Recherche

Parcourir les diplômes disponibles en VAE

CAP Menuisier Installateur

Équivalence CAP / BEP

Le titulaire du CAP menuisier installateur occupe des emplois relatifs aux activités d'installation les plus courantes du métier de menuisier. Il intervient sur des chantiers concernant des constructions neuves ou en réhabilitation et dans le cadre de la mise en œuvre d'ouvrages de menuiserie (portes, fenêtres, volets, parquets, escaliers, planchers, lambris, habillages divers...) et d'agencement (mobilier, rangement, plafond décoratifs, façades murales) en bois et matériaux dérivés. Les tâches principales exécutées dans le cadre de son activité sont :
- l'assemblage des composants et des accessoires ;
- le réglage des mises à niveau et des aplombs ;
- la mise en place des produits de jointoiement ;
- la fixation des ouvrages et produits ;
- la mise en sécurité de son poste de travail.

Il peut également installer des menuiseries et des fermetures en alliage léger, en verre et en matériau de synthèse.

Son lieu d'intervention privilégié est le chantier. Il peut, toutefois, être amené à préparer en atelier des éléments d'adaptation ou d'ajustement des ouvrages et/ou produits à poser ; pour cela il doit être apte à la conduite des machines outils conventionnelles de base du secteur de la menuiserie ainsi qu'à l'utilisation des matériels électro-portatifs.


Les compétences acquises par le titulaire du diplôme sont celles décrites dans l'ensemble des blocs de compétences.

}

Le titulaire du baccalauréat professionnel Accueil - Relation clients et usagers exerce, selon le type d'organisations (marchandes et non marchandes), trois grandes catégories d'activités : l'accueil en entreprise, administration ou association, relatif à l'accueil physique et téléphonique ; l'accueil événementiel ; l'accueil dans les transports qui se caractérise par des missions d'information, de médiation et de gestion des flux. En complément de ces activités, il peut être amené à réaliser des opérations commerciales ou de secrétariat.

L'accueil physique (en face à face) comprend trois phases ; la premièrecomprend la prise de contact et le filtrage des visiteurs. La deuxième est la réponse à la demande en termes d'information,  d'orientation ou de conseil. Enfin la troisème phase est la  prise de congé. L'accueil au téléphone concerne le traitement des appels. Les appels sont filtrés ou transférés lorsque la demande relève de la compétence d'un service ou d'une personne de l'entreprise. Il s'agit donc de connaître l'organigramme de l'organisation ainsi que les missions des différents collaborateurs et leur identité pour orienter efficacement les apples entrants. Les appels peuvent également être traités directement par le responsable de l'accueil.

Le titulaire du baccalauréat exerce aussi une activité de gestion de l'accueil : il prépare son espace de travail et veille à la sécurité des biens et personnes. Il met en place un suivi de ses activités d'accueil afin d'élaborer les outils nécessaires à leur analyse quantitative et qualitative.

Enfin, le titulaire du baccalauréat contribue à la permanence, la continuité et la qualité du service d'accueil. Il traite les réclamations, les mécontentements en repérant les éléments du conflit, et propose des solutions adaptées.
Il est amené également à  commercialiser les services marchands de l’entreprise ou de l’organisme qui l’emploie. Dans ce cas, il doit être capable de détecter les besoins des clients, de présenter les différents services offerts et les vendre, de participer à  la mise en place d’opérations promotionnelles et de suivre la clientèle. Il doit assurer l'après vente et traiter les éventuelles réclamations et assurer la fidélisation de la clientèle.

Pour mener à  bien ces différentes activités, le titulaire du poste tient des bases de données qu’il met régulièrement à  jour.
Il peut être amené à  rendre compte en faisant remonter des informations à  sa hiérarchie.

Il exerce des activités administratives connexes à son activité d'accueil : il gère le courrier, les plis et les colis, mais aussi les moyens internes (prêt de matériel ou affectations de salles) et les prestations de services externes. Il peut être amené ègalement à gérer les fournitures et le petit matériel.

 


Les compétences acquises par le titulaire du diplôme sont celles décrites dans l'ensemble des blocs de compétences.

}

CAP Staffeur Ornemaniste

Équivalence CAP / BEP

Le staffeur ornemaniste est un artisan d'art du bâtiment. Il réalise et met en place des éléments de décoration en staff (mélange de plâtre et de fibres végétales) dans la construction neuve ou ancienne pour les restaurations. Ses tâches vont de la réalisation du dessin préliminaire à la pose du motif décoratif qu'il a fabriqué.
Cet ouvrier qualifié est capable de lire des documents techniques, des dessins d'art appliqué.
Il connait la fabrication et à la pose du staff : connaissance des matériaux, des différents types d'échafaudage, des modes de fabrication et de fixation des éléments de staff selon le profil de l'ouvrage.

Les compétences acquises par le titulaire du diplôme sont celles décrites dans l'ensemble des blocs de compétences.

}

Comment bien choisir son diplôme

Bien choisir un diplôme VAE

Choisir le diplôme qui correspond le mieux à votre expérience peut-être compliqué. N'hésitez pas à consulter notre rubrique de conseils sur le sujet ! Vous y apprendrez par exemple que même si vous n'avez aucun diplôme vous pouvez obtenir directement une licence par la VAE, si votre expérience le justifie !

Le titulaire de ce diplôme exerce son activité dans les ateliers de prépresse des entreprises spécialisées dans la réalisation de produits imprimés. Il participe à l'élaboration, à la gestion et à la mise en forme des contenus éditoriaux : - participation à la conception de la maquette,
- gestion des données informatiques,
- traitement et mise en forme des textes, intégration des illustrations,
- participation à la réalisation des éléments constituant la forme imprimante,
- participation aux contrôles qualité,
- opérations de maintenance.
.}


Le moniteur de « plongée subaquatique » :
- anime des activités de découverte et d’initiation en plongée subaquatique en scaphandre sous l’autorité d’un moniteur titulaire d’un BEES option plongée ou d'un DE JEPS ou DES JEPS mention plongée, dans l’espace de 0 à 40 mètres ;
-  enseigne la plongée subaquatique en scaphandre jusqu’à 6 mètres de profondeur ;
- encadre en autonomie la randonnée subaquatique.
Il assure la sécurité des tiers et des publics dont il a la charge. Il a la responsabilité du projet d’activité qui s’inscrit dans le projet de la structure.

