Recherche

Intervention technique d'exploitation logistique

Avril vous propose 18 diplômes pour les métiers Intervention technique d'exploitation logistique :

Le titulaire de la certification professionnelle assure les fonctions de Gestionnaire logistique, stockage et répartition de matériels et d’ingrédients. Il exerce ses activités professionnelles au sein d’une équipe technique pluridisciplinaire et hiérarchisée, dans le domaine de la logistique des matériels et produits : identification, suivi, recette, stockage, expédition, et distribution, en respectant les procédures, les règles d’hygiène et de sécurité et les impératifs de délais. Il peut exercer en horaires décalés, par roulement et être soumise à des astreintes.
Ses activités sont les suivantes :
    Opérations de magasinage des matériels
    Opérations de réception – expédition de matériels
    Opérations de distribution et/ou réparation / élimination  des matériels
    Suivi logistique des matériels

... lire la suite

Le Chef d’équipe, logisticien(ne) d’entreposage assure les fonctions d’organisateur  et de coordonnateur sur l'ensemble des activités du site dont il a la responsabilité en adaptant les moyens humains et matériels à la charge de travail prévisionnelle à moyen terme (trimestre, semestre, année) qu'il identifie.
Ce métier consiste à encadrer les magasiniers, les préparateurs de commande et les magasiniers caristes dans l’exercice de leur activité.
Selon l'organisation du travail de l’entrepôt/plateforme ou ils exercent, les chefs d'équipe sont spécialisés pour les grandes fonctions de la logistique (réception, stockage, expédition) ou sinon sont polyvalents sur l'ensemble de ces fonctions.
A la réception cela consiste à organiser les arrivages ; au stockage à gérer les emplacements et les produits selon les règles d’entreposage internes à l’établissement, veiller au respect strict de ces procédures ; à l’expédition à gérer les zones de préparation de commandes et s’assurer de la bonne exécution des commandes en fonction des délais impartis.
Il est en relation permanente avec les services internes et les interlocuteurs externes : clients, fournisseurs, prestataires de services. En permanence, il est confronté aux aléas et autres imprévus inhérents à l'activité et est amené à gérer des urgences.
Les activités de ce métier s’exercent en métropole ou à l’étranger au sein de plates-formes logistiques, de services logistiques, d’entrepôts, de magasin d’entreposage en relation avec différents interlocuteurs (préparateurs de commandes, caristes, fournisseurs, clients…).Elles varient selon les types matériels (aéronautiques et terrestres, de produits pétroliers, d'effets d'habillement, et d'articles d’équipements), le mode d’organisation (internationale, nationale, régionale…) et le degré d’informatisation et d’automatisation du site.

... lire la suite

- Optimisation des flux d’informations de la supply chain
- Gestion et coordination de projet de mise en place d’outils numériques  
- Interface avec les différents interlocuteurs internes et externes

... lire la suite

Comment bien choisir son diplôme

Bien choisir un diplôme VAE

Choisir le diplôme qui correspond le mieux à votre expérience peut-être compliqué. N'hésitez pas à consulter notre rubrique de conseils sur le sujet ! Vous y apprendrez par exemple que même si vous n'avez aucun diplôme vous pouvez obtenir directement une licence par la VAE, si votre expérience le justifie !

Garant des dispositifs réglementaires et contractuels, le technicien supérieur en méthodes et exploitation logistique pilote tout ou partie des activités logistiques du site et participe à leur développement par l'élaboration et la mise en œuvre de solutions logistiques, afin de garantir les niveaux de productivité, de rentabilité et de service visés.
A partir des prévisions et des fluctuations du volume de l'activité, le technicien supérieur en méthodes et exploitation logistique dimensionne et planifie les moyens humains et matériels. Il manage les équipes logistiques, organise, supervise et régule les activités logistiques, élabore et exploite des indicateurs pour leur suivi. Il identifie et analyse les dysfonctionnements ou les dérives de l'exploitation logistique, élabore et met en œuvre des solutions opérationnelles pour traiter les non conformités et les situations à risques. Pour répondre aux besoins d'évolution et optimiser le fonctionnement de l'activité du site logistique, le technicien supérieur en méthodes et exploitation logistique réalise et argumente une étude de faisabilité technique et économique des solutions logistiques qu'il a identifiées. Il définit et formalise un plan d'action pour déployer la solution retenue. Il aménage les zones logistiques et implante les produits en fonction des contraintes physiques et réglementaires. Il élabore, communique et veille au respect des procédures de travail et s'assure du respect des règles d'hygiène, de sécurité, de sûreté et de qualité. Il concourt à la mise en œuvre de la politique de responsabilité sociétale de l'entreprise et s'assure du respect des règles du développement durable.
Le technicien supérieur en méthodes et exploitation logistique peut agir comme représentant légal de son entreprise. Selon la taille du site logistique ou des flux traités, il est responsable d'une unité logistique ou d'un service. Il est en contact permanent avec des interlocuteurs diversifiés de tous niveaux : chefs d'équipes, préparateurs de commandes, caristes, autres opérateurs, hiérarchie, fournisseurs, prestataires de service, transporteurs, clients, administrations, douanes, services internes de l'entreprise. Les échanges s'effectuent en anglais, si nécessaire, et au niveau « B1 » de maîtrise du langage du « CECRL » (Cadre européen commun de référence pour les langues du Conseil de l'Europe).
Le technicien supérieur en méthodes et exploitation logistique exerce son emploi dans un entrepôt, une plateforme, une unité de production ou un magasin de stockage. Les conditions d'exercice sont impactées par le mode d'organisation, le système de gestion informatisé des flux logistiques, le degré d'automatisation du site, la nature et les caractéristiques des marchandises, le cadre réglementaire et contractuel. Il évolue dans un contexte soumis aux fluctuations de l'activité nécessitant des ajustements permanents. En fonction des spécificités de l'activité du site, des fluctuations et aléas, ses horaires de travail peuvent être décalés ou postés et des astreintes sont possibles. Le port d'équipements de protection individuelle est requis. La mobilité géographique peut amener le technicien supérieur en méthodes et exploitation logistique à évoluer dans des environnements culturels divers.

