeurs affectés au projet.
Il (elle) prend en compte les contraintes économiques, en termes de coûts et de délais.
Assurant sa mission dans des entreprises et des contextes professionnels divers, il (elle) est mobile géographiquement et s'adapte aux nouveaux environnements de travail.
Il (elle) fait preuve de capacités relationnelles avec des interlocuteurs tels que la maîtrise d'ouvrage, les utilisateurs, le chef de projet, l'architecte logiciel, les experts techniques et les autres développeurs, tout en conciliant des exigences contradictoires.

1. Développer des composants d'interface

Maquetter une application.
Développer une interface utilisateur.
Développer des composants d'accès aux données.
Développer des pages web en lien avec une base de données.

2. Développer la persistance des données

Concevoir une base de données.
Mettre en place une base de données.
Développer des composants dans le langage d'une base de données.
Utiliser l'anglais dans son activité professionnelle en informatique.

3. Développer une application n-tiers

Concevoir une application.
Collaborer à la gestion d'un projet informatique.
Développer des composants métier.
Construire une application organisée en couches.
Développer une application de mobilité numérique.
Préparer et exécuter les plans de tests d'une application.
Préparer et exécuter le déploiement d'une application.

TP Chargé d'affaires en rénovation énergétique du bâtiment

Niveau obtenu : Bac +2 / DUT / BTS

Le chargé d'affaires en rénovation énergétique du bâtiment seconde le responsable d'une entreprise sur les aspects techniques, organisationnels et commerciaux, le conseil client et la réalisation des travaux de rénovation d'un bâtiment.
Il opère sur plusieurs petits chantiers de travaux de rénovation énergétique de bâtiments qui peuvent être réalisés en lots séparés, en entreprise générale ou en groupement d'entreprises. Ces chantiers sont principalement de type pavillonnaire pour des particuliers.
Il intervient en amont dès la prise de contact avec le client. Il est responsable de l'exploitation du diagnostic de performance énergétique, de l'étude de l'offre globale, de l'organisation et du suivi qualitatif du chantier, et assure le contrôle de la bonne exécution des travaux.
Plus précisément, il réalise le diagnostic du bâtiment, étudie les solutions techniques les plus pertinentes, conseille et oriente la clientèle, accompagne le maître d'ouvrage sur les plans administratifs et financiers, coordonne et suit qualitativement les travaux de rénovation.
C'est un professionnel capable de traiter la chaîne « analyse, conception et mise en œuvre ».
Ses principaux interlocuteurs sont le client, les cabinets d'architectes, les bureaux d'études techniques, les bureaux de contrôle, de santé-sécurité et de coordination, les services des réseaux publics et ceux chargés de délivrer les autorisations administratives, les organismes financiers, les fournisseurs, les sous-traitants et le personnel d'exécution.
L'emploi se déroule en partie sur les lieux de la construction pour réaliser des relevés, des diagnostics, des réunions de chantier, le suivi des travaux, les tests d'étanchéité à l'air, et en partie dans les locaux de l'entreprise pour l'analyse et le complément d'enquêtes, les mises au propre lors de la définition du projet, la création de documents d'étude, de gestion technique, administrative et financière, de pièces contractuelles, des plannings, des tableaux de contrôle et de suivi ainsi que des rapports de chantier.
Des déplacements sont nécessaires soit sur le lieu du projet avec ou sans le client et partenaires externes pour l'état des lieux, soit chez les partenaires externes et services publics pour recherche de documents.

1. Etudier un projet de rénovation énergétique d'un bâtiment

Identifier les causes de déperdition énergétique d'un bâtiment.
Examiner et optimiser les techniques d'amélioration énergétique d'un bâtiment.
Estimer les travaux d'amélioration énergétique d'un bâtiment et le bénéfice client.

2. Conseiller le client sur un projet de rénovation énergétique d'un bâtiment

Proposer et conseiller des solutions pour la rénovation énergétique d'un bâtiment.
Conseiller sur les aides financières et fiscales liées aux travaux d'amélioration énergétique d'un bâtiment.
Rédiger la notice descriptive d'un projet de rénovation énergétique de bâtiment.

3. Préparer et suivre la réalisation de travaux de rénovation énergétique d'un bâtiment

Analyser et exploiter le dossier technique en vue de la mise en œuvre de la rénovation énergétique d'un bâtiment.
Préparer et organiser un chantier à faibles nuisances pour la rénovation énergétique d'un bâtiment.
Suivre la réalisation des travaux de rénovation énergétique d'un bâtiment en tous corps d'état.

