Activités visées

Le titulaire du baccalauréat professionnel “Technicien outilleur” réalise les outillages qui donnent forme aux métaux, plastiques, caoutchoucs pour produire en grande quantité des objets très divers (bouteilles plastiques, carrosseries de voitures, couverts de table, façades de téléphones mobiles…). Ces outillages peuvent être très élaborés et concernent des procédés variés : découpage, emboutissage et moulage des matériaux métalliques, injection des matières plastiques, forgeage, matriçage, estampage.

Commencer en douceur ma VAE

Prenez quelques minutes pour créer tranquillement votre compte, renseigner votre profil et remplir votre candidature à votre rythme. Rassurez-vous, quoique vous fassiez sur notre site, rien n'est engageant car la décision finale, vous la prendrez avec le certificateur. A vous de jouer pour un diplôme !

Le technicien outilleur effectue des opérations d'usinage et d'assemblage. Sa culture générale, scientifique et technologique est commune à l'ensemble des activités de réalisation, de mise au point et de maintenance des outillages. Elle lui permet nouvelles techniques de définition et de fabrication des produits (CFAO).

Dans l'exercice de ses activités, le technicien outilleur :
• analyse les données relatives à l'outillage ;
• participe à l'optimisation des procédés de réalisation des outillages et des processus associés ;
• participe à la validation du processus de réalisation de l'outillage ;
• met en œuvre les machines nécessaires à la réalisation de l'outillage à l’aide de logiciels spécialisés : commandes numériques d’usinage, électroérosion, machines à mesurer tridimensionnelles ;
• contrôle et met au point les outillages ;
• peut participer à un groupe de projet relatif à la mise au point des outillages ;
• peut coordonner les travaux d’une petite équipe afin de respecter le plan prévisionnel de fabrication de tout ou partie d’un outillage ;
• sait situer son activité dans le cadre global de l'entreprise afin d’appréhender les enjeux économiques liés aux choix des techniques et des modes d’organisation ;
• sait conseiller et rendre compte de manière pertinente.

Compétences attestées

Les compétences acquises par le titulaire du diplôme sont celles décrites dans l'ensemble des blocs de compétences.

Secteurs d'activités

Entreprises de construction d’outillages, mais aussi dans les services de fabrication ou de maintenance d’outillages intégrés à des entreprises de construction automobile, d’aéronautique, de biens d’équipement…

Type d'emplois accessibles

outilleur, techicien d'outillage

Nos candidats s'intéressent aussi à ces diplômes :

Les prestations du monteur consistent à :

- analyser les plans et documents pour préparer l'intervention de montage

- monter, adapter et régler des châssis et des systèmes mécaniques puis en vérifier la fonctionnalité, en respectant un dossier technique qui précise les modalités

- implanter, monter, raccorder et régler des éléments pneumatiques, électropneumatiques et hydrauliques et en vérifier la fonctionnalité, en respectant un dossier technique qui en précise les modalités

- implanter, fixer et régler mécaniquement des éléments électriques, en respectant un dossier technique qui précise les modalités

- alerter le responsable hiérarchique en cas d'aléas et/ou de non-conformité liés au montage

- participer, avec les experts techniques ou avec les metteurs au point, au démarrage des ensembles, des sous-ensembles et des équipements afin de les rendre opérationnels

- mettre en œuvre la prévention des risques dans toutes les phases de l'intervention, conformément aux règles de sécurité et de protection de l'environnement, en respect des textes règlementaires (directive machine par exemple)

- rendre compte et valider l'activité, oralement et par écrit auprès du responsable hiérarchique.

Le monteur travaille dans l'atelier de son entreprise ou dans celui du client. Dans les petites structures qui l'emploient, le même monteur effectue aussi l'installation sur le site d'exploitation de la machine. Dans ce dernier cas, il peut effectuer des déplacements à l'échelle nationale ou internationale, pendant des durées qui varient de quelques heures à plusieurs mois, suivant la complexité des équipements. Des dépassements d'horaires apparaissent en fonction des contraintes de production.

Le monteur respecte les consignes d'accès au site de l'exploitant (autorisation de travail, permis de feu, etc.) et applique toutes mesures de sécurité pour les personnes et les biens. Il connait et applique les règles de respect de l'environnement.

Il travaille debout, au sol, sur table de montage ou sur l'équipement lui-même, avec des efforts physiques lors de manutentions lourdes ou d'accès difficiles.

Les phases de montage sont réalisées dans un environnement modérément bruyant et bien éclairé, mais peuvent être suivies de nuisances générées lors des essais ou de mises au point : bruit, chaleur, vibrations, risques de collision.

Il est hiérarchiquement rattaché à un responsable d'atelier ou de chantier dont il respecte les consignes écrites ou verbales ainsi que les modes opératoires.