... lire la suite

Au sein de l'armée, le logisticien en transport routier et matières dangereuses est chargé d’encadrer une équipe de 12 conducteurs routiers et de mettre en œuvre les missions de transport de fret en métropole ou en opérations extérieures.
Spécialiste du transport de marchandises dangereuses (explosifs et carburants), il est à même d’organiser ou de réaliser le transport en assurant la sécurité maximale de ses subordonnés comme de la population des zones géographiques concernées par la mission. Il assure le suivi et fait faire l’entretien du parc de 6 véhicules de transport environ.
Dans le secteur civil, le logisticien en transport routier et matières dangereuses organise et planifie tout ou partie des opérations de transport et/ou logistiques d’un site, selon la réglementation et les règles de sécurité en vigueur, dans un objectif de qualité.
Il organise l’acheminement de marchandises par des moyens de transports appropriés.
Le logisticien en transport routier et matières dangereuses exerce les activités suivantes :
Domaine d’activités 1
Il organise des missions de transport et/ou logistiques avec le personnel qu’il encadre.
Domaine d’activités 2
Il gère la flotte de véhicules dont il est responsable.
Domaine d’activités 3
Il gère les compétences professionnelles de son équipe de conducteurs.

... lire la suite

A bord des navires de la Marine nationale, le maître de pont est responsable de la bonne exécution des manœuvres nautiques. Présent sur le pont, y compris par forte mer, il prépare, dirige et exécute les opérations d’appareillage, d’accostage, de mouillage, d’amarrage, de mise à l’eau des embarcations, de ravitaillement et de remorquage. Il est responsable de la bonne exécution des opérations de mise à la mer des embarcations et engins nautiques annexes qu’il pilote. Il est également chargé de l’entretien du matériel associé. Pour cela, il dispose d’une section composée de 3 à 10 manœuvriers, qu’il encadre.
A terre, au sein d’unités portuaires, le maître de pont est responsable de la bonne exécution de la manœuvre des navires et des remorquages portuaires.
Embarqué, cet emploi implique un éloignement du domicile, dont la durée va de plusieurs jours à plusieurs mois. A la mer comme à terre, l’activité s’exerce de jour comme de nuit et potentiellement les week-ends et les jours fériés.

... lire la suite

- Conception, commercialisation, et étude financière d’une offre de transport de personnes
- Coordination et gestion de la production d’une offre de transport de personnes par voie terrestre
- Management des équipes de production (personnel roulant et sédentaire)

... lire la suite

Les quatre activités principales du Gestionnaire de transport international multimodal et logistique portuaire sont, pour le compte de son entreprise ou d’une entreprise cliente :   

Activité 1 : Organisation de l’acheminement international multimodal des marchandises,

Activité 2 : Gestion du transport et des ruptures occasionnées par la multi modalité,

Activité 3 : Gestion de l’entreposage en relation avec les opérations de transport

Activité 4 : Suivi de l'acheminement international multimodal des marchandises tout au long de la chaîne logistique.      

... lire la suite

Au sein du ministère des armées, le cadre logistique en transport routier et marchandises dangereuses dirige un peloton/section d’un effectif d’environ 30 à 40 logisticiens en transport routier et marchandises dangereuses et conducteurs routiers, articulés en trois escouades/groupes. Il est subordonné à un escadron de transport, véritable opérateur de transport, au sein duquel il est normalement engagé et qui assure son soutien. Dans certaines configurations, il peut être aussi appelé à travailler isolément et donc en totale autonomie.  

Il est chargé de faire acheminer par voie terrestre des ressources de toutes natures - dont des marchandises dangereuses -, des dépôts et bases logistiques jusqu’aux unités de l’avant. À ce titre, il a les compétences requises pour étudier et organiser le transport en intégrant les contraintes et impératifs de sécurité pour ses subordonnés et la population des zones géographiques concernées par la mission. Il est, par ailleurs, le garant du maintien des compétences et savoir-faire de son peloton au niveau d’exigence requis.    

Dans le secteur civil, le cadre logistique en transport routier et marchandises dangereuses organise et planifie tout ou partie des opérations de transports et/ ou de logistiques d’un site, selon la réglementation et les règles de sécurité en vigueur, dans un objectif de qualité.  Il organise l’acheminement de marchandises par des moyens de transports appropriés.  

... lire la suite