TP Chaudronnier (ère) aéronautique

Niveau obtenu : CAP / BEP

Le chaudronnier aéronautique est un emploi de production contribuant à la fabrication d'un aéronef. Il conduit, de façon autonome, l'ensemble des opérations de mise en forme, appelé façonnage, de pièces primaires d'un aéronef : les cadres et les lisses de fuselage d'aéronefs, les longerons, nervures d'avions, les revêtements de carlingue, les capots moteurs. Au final, il assure le contrôle de la pièce et renseigne les dossiers de fabrication pour assurer la traçabilité de ses interventions.
A partir d'un plan de définition et en collaboration avec d'autres opérateurs, ces pièces de forme évolutive sont exécutées par combinaison de procédés d'allongement, de retreint, de roulage, de pliage, le plus souvent sur machines spécifiques mais aussi manuellement, sur outillages de forme ou « en l'air ». Le chaudronnier aéronautique forme les pièces évolutives à l'aide de techniques, d'outils et machines appropriés et spécifiques au secteur de l'aéronautique. Ces pièces sont réalisées, à l'unité ou en petites séries, à partir de tôles, profilés et tubes en alliage léger, acier inox, titane ou inconel.
Parce qu'il sait que la pièce est « avionable », c'est-à-dire qu'elle est un élément de structure de l'aéronef, le chaudronnier aéronautique apporte une attention particulière tout au long du processus de fabrication. La bonne exécution de son travail conditionne la sécurité des usagers ainsi que la fiabilité des aéronefs. Le chaudronnier aéronautique assure le respect et la responsabilité des tâches qui lui sont confiées en collaboration avec sa hiérarchie et le service contrôle.
Les opérations de formage, calibrage, redressage impliquent, en plus d'une maîtrise gestuelle, une compréhension des réactions du métal qu'il doit prévoir et ressentir, de la méthode, afin d'obtenir la forme finale de la pièce dans le respect des données techniques définies dans le dossier de fabrication.
Il assure la sécurité et la propreté à son poste de travail. Il contribue au développement durable et à la responsabilité sociale de l'entreprise en adoptant les comportements adéquats et en appliquant les règles définies.
Dans le secteur de la construction ou de la sous-traitance aéronautique, le chaudronnier travaille en station debout, en horaires réguliers, essentiellement dans des ateliers de chaudronnerie le plus souvent bruyants qui peuvent être « cloisonnés » en fonction des produits réalisés et du matériau utilisé. Dans le cadre de la maintenance, selon l'urgence, il peut intervenir directement sur l'aéronef en horaire décalé.

1. Fabriquer des pièces chaudronnées aéronautiques sur outillages de forme


Préparer et organiser son intervention de formage sur outillages de forme.
Préformer des pièces chaudronnées aéronautiques sur outillages de forme.
Régler une pièce aéronautique préformée sur outillages.
Ajuster et mettre aux cotes une pièce formée.

2. Former « en l'air » des pièces chaudronnées aéronautiques

Préparer et organiser son intervention de formage en l'air.
Former des pièces chaudronnées évolutives.
Mettre en forme des éléments chaudronnés « réglés » aéronautiques.
Ajuster et mettre aux cotes une pièce formée.

TP Stratifieur(se) multiprocédés en matériaux composites

Niveau obtenu : CAP / BEP

Le (la) stratifieur(se) multiprocédés en matériaux composites fabrique des pièces destinées à des secteurs professionnels tels que la construction de bateaux, véhicules, mobiliers urbains, éléments ferroviaires, à l'unité ou en petites séries. Il (elle) prépare les matières, moules et équipements de fabrication, puis applique des renforts en fibre de verre et de la résine thermodurcissable, généralement du polyester. L'imprégnation de résine se réalise manuellement en moule ouvert, ou par transfert de celle-ci à l'aide de pompes, dans un moule fermé mis en dépression.
Après démoulage, il (elle) parachève les pièces par des opérations de détourage, de découpe et parfois d'assemblage ou de renforcement local.
Enfin, il (elle) réalise la finition de surface pour obtenir l'aspect spécifié.
Le travail se déroule en atelier, le plus souvent debout. L'importance des pièces à fabriquer et les contraintes techniques des matériaux utilisés, en particulier les conditions d'application et les temps de durcissement de la résine, nécessitent souvent un travail en équipe de 2 ou 3 personnes.
Le (la) stratifieur(se) est en contact permanent avec des produits allergisants comme la fibre de verre, les résines polyester, les peroxydes, l'acétone. En fonction des situations de travail, il (elle) porte des équipements de protection individuelle du type gants, lunettes et masque, et respecte des procédures de mise en œuvre de matériels, de manipulation de produits et d'évacuation de déchets.
Il (elle) assure la propreté permanente de son poste de travail et le nettoyage des outils utilisés.

1. Mouler au contact des pièces composites


Préparer les matières d'œuvre pour une production au contact de pièces en composite polyester / verre.
Réaliser la mise en service et l'arrêt d'une machine airless pour résine polyester.
Appliquer un gelcoat sur un moule, au pistolet à gravité et à l'airless.
Stratifier au contact une pièce en composite polyester/verre, monolithique ou sandwich.
Démouler une pièce composite et repréparer le moule.
Détourer et réaliser des découpes à l'aide d'outillages portatifs, sur une pièce composite.
Assembler et renforcer localement des pièces composites par collage.