1 – Il encadre tout type de public dans une pratique de loisirs sportifs :
Il prend connaissance des individus ou du groupe, de sa composition, de l’expérience de chacun, de ses attentes, de son temps disponible ;
Il prend en compte le niveau des pratiquants ;
Il présente aux pratiquants les règles de sécurité et informe des réglementations applicables ;
Il participe à l’appréciation du niveau des randonneurs accueillis en les questionnant sur leurs expériences ;
Il anticipe les comportements à risque pour la santé physique des pratiquants ;
Il réagit en cas de maltraitance des mineurs ou de comportement sectaire ;
Il porte assistance aux pratiquants, en effectuant les gestes et en appliquant les techniques relatives aux premiers secours ;

2 – Il encadre des activités de découverte, d’initiation et d’animation sportives :
Il conduit des palanquées en exploration dans l’espace de 0 à 40 mètres ;
Il adapte le déroulement de la plongée au niveau réel des plongeurs dans le respect des directives du moniteur sous l’autorité duquel il est placé ;
Il prend en compte les caractéristiques des publics notamment les personnes en situation de handicap ;
Il présente les caractéristiques du site et les conditions de bon déroulement de l’activité ;
Il prend en compte les caractéristiques du milieu d’intervention ;
Il fait découvrir, connaître et respecter l’environnement subaquatique, et ses abords (connaissances élémentaires sur la faune et la flore rencontrées) ;
Il fait le bilan de la plongée avec son groupe et donne à chacun les informations et conseils appropriés ;
Il peut être amené à participer à l’élaboration du projet pédagogique de sa structure ;
Il assure la sécurité d’un lieu de pratique ;
- Dans le champ spécifique des activités de randonnée subaquatique :
Il initie à l’usage d’un masque, de palmes et d’un tuba (PMT) en piscine et en milieu naturel ;
Il initie à l’usage de divers autres équipements complémentaires (vêtement isothermique, lestage approprié, support de surface, etc) ;
Il forme des randonneurs subaquatiques à une pratique autonome ;
- Dans le champ spécifique des activités de plongée en scaphandre :
Il participe à la mise en œuvre et à l’animation des activités d’exploration en plongée (à l’air ou au nitrox en circuit ouvert) dans le respect de l’environnement, en tous milieux, artificiels ou naturels sous l’autorité d’un moniteur diplômé BEES, DE JEPS, DES JEPS ; il conduit des palanquées en exploration dans l’espace de 0 à 40 mètres ;
Il exécute les tâches de formation qui lui sont confiées  dans l’espace de 0 à 6 mètres, à l’air ou au nitrox en circuit ouvert ;

3 – Il participe au fonctionnement de la structure :
Il accueille la clientèle, notamment dans le centre ou sur le bateau support de l’activité ;
Il présente le projet d’animation au sein de l’équipe pédagogique de la structure ;
Il participe à la communication interne et externe de la structure ;
Il assure la veille juridique de son  activité ;
Il réalise les démarches administratives nécessaires au déplacement ou séjour de mineurs ;
Il assure la distribution, la restitution et le rangement des équipements individuels ;
Il participe à la définition des besoins en équipements de la structure.

 


1
Accueillir les différents publics ;
Prendre en compte l’expression des participants ;
Prendre en compte les caractéristiques du public concerné par la séance, dont les groupes de mineurs ;
Définir des dispositions pour assurer la sécurité des usagers ;
Favoriser l’autonomie des pratiquants ;
Maîtriser les phénomènes liés à l’activité du groupe et aux comportements des publics ;
Créer un climat relationnel favorable au développement de la plongée subaquatique.
 
2
Prendre en compte les spécificités des palanquées en exploration dans l’espace de 0 à 40 mètres ;
Assurer les fonctions de pilote de navire support de l’activité armé en plaisance ;
Prendre en compte la réglementation ;
Maintenir ses compétences en matière de secourisme ;
- Dans le champ spécifique des activités de randonnée subaquatique :
Adapter les randonnées au niveau des pratiquants dont les compétences et l’expérience ont été préalablement appréciées ou évaluées ;
Choisir une démarche pédagogique adaptée en fonction des objectifs, des caractéristiques du public et des lieux de pratique ;
Présenter les caractéristiques du site et les conditions de bon déroulement de l’activité ;
Présenter les règles de sécurité.
- Dans le champ spécifique des activités de plongée en scaphandre :
Conduire des palanquées en exploration dans l’espace de 0 à 40 mètres ;
Adapter le déroulement de la plongée au niveau réel des plongeurs dans le respect des directives du moniteur sous l’autorité duquel il est placé ;
Enseigner aux pratiques de plongée en scaphandre dans l’espace de 0 à 6 mètres, à l’air ou au nitrox en circuit ouvert ;
 
3
S’intégrer à une équipe de travail ;
Participer à des réunions internes et externes ;
Prendre en compte les obligations légales et de sécurité ;
Présenter le bilan de ses activités ;
Contribuer à la programmation des activités nécessaires au séjour de mineurs ;
Gérer le matériel et son utilisation afin de plonger en sécurité ;
Participer à l’organisation d’animations sportives événementielles au sein de la structure ;
Proposer des stratégies d’action dans le domaine de la prévention et de la sécurité.

}

TP Chef de chantier gros oeuvre

Équivalence Bac +2 / DUT / BTS

Le métier de chef de chantier gros œuvre s'articule autour de trois fonctions : la première technique, est orientée vers la réalisation d'ouvrage, la seconde organisationnelle, est axée sur le suivi et la gestion de chantier. A cet effet, il est susceptible d'utiliser l'outil BIM ou la maquette numérique. La troisième managériale, se centre sur la communication et l'animation de l'équipe.
Dans ses fonctions techniques et organisationnelles, le chef de chantier gros œuvre exploite le dossier de chantier, élabore les plannings de travaux et les documents d'ordonnancement. Il finalise les méthodes d'exécution en intégrant les besoins (matériel, matériaux, main-d'œuvre) et les mesures de sécurité (individuelles et collectives) en adoptant une démarche environnementale.
Le chef de chantier gros œuvre, fait réaliser l'installation du chantier et implante l'ensemble des ouvrages. Il contrôle la production du chantier et transmet à sa hiérarchie les rapports de suivi afin d'ajuster les moyens de production.
Dans ses fonctions managériales, le chef de chantier gros œuvre assure l'encadrement des équipes ainsi que la communication interne et externe en portant les valeurs de l'entreprise.
Il fixe les consignes, délègue la mise en œuvre et fédère les équipes autour de l'organisation proposée. Il gère les aléas, fait appliquer la réglementation (sécurité, environnement…) et les procédures de qualité.
Il assure le relais avec la direction, anime le travail des équipes de production en s'appuyant sur la démarche RSE de l'entreprise.
Il participe aux réunions de chantier, coordonne les interfaces entre les différents corps d'état intervenant sur le chantier.
Le chef de chantier exerce son métier par délégation de pouvoir sous l'autorité du conducteur de travaux ou suivant l'organisation de l'entreprise, du chef d'entreprise.
Il exerce son activité dans les entreprises de construction bâtiment de moyenne et grande importance, sur des chantiers de gros œuvre en extérieur sur les zones de construction pour le suivi et les vérifications visuelles des travaux et dans le bureau de chantier pour la production écrite. Sa mission comporte des déplacements fréquents et peut impliquer un éloignement du domicile de plusieurs jours ou semaines. Les horaires réguliers peuvent être conditionnés par des impératifs techniques et de délais.
Ses fonctions managériales nécessitent la prise de parole et la collaboration avec les équipes des autres entreprises, les fournisseurs, le coordonnateur de sécurité, le voisinage du chantier, et divers intervenants extérieurs (maîtrise d'œuvre, bureau d'étude technique, coordonnateurs…).
Dans certaines organisations d'entreprise, l'exercice du métier de chef de chantier gros œuvre nécessite la validation pour le travail en hauteur et une habilitation à l'environnement électrique.