Souvent autonome dans l'organisation de son travail pendant la phase de montage, il s'intègre à une équipe pluridisciplinaire pendant la phase de démarrage et de mise au point pour des équipements conséquents ou complexes. Il est alors sous la responsabilité opérationnelle d'experts tels que l'électrotechnicien, l'automaticien, le metteur au point ou l'expert process.

La phase de réception industrielle, à laquelle il peut participer, garantit au client la conformité de l'installation au cahier des charges

Le poste nécessite parfois la conduite d'engins de manutention ; un certificat de type CACES est alors requis. De même, certaines entreprises délivrent un titre d'habilitation électrique nécessaire aux opérations d'ordre électrique.


... lire la suite
Le titulaire du baccalauréat professionnel Productique mécanique option Décolletage est un technicien d'atelier chargé de la production de pièces décolletées, c’est à dire usinées sur des machines automatiques ou semi-automatiques, à partir de barres, couronnes ou ébauches afin de fabriquer des vis, des pivots d'horlogerie, ou des pièces de haute précision. Le travail s'effectue sur tour monobroche ou multibroches.
Les activités du bachelier professionnel consistent à :
PREPARER LES OPERATIONS DE FABRICATION :
- définit la suite des opérations d'usinage ou de décolletage à effectuer à partir des plans de la pièce à usiner ;
- précise les paramètres de coupe (vitesse d'avance de l'outil...);
- établit le programme qui la machine à commande numérique pour les pièces les moins complexes;
- choisit et installe les outillages, monte la pièce à fabriquer sur le porte-pièces;
- prépare les équipements de mesure et de contrôle.
METTRE EN OEUVRE LA FABRICATION ET LES OPERATIONS DE CONTROLE :
- procède aux réglages nécessaires;
- réalise une première pièce et effectue les corrections qui s'imposent.
- lance la fabrication.
SUIVI DE PRODUCTION ET MAINTENANCE :
- veille au bon déroulement de la production;
- constate les écarts survenus par rapport aux prévisions;
- en cas d'anomalie, contribue au diagnostic et assiste le service maintenance;
- participe à l'amélioration de la fabrication;
- veille à respecter le planning fixé;
- procède au contrôle géométrique et dimensionnel des pièces produites;
- entretient son poste de travail (nettoyage, graissage...)
Les activités du bachelier professionnel varient selon la taille de l'entreprise où il est employé :
- dans une petite entreprise, il dispose d'une large autonomie et exécute l'ensemble des opérations permettant de réaliser une pièce (de la lecture du plan au contrôle final) ;
- dans une entreprise plus importante, une partie de la préparation de l'usinage est prise en charge par le service industrialisation.

... lire la suite

A partir d'un plan de définition, le (la) fraiseur(se) prépare, règle et conduit sa machine pour réaliser entièrement ou en partie une pièce unitaire ou une petite série de pièces sur fraiseuse conventionnelle ou à commande numérique.
Le fraisage est particulièrement adapté à l'usinage de pièces prismatiques, serrées en étau ou bridées sur la table de travail.
L'enlèvement de matière, sous forme de copeaux, résulte de la combinaison de deux mouvements : rotation de l'outil de coupe d'une part, avance de la pièce à usiner d'autre part.
Les pièces réalisées sont principalement métalliques, mais peuvent être constituées d'autres matières telles que les plastiques ou les composites.
Elles peuvent présenter une grande variété de formes et de dimensions.
Le (la) fraiseur(se) détermine les paramètres du procédé et choisit les outils et outillages les plus appropriés, quand ceux-ci ne sont pas prédéfinis.
Sur machine-outil à commande numérique, il (elle) peut être amené(e) à intervenir dans le programme d'usinage de la pièce à produire, à créer ou modifier une séquence.
Il (elle) doit réaliser et livrer sa production dans le cadre de procédures d'assurance qualité.
Il (elle) assure la conformité de sa production, la gestion des documents de suivi et des outillages.
Il (elle) réalise les opérations d‘entretien simples et de courte durée de son poste de travail.
L'emploi s'exerce en atelier, généralement dans des petites ou moyennes entreprises orientées sur la production « unitaire et en petites séries » ou sur la maintenance.
Le professionnel travaille debout et, selon les entreprises, c'est un travail à la journée ou posté (2 8).
Il (elle) travaille en autonomie, avec un niveau de responsabilité important en regard de la valeur des pièces produites et des équipements utilisés.
Ce travail nécessite une bonne vision spatiale, une forte concentration liée à la précision attendue et une bonne capacité à anticiper les problèmes techniques.
En cas d'incident, il lui appartient de remédier au problème s'il estime en avoir la compétence ou de faire appel à son responsable pour prendre une décision.

... lire la suite