2. Draper des pièces composites fabriquées en infusion et injection


Réaliser l'habillage d'un moule et la mise sous vide pour la fabrication d'une pièce composite en infusion ou injection.
Réaliser la mise en service et l'arrêt d'une machine airless pour résine polyester.
Réaliser les opérations de transfert de la résine dans un moule pour la fabrication d'une pièce composite en infusion ou injection.


3. Réaliser la finition de surface de pièces composites


Contrôler la surface d'une pièce composite et déterminer les éventuelles retouches à réaliser.
Retoucher la surface d'une pièce composite.

TP Mécanicien(ne) réparateur(trice) de véhicules industriels

Niveau obtenu : CAP / BEP

Le (la) mécanicien(ne) réparateur(trice) de véhicules industriels assure la maintenance, la réparation et la pose d'accessoires, des véhicules utilitaires et industriels. Il (elle) effectue les opérations d'entretien, de pose d'accessoires, de révision, de remise en état.
Placé(e) sous la responsabilité du chef d'atelier, le (la) mécanicien(ne) réparateur (trice) de véhicules industriels intervient conformément à des procédures indiquées. Ses interventions portent sur des vérifications de conformité, des remplacements et des réparations bien définies. Les consignes sont fournies par un ordre de réparation. Il (elle) utilise la documentation technique de chacun des véhicules sur lesquels il (elle) intervient. Celle-ci précise les modes opératoires et les données techniques du constructeur. Il (elle) respecte les réglementations en vigueur. Les activités de cet emploi se pratiquent le plus généralement en atelier, parfois sur route en intervention de dépannage. L'emploi ne nécessite pas de mobilité géographique particulière. Les postures vont de la station debout, face à un plan de travail ou à un appareil, jusqu'à des positions contorsionnées indispensables pour atteindre les organes difficilement accessibles. Le port de charges lourdes est fréquent. Une bonne dextérité manuelle est nécessaire pour assurer la manipulation de pièces délicates. Les horaires de travail sont réguliers, mais tributaires des prestations à la clientèle qui entraînent parfois des dépassements d'horaires. L'environnement bruyant varie en fonction des tâches réalisées, il peut atteindre des niveaux élevés mais pour de courtes durées, par exemple lors d'un essai moteur. Malgré une ventilation des locaux, l'atmosphère ambiante peut être soumise à des pollutions gazeuses dues aux émanations d'hydrocarbures et aux gaz d'échappement.

1. Effectuer les opérations d'entretien courant des véhicules utilitaires et industriels

Réaliser les opérations de prise en charge et d'entretien programmé des véhicules utilitaires.
Réaliser les opérations d'entretien programmées des véhicules industriels.
Réparer les assemblages mécaniques.
Intervenir sur une boucle froide de climatisation embarquée.


2. Réparer le freinage, les liaisons au sol et la direction des véhicules utilitaires et industriels

Réparer le système de freinage des véhicules utilitaires et industriels.
Remplacer les éléments des liaisons au sol et de direction des véhicules utilitaires et industriels.
Réparer les assemblages mécaniques.

3. Réparer les moteurs et les transmissions des véhicules utilitaires et industriels

Réparer les assemblages mécaniques.
Réparer les transmissions.
Réparer les moteurs thermiques.
Réparer les périphériques du moteur.
Intervenir sur une boucle froide de climatisation embarquée.

4. Effectuer les opérations de pose d'accessoires et de remise en état des équipements de signalisation, visibilité, retenue, remorquage et levage

Poser des accessoires de remorquage, de signalisation, de visibilité et d'information.
Réparer les ouvrants, les systèmes de retenue, d'information, de visibilité et de signalisation.
Intervenir sur une boucle froide de climatisation embarquée.
Remplacer les équipements d'attelage et de levage des véhicules utilitaires et industriels.

TP Agent d'entretien du bâtiment

Niveau obtenu : CAP / BEP

L'agent d'entretien du bâtiment réalise des interventions courantes d'entretien, de dépannage et d'aménagement, le plus souvent dans des locaux collectifs (lycée/maison de retraite/administration).
Ces interventions concernent essentiellement :

- l'entretien curatif des divers réseaux et installations, et des équipements techniques ;
- l'entretien et l'aménagement de l'enveloppe intérieure d'un bâtiment ;
- les travaux d'entretien et de finition à l'intérieur d'un bâtiment.