1. Gérer et coordonner un chantier de gros œuvre
Extraire du dossier de chantier les informations nécessaires à la réalisation des travaux.
Elaborer les plannings de travaux gros œuvre du chantier.
Faire réaliser l'installation du chantier.
Prévoir les approvisionnements et enclencher les commandes du chantier.
2. Superviser les travaux du gros œuvre
Implanter et tracer les ouvrages du chantier.
Assurer les contrôles quantitatifs et qualitatifs de la production du chantier.
Etablir des modes opératoires des travaux du gros œuvre.
3. Manager les équipes de production gros œuvre
Encadrer les équipes de production.
Assurer la communication externe et interne.

}

TP Coffreur bancheur

Équivalence CAP / BEP

Le coffreur bancheur procède à la mise en place des coffrages et moules ainsi que leur étaiement. Après avoir positionné les armatures, il met en œuvre du béton.
Quand celui-ci a atteint le niveau de résistance requis, le coffreur bancheur décoffre l'ensemble.
Suivant la nature de l'ouvrage, il peut mettre en place des éléments préfabriqués de béton armé ou précontraint.
Il utilise des coffrages-outils standards ou des coffrages spécifiques en fonction des caractéristiques de l'ouvrage à réaliser.
Très souvent, il travaille en coordination avec le conducteur de l'engin de levage.
Selon le type de chantier les ouvrages diffèrent, ainsi par exemple :


- sur des chantiers de construction de bâtiments à usage d'habitation ou de locaux à usage tertiaire ou industriel, le coffreur réalise l'ossature en béton armé ;
- sur des chantiers de génie civil ou de construction d'ouvrages d'art, il réalise des ponts, des passages hydrauliques, des équipements industriels.


L'emploi de coffreur bancheur se trouve généralement dans des PME ou grandes entreprises de bâtiment et génie civil. Le travail s'effectue essentiellement en équipe et en extérieur.
Le coffreur bancheur est amené à exercer ses activités professionnelles dans tous types de milieux :


- milieux urbains ou ruraux, montagneux ou maritimes, en souterrain, sur les voies de circulation (routes, chemins de fer, canaux), dans les ouvrages de traitement de l'eau ;
- suivant des horaires modulables et variables (contraintes liées à la planification du chantier, aux délais d'exécution, au travail posté) ;
- dans des conditions météorologiques et d'environnement variables (pluie, neige, froid, chaleur, poussières, bruit) ;
- parfois sur des sites éloignés, occasionnant des déplacements de moyenne ou longue durée.


Du fait du travail en hauteur et tout particulièrement dans le cas de manutention d'éléments lourds à l'aide d'engins de levage, il doit avoir le souci permanent de sa propre sécurité et de celle de l'équipe dont il fait partie.
Pour toutes ces raisons, il doit posséder une bonne condition physique (station debout prolongée, marche, déploiements d'efforts fréquents).
Il exerce ses activités dans le respect des consignes de sécurité et de prévention de la santé, du PPSPS s'il existe, ou sinon du plan de prévention, et doit porter les équipements de protection individuelle (EPI).
La législation et les préoccupations environnementales des entreprises imposent au coffreur bancheur le respect systématique du tri des déchets de chantier et la maîtrise de la consommation d'eau, d'électricité, de carburant ainsi que des nuisances telles que le bruit et la poussière.

1. Réaliser des ouvrages en béton armé coffrés en traditionnel


Coffrer en traditionnel bois ou en éléments manuportables.
Mettre en place les armatures d'un ouvrage en béton armé.
Couler le béton d'un ouvrage en béton armé.
Réaliser les opérations de montage et de démontage d'un échafaudage de pied.


2. Réaliser des ouvrages en béton armé banchés


Elinguer et manutentionner une charge.
Coffrer des ouvrages en béton armé au moyen de coffrages-outils.
Mettre en place les armatures d'un ouvrage en béton armé.
Couler le béton d'un ouvrage en béton armé.


3. Réaliser la pose et le liaisonnement d'éléments préfabriqués


Réaliser les opérations de montage et de démontage d'un échafaudage de pied.
Elinguer et manutentionner une charge.
Poser et liaisonner des éléments préfabriqués courants.


4. Réaliser des radiers, des planchers de type dalle pleine et des tabliers d'ouvrages d'art


Réaliser les opérations de montage et de démontage d'un échafaudage de pied.
Elinguer et manutentionner une charge.
Construire un dispositif d'étaiement provisoire.
Réaliser les coffrages de radiers, dalles, planchers et tabliers.
Mettre en place les armatures d'un ouvrage en béton armé.
Couler le béton d'un ouvrage en béton armé.

}

TP Constructeur bois

Équivalence CAP / BEP

Le constructeur bois tient son emploi essentiellement dans les TPE et PME du bâtiment spécialisées dans la charpente et la construction en bois. Les destinations des constructions visées sont l'habitat individuel ou collectif, le tertiaire et les établissements recevant du public. Les natures de travaux visées sont les travaux neufs, les travaux de rénovation énergétique et les créations de surfaces par extension ou surélévation.
Le constructeur bois réalise les travaux de montage ou de pose sur plusieurs lots de la construction bois :

- la structure porteuse en bois ;
- la couverture en tuiles avec fenêtres de toit ;
- le revêtement bois de façade ;
- les ouvrages relatifs à la performance énergétique : isolations thermiques intégrées ou par l'extérieur, étanchéité à l'air.