L'agent d'entretien du bâtiment identifie les dysfonctionnements (électrique ou sanitaire), et en établit le diagnostic pour, en fonction de la panne, y remédier lui-même ou faire intervenir une entreprise spécialisée.
L'emploi d'agent d'entretien du bâtiment s'exerce :

- essentiellement comme salarié auprès de collectivités territoriales, mairies ou syndic de copropriété, centres de vacances, campings, etc. ;
- majoritairement à l'intérieur de bâtiments, occupés ou vides selon le type d'intervention ;
- suivant des horaires modulables et variables dans le respect de la réglementation (contraintes liées par exemple à des chantiers de dépannage urgent) ;
- dans des conditions propres au travail sur chantier (poussière, bruit).

Pour toutes ces raisons, il doit avoir une bonne condition physique (station debout prolongée, marche, déploiements d'efforts fréquents) et des qualités relationnelles.
L'agent d'entretien du bâtiment, dans sa pratique, tient compte des règles concernant le tri des déchets de chantier, l'utilisation rationnelle des matériaux, des liants et de l'eau. Avant toute intervention sur différents supports (murs/sols) pour percer, poncer etc., il doit prendre connaissance, par l'intermédiaire de son hiérarchique, de la nature et de la composition de ces derniers, afin d'être informé de la présence éventuelle d'amiante.
Pour exercer le métier d'agent d'entretien du bâtiment, les qualités et aptitudes suivantes sont essentielles :

- ponctualité et assiduité ;
- organisation et planification des interventions ;
- sociabilité avec les usagers des locaux ;
- respect des règles de prévention ;
- conscience professionnelle ;
- capacité à rédiger un compte rendu d'intervention.

1. Réaliser les travaux courants d'entretien et d'aménagement sur l'enveloppe intérieure d'un bâtiment

Effectuer les travaux courants d'entretien et d'aménagement sur des ouvrages en plâtre sec.
Effectuer les travaux courants d'entretien sur des éléments menuisés.

2. Réaliser les travaux courants d'entretien et d'aménagement sur l'installation électrique monophasée d'un bâtiment

Effectuer les travaux courants d'entretien et d'aménagement sur le circuit composant une installation électrique monophasée d'un bâtiment.
Effectuer les travaux courants d'entretien et de dépannage sur l'appareillage composant une installation électrique monophasée d'un bâtiment.

3. Réaliser les travaux courants d'entretien et d'aménagement sur l'installation sanitaire d'un bâtiment

Effectuer les travaux courants d'entretien et d'aménagement sur le réseau composant une installation sanitaire d'un bâtiment.
Effectuer les travaux courants d'entretien et de dépannage sur l'appareillage composant une installation sanitaire d'un bâtiment.

4. Réaliser les travaux courants d'entretien et de finition à l'intérieur d'un bâtiment

Effectuer les travaux courants de peinture et de revêtements muraux.
Effectuer les travaux courants de pose au sol de revêtements souples.
Effectuer les travaux courants de pose collée au sol et au mur de revêtements durs.

TP Chargé de travaux en réseaux électriques aériens et souterrains

Niveau obtenu : Bac / BP / BT

Le chargé de travaux en réseaux électriques aériens et souterrains encadre et réalise les travaux d'installation de réseaux de distribution d'énergie électrique haute tension (HTA) et basse tension (BT) ainsi que d'éclairage public. En amont de la mise en œuvre des réseaux, il prépare et organise son chantier à partir du dossier d'exécution et des consignes de son responsable. Il encadre ensuite son équipe constituée de deux à trois personnes pour effectuer les travaux et s'assure du bon déroulement du chantier. Il est le responsable de la sécurité sur le chantier et rend compte de ses activités.
Sur les ouvrages aériens, avec son équipe il arme les supports, pose ou dépose les poteaux, déroule, ancre, tire, et règle les câbles et conducteurs, il met en place et connecte les équipements, les appareillages de coupure et transformateurs. Il assure les branchements d'abonnés sur les coffrets en limite de propriété ou en façade d'immeubles.
Pour les ouvrages souterrains et en émergences, il réalise avec son équipe le déroulage et à la pose des câbles dans les tranchées. Il raccorde les émergences et les branchements d'abonnés. Pour les installations d'éclairage public, il met en place avec son équipe les mâts et les foyers lumineux. Il raccorde ensuite les armoires de commande et de protection alimentées par le réseau d'énergie.
Le chargé de travaux en réseaux électriques aériens et souterrain travaille en autonomie et il est responsable de son équipe. Il rend compte à son supérieur de son activité, des problèmes ou des travaux imprévus lors du déroulement du chantier. Il est le garant de la qualité de la réalisation, du respect du planning et effectue les rapports d'activité journaliers ou hebdomadaires.
L'emploi s'exerce sur des chantiers en extérieur. Pour les réseaux aériens, le chargé de travaux travaille en hauteur, il maîtrise les différents moyens d'ascension aux supports. Il s'assure que son équipe respecte les règles de sécurité et utilise les équipements de protection collectifs (EPC) et les équipements de protection individuelle (EPI). Il effectue les opérations hors tension ou sous tension suivant l'ordre de travail, avec une habilitation électrique délivrée par son employeur.
Son activité s'exerçant dans l'environnement de la voie publique, il doit s'assurer de la bonne mise en œuvre de la signalisation temporaire. Il communique avec les différents acteurs du chantier ; clients exploitant, ses responsables, les autres corps d'état, les usagers.

1. Réaliser des travaux sur des réseaux électriques basse tension aériens et encadrer une équipe

Préparer et organiser un chantier de construction ou de modification d'un réseau aérien basse tension.
Construire ou modifier un réseau basse tension aérien et gérer son équipe.
Réaliser des branchements électriques issus d'un réseau basse tension aérien et gérer son équipe.

2. Réaliser des travaux sur des réseaux électriques basse tension souterrains et en émergences et encadrer une équipe

Préparer et organiser un chantier de construction ou de modification d'un réseau basse tension souterrain.
Construire ou modifier un réseau basse tension souterrain, raccorder les émergences et gérer son équipe.

3. Réaliser des travaux sur des réseaux électriques haute tension (HTA) aériens et souterrains et encadrer une équipe

Préparer et organiser un chantier de construction ou de modification d'un réseau haute tension (HTA).
Construire ou modifier un réseau haute tension (HTA) aérien et gérer son équipe.
Construire ou modifier un réseau haute tension (HTA) souterrain et gérer son équipe.

4. Réaliser des travaux sur des réseaux électriques basse tension d'éclairage public et encadrer une équipe

Préparer et organiser un chantier de construction ou de modification d'éclairage public basse tension.
Construire ou modifier un réseau basse tension d'éclairage public et gérer son équipe.

TP Superviseur(se) relation client à distance

Niveau obtenu : Bac +2 / DUT / BTS

Le (la) superviseur(se) relation client à distance coordonne le travail d'une équipe de conseillers d'un centre de relation client à distance dans le respect de la réglementation sociale, de la politique de l'entreprise et des objectifs à atteindre. Il (elle) communique en permanence, oralement et par écrit avec l'équipe, les interlocuteurs internes et externes, en utilisant différents canaux.

Il (elle) veille constamment au bon fonctionnement de l'outil de gestion de la relation client multicanal, procède à des paramétrages optimaux en fonction de la mission ou campagne à assurer et prépare les nouvelles missions ou campagnes en relation client à distance. Il (elle) organise l'activité d'une équipe de conseillers client à distance et transmet les données administratives aux services compétents. Il (elle) est présent(e) auprès de l'équipe, l'informe régulièrement des enjeux des campagnes, transmet des consignes et veille en permanence au respect des normes de qualité par des moyens de supervision à sa disposition. Le (la) superviseur(se) relation client à distance participe éventuellement au recrutement de nouveaux collaborateurs, repère les besoins de formation et assure tout ou partie de la professionnalisation de l'équipe. Il (elle) se tient régulièrement informé(e) des évolutions technologiques et organisationnelles de son champ professionnel. Il (elle) est force de proposition auprès de son (sa) responsable. Par son action au quotidien il (elle) participe à la mise en œuvre de la RSE, en associant les aspects économiques, la responsabilité sociale et l'éco-responsabilité.
Le (la) superviseur(se) relation client à distance encadre une équipe de 10 à 12 conseillers et travaille sous la responsabilité d'un(e) chef de plateau ou d'un(e) directeur(trice) de CRC. Il (elle) suit les indicateurs de performance individuels et collectifs de l'équipe de conseillers et rend compte à son (sa) responsable des résultats et de tout événement impactant l'activité. Il (elle) communique oralement et par écrit avec des services internes et des interlocuteurs externes. Le (la) superviseur(se) est disponible pour ses interlocuteurs et réactif en cas d'ajustement nécessaire.
Le (la) superviseur(se) exerce l'emploi dans un espace ouvert (open space) en centre de relation client à distance intégré à l'entreprise ou chez un prestataire.
L'emploi s'exerce en général en travail posté et à temps plein. Les horaires peuvent être variables et s'effectuer la nuit, les week-ends et les jours fériés.

Le rythme de travail varie en fonction des flux d'appels.

La rémunération comprend un fixe avec éventuellement une partie variable.

1. Gérer l'ensemble des moyens nécessaires aux activités d'une équipe de conseillers(ères) clientèle à distance


Maîtriser les outils de gestion de la relation client.
Organiser l'activité de l'équipe de conseillers clientèle.
Préparer et mettre en place une nouvelle mission ou campagne.


2. Manager une équipe de conseillers(ères) clientèle à distance


Participer au recrutement et à l'intégration de conseillers clientèle.
Assurer le management de proximité de l'équipe de conseillers clientèle.
Professionnaliser et faire monter en compétence l'équipe de conseillers clientèle.
Collecter et transmettre les informations administratives de l'équipe de conseillers clientèle.