Hors travaux de pose, il fabrique des sous-ensembles structuraux bois de façon semi-industrielle : production par lots ou petite série, fiches de taille, matières premières semi-finies.
Il fabrique aussi les habillages bois et les pièces de finition du revêtement extérieur bois.
Dans toutes ses activités, le constructeur bois applique les règles de sécurité individuelle et collective, les prescriptions et règles de mise en œuvre, et assure la maintenance de niveau 1 de ses outils de travail.
Le constructeur bois intervient selon les consignes et sous le contrôle d'une personne en responsabilité hiérarchique. De la réception des consignes au compte rendu des tâches exécutées, le constructeur bois réalise ses activités en autonomie. Il est amené à communiquer avec des acteurs tiers à l'entreprise comme les ouvriers d‘autres corps d'état, des fournisseurs, des représentants du client ou des agents de contrôle. Il est amené à travailler seul ou en équipe selon les activités.
Le constructeur bois utilise de l'outillage manuel, des machines portatives, des machines semi-stationnaires. Il exerce dans les ateliers de l'entreprise et sur chantier exposé aux intempéries. Exercer sur chantier implique des déplacements sur plusieurs jours dans un rayon d'action à l'échelle d'une région.
Les risques pour la santé du tenant de l'emploi sont liés :

- à l'atmosphère : bruits des machines, produit de traitement, poussières de bois, fibres d'isolant ;
- à l'usage de machines rotatives et outils de coupe ;
- à la manutention de charges supérieures à 55 kg ;
- et au travail en hauteur.

1. Fabriquer en atelier des sous-ensembles structuraux bois de façon semi-industrielle ou par lots

Débiter des lots de pièces d'une structure bois à partir de fiches de débit et de produits semi-finis.
Assembler des sous-ensembles structuraux bois à partir de plans de fabrication et de produits finis.

2. Monter une structure bois

Positionner, stabiliser et régler un sous-ensemble structurel bois.
Joindre et ancrer les sous-ensembles structuraux bois.

3. Poser les fenêtres de toit et une couverture en tuiles avec accessoires et abergements industrialisés

Poser une couverture en tuiles avec ses accessoires industrialisés et sans abergements.
Poser les fenêtres de toit et les zones de couverture en tuiles avec abergements industrialisés.

4. Réaliser le revêtement extérieur bois et mettre en œuvre les systèmes d'isolation et d'étanchéité à l'air d'une construction bois

Poser l'ossature bois rapportée support d'un revêtement extérieur bois.
Fabriquer les habillages bois et les pièces de finition pour un revêtement extérieur bois.
Poser le revêtement extérieur en lames ou panneaux bois d'une façade.
Mettre en œuvre les systèmes d'isolation et d'étanchéité à l'air d'une construction bois.

}

Le responsable de chantier de dépollution pyrotechnique (RCDP) participe par son action au bon déroulement des opérations de dépollution de terrains qui peuvent ainsi changer d'affectation.
Il est le référent technique et sécurité du chantier, le gestionnaire des moyens humains et matériels et assure la gestion administrative :
- à partir des pièces du marché de travaux et de l'étude de sécurité pyrotechnique, il ordonne et contrôle la mise en œuvre des règles et des moyens de sécurité, supervise les opérations d'implantation et de détection des cibles, vérifie la conformité des travaux d'approche et de mise au jour, valide l'identification des objets pyrotechniques découverts et décide de leur traitement. Cette activité demande une maîtrise des opérations de préparation, de détection et de dépollution ainsi que la parfaite connaissance des munitions issues principalement des derniers conflits européens ;
- il s'assure de la mise à disposition des hommes et du matériel au bon moment à l'aide des outils de planification et de suivi qu'il aura mis en place. Il rédige les documents obligatoires, élabore des synthèses et des comptes rendus. Les chantiers étant situés sur l'ensemble du territoire, le RCDP est l'interface privilégiée avec les services centraux de l'entreprise et, à ce titre, il collecte, valide et transmet les éléments de gestion du personnel et des achats. Enfin, il manage ses équipes, anime des réunions et maintient des relations professionnelles avec les acteurs internes et externes dans l'intérêt de la réussite du chantier et de l'entreprise.
Sauf cas de force majeure, le RCDP est attaché à un chantier jusqu'à son terme. Il a sous sa responsabilité principalement une ou plusieurs équipes d'opérateurs et d'aides-opérateurs en dépollution pyrotechnique. Lui-même est sous la responsabilité du chef d'entreprise et peut être assisté, par exemple, d'ingénieurs du bureau d'études ou de géophysiciens.
Il est souvent en déplacement, car une partie de son activité s'exerce en extérieur, où il peut être soumis aux intempéries. Pour la partie gestion et administration, il travaille en intérieur dans un bureau de chantier. Il est en relation avec les représentants des services de l'Etat responsables de la sécurité locale ainsi qu'avec l'ensemble des entreprises, gestionnaires de réseaux et populations concernés par l'activité.
La taille, la situation, l'environnement et l'occupation du site à dépolluer peuvent être très variables, par exemple de quelques dizaines d'hectares en zone rurale à quelques dizaines d'ares en zone très urbanisée, cela peut être un champ de tir, une base aérienne en activité ou un dépôt de munitions désaffecté, etc.

1. Conduire les opérations d'un chantier de dépollution pyrotechnique

Organiser la mise en place d'un chantier de dépollution pyrotechnique.
Préparer le terrain en amont des opérations de dépollution pyrotechnique.
Superviser des opérations d'implantation et de diagnostic.
Piloter les opérations de mise au jour et de traitement des objets pyrotechniques découverts.
Assurer la sureté et la sécurité lors de la conduite d'un chantier de dépollution pyrotechnique.


2. Assurer la gestion humaine, matérielle et administrative d'un chantier de dépollution pyrotechnique

Analyser et instruire les documents relatifs à la sécurité d'un chantier de dépollution pyrotechnique.
Planifier la réalisation d'un chantier de dépollution pyrotechnique.
Assurer le suivi d'un chantier de dépollution pyrotechnique.
Gérer la logistique d'un chantier de dépollution pyrotechnique.
Assurer la gestion du personnel présent sur le site.
Manager les équipes et animer les relations avec les acteurs du chantier.

}

TP Responsable de rayon

Équivalence Bac / BP / BT

Le responsable de rayon assure l'organisation optimale d'un espace de vente et l'animation d'une équipe au quotidien afin de contribuer à la satisfaction et à la fidélisation du client, de développer le chiffre d'affaires et d'atteindre les objectifs commerciaux fixés par la hiérarchie.
En s'appuyant sur l'équipe, et afin de maintenir la continuité du parcours client, il entretient et développe l'aspect marchand et l'attractivité de l'espace de vente, en tenant compte de l'offre produit et des modes de consommation des clients. Il adapte les stocks et consulte régulièrement les états des ventes en utilisant les applicatifs de l'enseigne.
Le responsable de rayon suit la réalisation des objectifs commerciaux et analyse les indicateurs de performance. En cas de variation, il propose des ajustements à son responsable hiérarchique et les met en œuvre avec l'équipe.
Au quotidien, le responsable de rayon organise et coordonne l'activité des membres de l'équipe. Il transmet les consignes, communique les objectifs individuels et collectifs et entretient et développe la motivation des membres de l'équipe. Il prépare et met en place le processus d'intégration de nouveaux membres de l'équipe, il valorise les compétences individuelles et collectives, identifie les besoins en perfectionnement et propose ou conduit des actions de formation. En fonction de la structure de l'entreprise, il participe ou réalise les différents entretiens en collaboration avec sa hiérarchie.
Le responsable de rayon exerce en petite, moyenne ou grande surface, alimentaire ou non-alimentaire, dans l'espace de vente et dans les réserves. Ses conditions d'exercice varient selon la taille de l'espace de vente et de la nature des produits.
Il travaille sous la responsabilité d'une hiérarchie à qui il rend compte de son activité au quotidien. Dans la limite de ses responsabilités et dans le cadre des règlementations et des procédures internes à l'enseigne, il peut faire preuve d'initiatives dans l'organisation de son activité. Il respecte et fait respecter les règles d'hygiène et de sécurité, de sureté, de qualité et de protection de la santé au travail.
En cas d'imprévu, il réagit rapidement, modifie ses priorités et s'adapte à la situation du moment.
Outre l'équipe et la hiérarchie, le responsable de rayon est en contact direct avec les clients. Il assure l'interface avec les transporteurs, les fournisseurs, les conseillers commerciaux, le personnel de sécurité et de maintenance et les services internes de l'enseigne.
En fonction des contraintes de l'activité, des fluctuations clients et aléas, ses horaires de travail peuvent être décalés et des astreintes sont possibles. Il peut être amené à travailler le dimanche et certains jours fériés. Généralement, l'emploi s'exerce dans un environnement bruyant et nécessite de nombreux déplacements dans l'espace de vente. Les variations de température peuvent être importantes. Le responsable de rayon peut être amené à participer aux tâches de manutention pour lesquelles le port d'équipements de protection est requis.
Le responsable de rayon prend en compte au quotidien la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte et la responsabilité sociétale des entreprises (RSE).

1. Développer l'efficacité commerciale dans un environnement omnicanal

Gérer l'approvisionnement de l'espace de vente.
Réaliser le marchandisage.
Développer les ventes en prenant en compte le parcours d'achat du client.
Analyser les objectifs commerciaux, les indicateurs de performance de l'espace de vente et proposer des ajustements à sa hiérarchie.


2. Animer l'équipe d'un espace de vente

Organiser l'activité au sein de l'équipe et s'assurer de la réalisation des différentes tâches attribuées.
Contribuer à l'intégration de nouveaux membres de l'équipe et à la formation de l'équipe.
Mobiliser les membres de l'équipe au quotidien.


Compétences transversales de l'emploi

Transmettre des consignes oralement et par écrit.
Utiliser les outils numériques nomades et les applicatifs de gestion d'un espace de vente.
Réaliser une veille sur les produits et services en lien avec l'activité de l'enseigne.

}

Le technicien supérieur du bâtiment en économie de la construction réalise les études techniques et financières d'un projet de construction. Il intervient aussi bien en maîtrise d'œuvre qu'en entreprise, en tout corps d'état ou dans une spécialité.
Dans les deux cas, il détermine les procédés techniques, les méthodes d'organisation et les coûts de l'opération de construction. Il doit également mettre en conformité ses prescriptions et les calculs de coûts d'ouvrages avec l'ensemble de la réglementation du bâtiment et des règles de construction.
En maîtrise d'œuvre, il est responsable de l'étude technico-économique du dossier, depuis les premières mises au point en phase programmation jusqu'à la phase chantier et la clôture de l'opération. A chaque phase, il doit définir le coût des travaux en tenant compte du stade de définition du projet. Il décrit les ouvrages puis monte le dossier de l'appel d'offres.
En entreprise, il réalise l'étude de prix aux déboursés, en détaillant les coûts en matériel, matériaux et main d'œuvre, afin de répondre à l'appel d'offres dans le cadre demandé.
Lors de la phase d'analyse d'offres, il établit la réponse à la consultation s'il travaille dans une entreprise ou il analyse les offres reçues s'il travaille dans une structure de maîtrise d'œuvre.
Le technicien travaille au sein d'une équipe de maîtrise d'œuvre (architecte, économiste, bureau d'études techniques) en relation avec des spécialistes (bureaux d'études thermiques, structure ou acoustique). Il travaille en collaboration avec le maître de l'ouvrage et est en relation avec les entreprises du bâtiment.
Il peut être amené à se déplacer sur les chantiers, pour réaliser une visite de contrôle des ouvrages et participer aux réunions de chantier hebdomadaires.
Le technicien est soumis fréquemment à des contraintes de respect de délai.

1. Réaliser l'estimation budgétaire de l'ensemble des corps d'état d'une construction


Identifier les éléments de structure et les lots techniques dans un immeuble.
Représenter et métrer les ouvrages des différents corps d'état à partir de plans 2D.
Métrer les ouvrages des différents corps d'état à partir de la maquette numérique au format natif ou au format IFC (Industry Foundation Classes).
Estimer les besoins énergétiques et pré dimensionner les ouvrages des lots techniques.
Estimer le coût de construction et le coût total à partir de ses propres ratios ou au bordereau de prix à tous les stades du projet.


2. Prescrire les ouvrages d'un projet


Réaliser le relevé et le diagnostic de l'existant pour prescrire des travaux de réhabilitation.
Mettre un projet en conformité avec la règlementation.
Rédiger les pièces écrites techniques aux différents stades du projet.
Transmettre les éléments de mise à jour de la maquette numérique selon le protocole BIM (Building Information Modeling) du projet et réaliser la synthèse entre les corps d'état.