3. Contribuer à l'amélioration des activités d'un centre de relation client à distance


Faire appliquer les réglementations et les normes qualité en relation client à distance.
Mettre en œuvre et analyser les tableaux de bord.
Rendre compte, être force de proposition auprès de la direction.

Diplome Responsable technique et opérationnel des systèmes mécaniques et électriques

Niveau obtenu : Bac +3 ou +4

LeResponsable technique et opérationnel des systèmes mécaniques et électriques est capable de finaliser des produits industriels et des matériels électriques et mécaniques en mettant en œuvre de nouvelles technologies. Ces produits peuvent concerner l’industrie automobile (alternateur, motorisation électrique hybride, déflecteur aérodynamique), l'industrie aéronautique (dérive, gouvernail), ferroviaire (signalisation, freinage) ou de l’énergie (distribution et installation, génie climatique et énergies renouvelables).
Activités principales :
1.    À partir d’un cahier des charges, il met en œuvre des nouveaux produits industriels, matériels, électriques ou mécaniques et économiquement viables pour prévenir ou résoudre des problèmes.
2.    Il réalise des tests et essais, analyse les résultats et détermine les mises au point du produit, du procédé.
3.    Il organise la fabrication d’un produit de manière à améliorer la productivité tout en respectant les délais et la qualité requise par le cahier des charges.
4.    Il assure l’assistance et le support technique auprès des clients (internes, externes) de l’entreprise.
5.    Il veille au respect des règles et de la législation en matière d'environnement, de sécurité et d'hygiène.
6.    Il manage une équipe de 3 à 10 personnes (ouvriers, techniciens, agents de maitrise) dans différents types d'activités (chef de projet, responsable chargé d'affaire, responsable technico-commercial).


Les capacités attestées :
-    Analyser un cahier des charges fonctionnel
-    Réaliser l’analyse fonctionnelle du produit
-    Planifier les travaux avec les équipes
-    Optimiser les outils aux nécessités de production et aux attentes du client
-    Participer à la fixation et l'analyse des indicateurs de suivi de production
-    Synthétiser les données issues des problèmes techniques
-    Utiliser les outils de la CAO
-    Dimensionner et optimiser un système électrotechnique / mécanique en intégrant les règles de sécurité
-    Réaliser le prototype avec l'atelier / le sous traitant
-    Utiliser des instruments de mesure électrique, vibratoire, acoustique pour traiter les signaux
-    Analyser quotidiennement les indicateurs de suivi des phases de test
-    Vérifier que les commandes livrées sont conformes au cahier des charges et respectent les contraintes (coûts, qualité, délais)
-    Garantir le bon fonctionnement du produit en conseillant les utilisateurs
-    Rédiger un plan d’assurance qualité (PAQ)
-    Animer une équipe pour l'optimisation des procédures de production
-    Conduire des entretiens d'évaluation et fixation d'objectifs individuels
-    Sensibiliser les membres de l’équipe et faire appliquer les règles de sécurité en mettant en place des indicateurs de suivi des règles

TP Calorifugeur(se) en isolation industrielle

Niveau obtenu : CAP / BEP

A partir d'un dossier technique ou d'un relevé de cotes sur site, le (la) calorifugeur(se) en isolation industrielle conduit les différentes opérations de transformation telles que le traçage simple, le débit, le roulage, le moulurage, l'agrafage et le pliage de l'ensemble des isolants et revêtements destinés à l'isolation industrielle.
Sur site, il (elle) adapte et pose les différents isolants fibreux ou cellulaires afin d'assurer le maintien en températures positives ou négatives des tronçons de tuyauterie, des ouvrages chaudronnés et des appareillages. Il (elle) monte et ajuste ensuite les revêtements préfabriqués afin d'assurer une protection mécanique, de s'opposer à l'infiltration de l'eau et d'obtenir une présentation esthétique de l'ouvrage.
Le (la) calorifugeur(se) en isolation industrielle intervient sur des équipements industriels ; sur des travaux neufs, des modifications d'installation, des opérations de réparation ou de maintenance.
Il (elle) travaille essentiellement sur chantier et site d'exploitation à l'air libre ou sous abri, mais également en atelier. Sur site, il (elle) intervient souvent en hauteur et doit pour cela utiliser un échafaudage.
Le (la) calorifugeur(se) en isolation industrielle est placé(e) sous la responsabilité d'un chef d'équipe, un contremaître, un chef d'atelier ou chef de chantier. En fonction de l'organisation du travail et de la taille de l'entreprise, il (elle) peut être appelé(e) à travailler seul(e) (principalement en atelier) ou en équipe sur des opérations manuelles, assistées par des moyens mécaniques Il (elle) peut intervenir en atelier et/ou sur site, sur une partie ou sur la totalité du processus de fabrication. Il (elle) reçoit de son hiérarchique des instructions de travail avec schémas, croquis, plans ou autres documents techniques qu'il peut être amené à compléter par la recherche de données intermédiaires en effectuant par exemple des relevés de cotes sur site.