3. Réaliser l'étude de prix aux déboursés d'un projet


Identifier les éléments de structure et les lots techniques dans un immeuble.
Représenter et métrer les ouvrages des différents corps d'état à partir de plans 2D.
Métrer les ouvrages des différents corps d'état à partir de la maquette numérique au format natif ou au format IFC (Industry Foundation Classes).
Optimiser les modes opératoires et organiser le chantier pour réaliser l'étude de prix.
Calculer le prix de vente aux déboursés d'une construction pour établir le devis.


4. Préparer la consultation des entreprises, répondre à l'appel d'offres et suivre la planification des travaux


Préparer et suivre la consultation en assistance du maître d'ouvrage.
Préparer et organiser la réponse à une consultation.
Ordonnancer les interventions des corps d'état et suivre le chantier.
Suivre le règlement des travaux et maîtriser le budget du projet.

}
Le titulaire de ce diplôme conduit des machines mettant en œuvre différents procédés d'impression et pouvant intégrer des fonctions de finition. Dans le cadre de son activité il est amené à :
- participer au réglage d'un système d'impression en vue d'une production,
- conduire un système d'impression,
- participer au réglage et à la conduite des matériels de finition en vue du façonnage de base d'un produit imprimé,
- assurer des opérations de maintenance et d'approvisionnement,
- mettre en œuvre des consignes d'hygiène, sécurité, environnement.
.}

TP Conseiller en insertion professionnelle

Équivalence Bac +2 / DUT / BTS

Le conseiller en insertion professionnelle (CIP) favorise par des réponses individualisées l'insertion sociale et professionnelle des jeunes ou des adultes rencontrant des difficultés d'insertion ou de reconversion (en prenant en compte les dimensions multiples de l'insertion : emploi, formation, logement, santé, mobilité, accès aux droits…). Son action vise à les aider à construire et à s'approprier un parcours d'accès à l'emploi et à surmonter progressivement les freins rencontrés.
Le CIP accueille les personnes individuellement ou en groupe et facilite leur accès à des informations concernant l'emploi, la formation et les services dématérialisés. Il appréhende la personne dans sa globalité et analyse ses besoins. Il identifie ses atouts, ses freins, ses motivations et ses compétences pour élaborer avec elle progressivement un diagnostic partagé de sa situation.
Afin de favoriser les interactions entre les publics et leur environnement socio-économique, il s'appuie sur ses connaissances du bassin d'emploi, du marché du travail, de l'offre de formation, des dispositifs et des aides. Il travaille en équipe, en réseau et dans un cadre partenarial avec des structures et des acteurs de son territoire d'intervention qu'il a identifiés. Il rend compte de son activité à sa structure et aux prescripteurs et en assure le traitement administratif à l'aide d'outils bureautiques et numériques.
Afin d'accompagner les personnes vers l'emploi, le CIP définit avec elles lors d'entretiens individuels centrés sur la personne, des parcours d'insertion adaptés à leurs projets, leurs ressources et leurs besoins. Ces parcours sont structurés en étapes que le CIP réajuste en fonction de la progression effective des personnes et des évolutions de l'environnement socio-économique. Il les suit dans la réalisation de leurs parcours en utilisant les services numériques adaptés et contribue à la levée des freins rencontrés. Il conçoit, prépare et anime différents ateliers sur des thèmes liés à leur parcours d'insertion. Le CIP analyse régulièrement sa pratique afin de la faire évoluer.
A partir de l'analyse de son territoire et dans une démarche projet, il prend contact avec des employeurs pour développer des modes de coopération. Il aide et conseille des employeurs pour le recrutement et l'intégration de différents publics depuis l'analyse du besoin jusqu'à la mobilisation des mesures et prestations adaptées. Il définit des modalités de collaboration avec les employeurs et contribue à l'insertion durable des publics dans l'emploi. Il inscrit ses actes professionnels dans une démarche de développement durable.
Le conseiller en insertion professionnelle inscrit ses activités dans les missions de sa structure et respecte les principes éthiques du métier. Suivant son contexte de travail, il peut se spécialiser dans un champ spécifique de l'insertion. Autonome dans le déroulement de ses interventions, il est placé sous la responsabilité hiérarchique du directeur de la structure ou du chef de service.
Il intervient dans les locaux de son organisme et selon ses missions dans ceux des partenaires ou en entreprise.
Le CIP est en contact principalement avec le public de sa structure (jeunes, travailleurs en situation de handicap, demandeurs d'emploi, salariés, cadres, seniors, bénéficiaires des minima sociaux, personnes sous main de justice…). Il travaille seul ou en équipe et entretient des liens permanents avec les acteurs locaux de l'insertion sociale et professionnelle.
Ses interventions s'effectuent dans le cadre d'horaires généralement réguliers.

1. Accueillir pour analyser la demande des personnes et poser les bases d'un diagnostic partagé
Informer une personne ou un groupe sur les ressources en matière d'insertion et les services dématérialisés ;
Analyser la demande de la personne et poser les bases d'un diagnostic partagé ;
Exercer une veille informationnelle, technique et prospective pour adapter son activité au public et au contexte ;
Travailler en équipe, en réseau et dans un cadre partenarial pour optimiser la réponse aux besoins des personnes accueillies ;
Réaliser le traitement administratif et les écrits professionnels liés à l'activité dans un environnement numérique.
2. Accompagner les personnes dans leur parcours d'insertion sociale et professionnelle
Contractualiser et suivre avec la personne son parcours d'insertion professionnelle ;
Accompagner une personne à l'élaboration de son projet professionnel ;
Accompagner la réalisation des projets professionnels ;
Concevoir des ateliers thématiques favorisant l'insertion professionnelle des publics ;
Préparer et animer des ateliers thématiques favorisant l'insertion ;
Analyser sa pratique professionnelle.
3. Mettre en œuvre une offre de services auprès des employeurs pour favoriser l'insertion professionnelle
Déployer, dans une démarche projet, des actions de prospection avec les employeurs du territoire pour favoriser l'insertion professionnelle ;
Apporter un appui technique aux employeurs en matière de recrutement ;
Faciliter l'intégration et le maintien du salarié dans son environnement professionnel ;
Inscrire ses actes professionnels dans une démarche de développement durable.
Compétences transversales de l'emploi (le cas échéant) :
Intégrer la prévention des risques professionnels dans son travail.

}

TP Monteur/monteuse audiovisuel

Équivalence Bac +2 / DUT / BTS

Le monteur audiovisuel effectue des montages de produits audiovisuels, destinés à différents médias de diffusion, en tenant compte de la finalité de chaque produit, des publics visés ainsi que des contraintes techniques.
A partir d'un cahier des charges, d'instructions reçues d'un réalisateur, d'un journaliste ou d'un responsable de la production, il analyse la demande, prépare et configure le poste de montage et son environnement technique et monte les éléments image et son préalablement importés et organisés. En fonction de la finalité de chaque produit monté, il opère des modifications techniques et/ou esthétiques afin d'être en conformité avec la commande.
Pour la réalisation des montages, il utilise un poste de montage informatique équipé d'un système d‘exploitation (Windows ou Mac OS) et de logiciels professionnels de montage, complété par des logiciels de traitement d'images et de son, d'outils de correction colorimétriques et de compositing (« composition » de séquences d'images et d'animations 2D/3D).
Le monteur peut intervenir dans un contexte de diffusion de l'information et d'actualités : chaînes de télévision généralistes ou d'information, chaînes thématiques, diffuseurs de contenus d'infos sur internet. Sous la contrainte d'un temps imposé et en suivant les indications d'un journaliste, il réalise des sujets courts (tels des spots info, des reportages, des portraits) pour des JT, des magazines, des chaînes de sport. Il peut effectuer le montage de produits courts qui ont une visée commerciale : bandes annonces de programmes, spots de parrainage et de publicité, clips vidéo (vidéogrammes). Le monteur réalise également des produits en vue d'une diffusion sur le web via des plates-formes et hébergeurs de vidéos.
Il utilise différents outils de correction et de trucages d'images (défauts visuels et techniques) afin de modifier et d'améliorer les séquences d'un montage. Pour perfectionner l'esthétique d'un produit ou dans un but créatif, il peut se servir de logiciels de compositing ou d'animation graphique.
Le monteur audiovisuel, avec de l'expérience professionnelle, peut collaborer à des montages plus importants, tels des reportages, des films documentaires, des films institutionnels, des séries et des fictions TV.
Le monteur audiovisuel a une certaine autonomie dans les phases techniques et créatives de son activité. En fonction de la structure de l'entreprise et des projets, il est en relation avec d'autres professionnels : réalisateur, journaliste, rédacteur, assistants techniques de labo numérique, monteur son, ingénieur du son/mixeur, étalonneur ou coloriste.
L'emploi s'exerce dans une société de postproduction, d'une chaîne de TV nationale ou régionale, généraliste ou thématique, une agence de communication ou un service de communication intégré d'une entreprise, une agence de services spécialisés web. Il nécessite une station assise prolongée et un travail de façon continue face à des écrans et souvent dans un environnement à luminosité réduite. Selon le type d'activité, les horaires peuvent être très variables et parfois avec un rythme soutenu en particulier dans le domaine de l'information. L'activité s'exerce souvent avec des contrats de travail soumis au régime de l'« intermittence du spectacle », ou parfois de l'auto-entreprenariat.

1. Préparer et effectuer le montage de différents produits courts


Configurer un poste de montage.
Préparer les médias d'un montage audiovisuel.
Réaliser des montages de sujets d'information courts.
Monter des produits courts à finalité commerciale.
Monter de courts produits de fiction (programmes de formats courts, web-séries, courts métrages).
Modifier et optimiser un montage (vidéo et son).


2. Mettre en œuvre des techniques avancées du montage


Etalonner un montage 
Concevoir et réaliser un montage compositing (multicouches).
Effectuer des montages son multipistes et les préparer pour le mixage.
Effectuer un montage « multi-caméras ».

}
Les activités du tailleur de pierre-marbrier du bâtiment et de la décoration consistent: - en atelier:
*à tracer des épures, des croquis d'éléments d'ouvrages simples
*tailler, assembler, débiter, polir des blocs de pierre, des tranches ou des
produits semi-ouvrés.
*conduire des machines(tronçonneuse, débiteuse...) et équipements, en
assurer l'entretien élémentaire
- sur chantier:
*réaliser des travaux de restauration de pierre
*réaliser la pose des oeuvres et ouvrages préparés en atelier
.}

L'installateur de réseaux câblés de communications effectue l'ensemble des travaux de tirage de câbles, de pose et de raccordement d'équipements permettant aux opérateurs de véhiculer les signaux numériques (téléphone, télévision, internet) jusque chez leurs clients.
Il tire et pose les câbles de communications en aérien, en souterrain, en façade et en intérieur d'immeuble, aussi bien pour la partie transport et distribution du réseau que pour la partie branchement du client. Il fixe les équipements d'extrémité du réseau tels que tête de câbles, points de branchements, de dérivation, de concentration, et pose les dispositifs terminaux intérieurs, les bornes de raccordement d'usagers et les prises terminales chez le client. Il les raccorde à l'aide des câbles tirés. Il s'assure de la réalisation correcte de ses travaux et du fonctionnement de la ligne du client à l'aide d'essais, de mesures et de tests.
L'installateur travaille en milieu rural, en milieu suburbain et urbain, sur la voie publique, les trottoirs, les chaussées, dans les galeries et égouts visitables, à l'intérieur de bâtiments (en cage d'escalier d'immeuble) ou en façade, au domicile du client, seul ou par équipe de deux à quatre. Il est confronté à la fois aux risques liés aux travaux en hauteur, à ceux dus à la présence de réseaux électriques basse ou haute tension dans l'environnement du chantier et à la présence de tension sur les réseaux de télécommunications ainsi qu'aux risques engendrés par le voisinage de la circulation routière. Il réalise ses activités dans le respect des règles de sécurité individuelles et collectives (et, s'il existe, en application du PPSPS, sinon du plan de prévention).
L'installateur travaille de jour, majoritairement sur des chantiers de proximité. Il peut être amené à utiliser des treuils, des trains dérouleurs, une plate-forme élévatrice mobile ou un véhicule léger, des furets, une soudeuse à fibres optiques et des appareils de mesure, en particulier un mégohmmètre dont la tension peut être de 500 volts et un réflectomètre équipé d'un laser : il doit respecter les consignes de sécurité définies par les fabricants. Il exerce l'emploi en respectant les prescriptions de l'opérateur définies dans le CCTP du marché concerné. L'opérateur procède par échantillonnage au contrôle du respect de ses prescriptions à l'issue des travaux. L'installateur intervient souvent dans les bâtiments en milieu occupé : il doit composer et organiser son travail en fonction des personnes présentes, notamment enfants et personnel en activité, et des rendez-vous convenus avec le client. Il doit veiller à assurer la propreté des locaux, la protection de son environnement et respecter l'esthétique des lieux où il travaille.