1. Poser des isolants en isolation industrielle

Préparer un poste de travail sur site.
Démonter un calorifuge.
Exploiter un dossier technique pour la pose d'isolants.
Débiter et poser les isolants fibreux.
Débiter, ajuster et poser les isolants cellulaires.
Confectionner un pare vapeur.


2. Fabriquer et monter des revêtements en isolation industrielle

Préparer un poste de travail sur site.
Tracer un contour de pièces planes par reproduction d'un gabarit ou par tracés géométriques simples.
Tracer l'emplacement des supports, des organes de contrôle et de régulation.
Fabriquer des éléments de revêtement d'isolation.
Assembler et monter les éléments de revêtement.
Relever des cotes sur site et les reporter sur un croquis

Diplome Responsable opérationnel en automatismes

Niveau obtenu : Bac +3 ou +4

Le responsable opérationnel en automatismes exerce depuis la modélisation jusqu’à la mise en service de systèmes complexes et leur maintenance en passant par les étapes de simulation, de conception et de réalisation. C’est un métier transverse dans le monde industriel. Derrière cette définition générale du métier se déclinent des fonctions faisant appel à des compétences dans les domaines variés que sont l’instrumentation, l’électricité, la mécanique, l’hydraulique, l’analyse fonctionnelle, les réseaux informatiques.
Le responsable opérationnel en automatismes assure les fonctions suivantes :
    * En recherche et développement (R&D), il participe à l’étude et à la conception de systèmes automatisés, en relation avec l’ingénieur de recherche.
    * En production, il participe à la maintenance des systèmes automatisés existants et à l’installation de nouveaux systèmes automatisés. De plus, il contribue à la veille technologique permettant le renouvellement des systèmes automatisés de façon à améliorer la productivité de l’entreprise et la qualité de ses produits.
    * En situation de chargé d’affaire, il participe à la négociation avec le client, en relation avec l’Ingénieur chargé d’affaire et avec la direction.

Les capacités attestées :
    * Recenser les besoins du client et élaborer le cahier des charges.
    * En coordination avec l’ingénieur, estimer le niveau de technicité requis puis, suivant le cas, décider de faire l’étude en interne ou la sous-traiter, pour partie ou en totalité, par une société de service spécialisée, voire un laboratoire universitaire.
    * En coordination avec l’ingénieur, concevoir l’ensemble des automatismes nécessaires ainsi que leur coordination.
    * Avec l’équipe dont il est responsable, réaliser ces automatismes, les mettre en service et en assurer la maintenance.
    * Détecter et diagnostiquer les éventuels défauts de fonctionnement ; remédier aux défauts constatés.
    * Participer à la gestion des équipements, personnels et budgets associés à ces fonctions.

TP Technicien de maintenance en chauffage, ventilation et climatisation

Niveau obtenu : Bac / BP / BT

Le technicien de maintenance en chauffage, ventilation et climatisation assure la maintenance préventive et corrective des équipements de production de chauffage, de production d'eau glacée, de distribution hydraulique et de traitement d'air, appelés systèmes CVC, des bâtiments tertiaires et industriels. Son niveau de compétences techniques et son autonomie lui permettent d'assurer la mise en service des systèmes CVC, de participer, avec le technicien du constructeur, à la mise en service des producteurs d'eau chaude, d'eau glacée et de la gestion technique centralisée et d'optimiser les performances énergétiques de ces équipements.
Les activités menées par le technicien de maintenance en chauffage, ventilation et climatisation contribuent au confort des occupants, à la qualité des ambiances et au bon fonctionnement des process en milieu industriel. Il travaille souvent seul, mais reste au contact de son hiérarchique et se conforme aux règles d'hygiène et de sécurité, notamment dans l'utilisation des équipements de protection individuelle. Il gère les déchets liés à sa maintenance et il est le garant de la propreté des locaux qui lui sont confiés. Il assure la mise à jour les écrits contractuels et réglementaires sur chacun des sites clients.
Le technicien de maintenance en chauffage, ventilation et climatisation travaille toujours au sein du « service de maintenance » d'une entreprise de type PME ou d'un bureau local d'un grand major de la maintenance des équipements des systèmes CVC. Ce « service de maintenance » est constitué d'équipes d'une dizaine de techniciens gérées techniquement et administrativement par un chargé d'affaires. L'agent de maintenance en chauffage, ventilation et climatisation reçoit de son hiérarchique la liste de ses sites clients, les éléments des contrats tels que la localisation géographique, la liste des équipements et la périodicité de la maintenance, le planning des actions de maintenance systématique, les demandes de maintenance corrective et ses approvisionnements en pièces détachées et consommables.