 

1. Construire des réseaux câblés de communications


Tirer sur appuis aériens les câbles d'un réseau de communications.
Poser sur façade et en intérieur d'immeuble les câbles d'un réseau de communications.
Tirer en conduites souterraines les câbles d'un réseau de communications.
Réaliser les jonctions de câbles d'un réseau de communications.
Poser et câbler les équipements d'extrémité d'un réseau de communications.


2. Raccorder l'installation d'un client à un réseau câblé de communications


Tirer et poser les câbles de branchement d'un réseau de communications.
Installer les prises et terminaux du client et les raccorder au réseau câblé de communications.
Vérifier le raccordement de l'installation du client au réseau câblé de communications.



}

Le moniteur sportif « parachutisme » exerce en autonomie son activité d’animation, en utilisant le support technique dans la limite des cadres réglementaires. Il est responsable au plan pédagogique. Il assure la sécurité des tiers et des pratiquants dont il a la charge. Il a la responsabilité du projet d’activité qui s’inscrit dans le projet de la structure.

 1-       Il encadre tout type de public dans les pratiques de loisirs :
Il accueille et informe le public selon les différentes activités du parachutisme :
-  la progression traditionnelle (TRAD), enseignement du parachutisme faisant appel à l’ouverture automatique du parachute à l’aide d’une sangle,
-  la progression accompagnée en chute (PAC), enseignement du parachutisme selon toute méthode faisant appel à l’accompagnement en chute libre d’un élève débutant et en progression par un moniteur, à l’exception de la pratique du tandem,
-  le parachute biplace (tandem), initiation au parachutisme et enseignement avec l’utilisation d’un parachute biplace ;
Il prend en compte le niveau technique des pratiquants et leur âge ;
Il réagit en cas de maltraitance des mineurs ou de comportement sectaire ;
Il porte assistance en effectuant les gestes et en appliquant les techniques relatives aux premiers secours.

2-       Il encadre des activités de découverte, d’initiation et d’animation :
Il initie et perfectionne tous publics dans les différentes activités du parachutisme ;
Il prend en compte les caractéristiques du milieu d’intervention ;
Il participe à la direction de séance de saut ;
Il optimise l’utilisation du matériel et des équipements ;
Il met en place un dispositif de prévention des risques ;
Il vérifie la conformité du matériel utilisé ;
Il prend en compte la réglementation en vigueur ;
Il évalue ses séances de saut.

3-       Il participe au fonctionnement de la structure et à la conception d’un projet d’animation :
Il participe au développement et à l’animation de la structure ;
Il peut être amené à participer à l’élaboration du projet pédagogique de sa structure ;
Il présente le projet d’animation au sein de l’équipe pédagogique de la structure ;
Il participe à la communication interne et externe de la structure ;
Il assure la veille juridique de son activité ;
Il participe à la définition des besoins en équipement de la structure.

1
Accueillir un groupe d’élèves ;
Encadrer les élèves pendant les différentes phases de saut en fonction de la mention détenue (Trad, Pac et/ou Tandem);
Adapter le choix du matériel en fonction de son public ;
Créer un climat relationnel favorable au développement du parachutisme.

2
Conduire leur formation, au sol et en vol ;
Maîtriser dans la ou les mentions choisies, les savoir-faire et les techniques spécifiques utilisés au sol, dans l’avion et en chute libre ;
Mobiliser les connaissances nécessaires à l’exercice en pleine responsabilité des fonctions de moniteur de parachutisme ;
Mobiliser les connaissances pédagogiques nécessaires et spécifiques à l’enseignement du parachutisme ;
Participer à l’organisation des séances de sauts dans les conditions réglementaires définies ;
Utiliser les techniques nécessaires pour monter, assembler, plier, contrôler et mettre en service les matériels de saut (parachutes et déclencheurs) ;
Vérifier, avant le départ à l’embarquement, les équipements et remédier aux anomalies.
Evaluer sa séance de saut.

3
S’intégrer à une équipe de travail ;
Participer à des réunions internes et externes ;
Prendre en comptes les obligations légales et de sécurité ;
Organiser et coordonner des actions de promotion des activités du parachutisme et de la structure ;
Présenter le bilan de ses activités.

}

Le titulaire de ce diplôme est un des acteurs de la chaîne graphique. Toujours intégré au sein d'une équipe, ses compétences techniques et artistiques sont utilisées pour exécuter des documents techniques destinés à être imprimés. Placé sous l'autorité du responsable de projet, il participe au processus de réalisation des documents de communication visuelle.

Ses compétences avérées dans l'utilisation des logiciels de mise en page, de dessin vectoriel et de traitement des images lui permettent de participer à la réalisation de tout ou partie des documents d'exécution.

Ses aptitudes à la représentation par le biais des techniques traditionnelles d'expression (dessin) peuvent être sollicitées lors de commandes spécifiques.

Disposant d'un bon sens esthétique, il participe à travers ses interventions à la mise en place d'une démarche de qualité qu'il apprécie et met en œuvre.

Organisé et méthodique, il respecte les consignes et les procédures définies par l'entreprise.

 


Les compétences acquises par le titulaire du diplôme sont celles décrites dans l'ensemble des blocs de compétences.

}

Le titulaire de ce diplôme est ouvrier qualifié du bâtiment qui réalise des travaux de revêtement d'étanchéité à l'eau. Sur des chantiers de bâtiment, il assure l'étanchéité des toitures, des terrasses-jardin, des bassins et des façades industrielles.
Sur des chantiers de travaux publics, il est chargé de l'étanchéité de la voirie ou d'ouvrages d'art (ponts, barrages...).
Il prend également en charge l'isolation thermique et acoustique. Il sait calculer, choisir, fournir et poser les panneaux isolants et les revêtements, en maîtrisant les phénomènes de condensation et d'infiltration.
il a acquis une grande technicité dans la pose et l'assemblage des éléments, dans la préparation des surfaces, la manipulation et l'application des matériaux d'isolation et d'étanchéité.

Les compétences acquises par le titulaire du diplôme sont celles décrites dans l'ensemble des blocs de compétences.

}

MC5 Parqueteur

Équivalence CAP / BEP

Le titulaire de ce diplôme est capable de mettre en œuvre les parquets selon différentes techniques de pose et en fonction des motifs de décoration demandés. Il réalise les travaux de préparation nécessaires à la pose ainsi que les opérations de finition. Il exerce son activité en prenant en compte les impératifs de qualité, de sécurité de temps et de gestion de la fabrication.


Les compétences acquises par le titulaire du diplôme sont celles décrites dans l'ensemble des blocs de compétences.

}