Le métier s'exerce sur deux types de sites clients :

- les systèmes CVC de taille importante, qui nécessitent la présence journalière d'un ou plusieurs agents et techniciens de maintenance, appelés « postes fixes » ;
- les systèmes CVC de taille plus réduite, qui obligent le technicien de maintenance à se déplacer avec un véhicule vers une destination différente chaque jour. Le permis de conduire est obligatoire pour la tenue de l'emploi.

Les horaires peuvent être adaptés aux contraintes de la maintenance corrective et le technicien de maintenance en chauffage, ventilation et climatisation peut être assujetti à des astreintes.

1. Assurer la maintenance des équipements de production et de distribution d'eau chaude.
Exécuter la maintenance systématique et conditionnelle d'un équipement de production et de distribution d'eau chaude.
Réaliser la maintenance corrective de niveau 1 à 3 d'un équipement de production et de distribution d'eau chaude.
2. Assurer la maintenance des équipements de traitement d'air.
Exécuter la maintenance systématique et conditionnelle d'un équipement de traitement d'air.
Réaliser la maintenance corrective de niveau 1 à 3 d'un équipement de traitement d'air.
Effectuer les réglages des boucles de régulation des équipements de traitement d'air.
3. Assurer la maintenance des équipements de production et de distribution d'eau glacée.
Exécuter la maintenance systématique et conditionnelle d'un équipement de production et de distribution d'eau glacée.
Réaliser la maintenance corrective de niveau 1 à 3 d'un équipement de production et de distribution d'eau glacée.
4. Réaliser la mise en service et optimiser les performances énergétiques des équipements d'un système de chauffage, ventilation et climatisation.
Réaliser la mise en service des équipements d'un système de chauffage, ventilation et climatisation.
Optimiser les performances énergétiques des équipements d'un système de chauffage, ventilation et climatisation.

TP Monteur de réseaux électriques aéro-souterrains

Niveau obtenu : CAP / BEP

Le monteur de réseaux électriques aéro-souterrains exécute les travaux d'installation de réseaux de distribution d'énergie électrique haute tension (HTA) et basse tension (BT), ainsi que d'éclairage public.
Sur les chantiers de lignes aériennes, il plante les poteaux, tire les conducteurs puis met en place et connecte les équipements, appareillages de coupure et transformateurs. Ces travaux comprennent la dépose, et la construction, réparation ou modification des lignes. Sur les réseaux souterrains, il participe au déroulage et à la pose des câbles.
Il réalise le raccordement au réseau des armoires de répartition et les branchements d'abonnés sur des coffrets en limite de propriété ou en façade d'immeubles.
Il installe également les réseaux d'éclairage public, en mettant en place les mâts et les foyers lumineux qu'il raccorde aux armoires de commande et de protection alimentées par le réseau d'énergie.
L'emploi s'exerce en plein air à plus de dix mètres de hauteur, ou dans une tranchée à des températures fluctuantes. L'activité du monteur est soumise aux intempéries. Il travaille avec son chef d'équipe ou un autre monteur et doit respecter les délais prévus pour minimiser la coupure électrique des abonnés. L'emploi nécessite des déplacements quotidiens dans le département et la région, et parfois sur le territoire national.
Le monteur reçoit ses instructions du chef d'équipe ou du chargé de travaux et les exécute avec l'outillage adapté, en autonomie et dans le respect de la règlementation et des règles de sécurité. Il porte constamment ses équipements de protection individuelle (EPI) et effectue les opérations hors tension ou sous tension suivant l'ordre de travail, avec une habilitation électrique délivrée par son employeur. La plupart des travaux s'exécutent en hauteur sur les supports de lignes auxquels le monteur accède par des échelles ou des 'grimpettes' lorsqu'une nacelle ne peut être utilisée. Sur l'éclairage public, il intervient par contre majoritairement en nacelle avec l'autorisation de conduite délivrée par son employeur.
Les chantiers se déroulent à proximité de voies de circulation ou d'habitations, en rase campagne ou en ville. Certaines phases de travaux, comme le plantage des poteaux ou les opérations en tranchée, se font en présence de grues et d'engins de terrassement. Pour la manutention d'équipements lourds, le monteur utilise des treuils ou reçoit l'assistance d'engins de levage.

1. Installer des réseaux électriques haute tension (HTA)

Déposer un réseau électrique aérien haute tension (HTA).
Installer ou modifier un réseau électrique aérien haute tension (HTA).
Poser les câbles d'un réseau électrique souterrain haute tension (HTA).

2. Installer des réseaux électriques basse tension et réaliser les branchements aéro-souterrains aux abonnés

Installer ou modifier un réseau électrique aérien basse tension.
Poser les câbles d'un réseau électrique souterrain basse tension.
Confectionner les liaisons aéro-souterraines du réseau basse tension et raccorder les émergences.
Réaliser des branchements d'abonnés au réseau électrique basse tension.

3. Installer des réseaux d'éclairage public

Poser des candélabres et des foyers lumineux d'éclairage public.
Installer et raccorder au réseau les équipements d'éclairage public.