Activités visées

Le (la) titulaire du CAP "Réalisations industrielles en chaudronnerie ou soudage, option B : soudage" assure la continuité d'éléments métalliques par soudage tout en respectant les caractéristiques métallurgiques, mécaniques et physiques d'un ouvrage. Selon la taille de l'entreprise, il (elle) exerce tout ou partie de ses activités en atelier ou sur chantier, avec un niveau de spécialisation et d'autonomie variable.

Commencer en douceur ma VAE

Prenez quelques minutes pour créer tranquillement votre compte, renseigner votre profil et remplir votre candidature à votre rythme. Rassurez-vous, quoique vous fassiez sur notre site, rien n'est engageant car la décision finale, vous la prendrez avec le certificateur. A vous de jouer pour un diplôme !

Compétences attestées

Le (la) titulaire du CAP "Réalisations industrielles en chaudronnerie ou soudage, option B : soudage" est capable :

  • d'appréhender l'architecture globale des ouvrages ;
  • de mettre en oeuvre des procédés performants de fabrication,d'assemblage ou de soudage ;
  • de prendre en compte les contraintes économiques associées aux exigences de qualité et de productivité.

Plus généralement, les compétences acquises par le titulaire du diplôme sont celles décrites dans l'ensemble des blocs de compétences.

Secteurs d'activités

Le (la) titulaire du diplôme du CAP "Réalisations industrielles en chaudronnerie ou soudage" exerce ses compétences professionnelles dans des secteurs d'activités très divers, principalement dans les domaines de la chaudronnerie, de la tôlerie, de la tuyauterie industrielle et du mécano soudage, mais aussi dans les domaines de la construction métallique, de la métallerie et de la menuiserie métallique.

Type d'emplois accessibles

Le (la) titulaire du diplôme du CAP "Réalisations industrielles en chaudronnerie ou soudage, option B : soudage" trouve des débouchés dans des domaines tels que la tôlerie, la chaudronnerie, la charpente métallique, la tuyauterie industrielle ou le mécano soudage en tant qu'ouvrier qualifié. Il (elle) peut exercer dans des entreprises très diversifiées (entreprises artisanales, PMI, PME, grandes entreprises industrielles). Ses activités peuvent l'amener à évoluer vers des fonctions de chef d'équipe.

Nos candidats s'intéressent aussi à ces diplômes :

Le (la) soudeur(se) à l’arc semi-automatique participe à la réalisation d'ensembles mécanosoudés ou chaudronnés. Il (elle) procède à l'assemblage de tôles et de divers profilés par fusion localisée afin d'assurer la continuité de la matière, à l'aide du procédé de soudage à l’arc sous protection gazeuse avec fil électrode fusible. L'emploi s'exerce habituellement en atelier, plus rarement à l’extérieur sur des structures (en construction navale) ou sur chantier (ouvrages d’art, constructions de réservoirs sur site…). Dans la réalisation des ouvrages, il (elle) intervient généralement en aval des monteurs ou des chaudronniers qui préparent les assemblages ou les pièces qu'il (elle) doit ensuite souder. Le (la) soudeur(se) peut se voir déléguer la responsabilité dans la réalisation de sous-ensembles. Dans ce cas, il (elle) présente et fixe provisoirement les différents éléments avant d’en effectuer le soudage.

... lire la suite

Il procède à l'assemblage de tubes et d'accessoires de tuyauteries par soudage avec les procédés à l'Arc Electrode Enrobée (AEE) et Tungstène Inert Gas (TIG) en respectant des instructions et des critères qualitatifs définis.

Cette technique d'assemblage par soudage s'exerce soit « à plat », les pièces et la soudure à effectuer se présentant toujours à l'horizontale, soit « en position », le soudeur devant adapter sa posture en fonction des pièces à souder.

L'emploi s'exerce aussi bien en atelier, pour des travaux de préfabrication, que sur chantier, impliquant des déplacements pour les travaux de montage sur site.

Le soudeur TIG électrode enrobée intervient généralement debout. Il travaille au sol, parfois dans des endroits exigus (en fouille) ou en hauteur sur des échafaudages. Les conditions de travail ne doivent pas avoir d'influence sur la qualité de la soudure. Il s'agit d'un travail varié, exigeant une attention soutenue. Certains risques comme la fatigue visuelle, les brûlures, les fumées ou vapeurs nocives, ou encore le bruit imposent l'utilisation des équipements de protection individuelle et collective. Pour les travaux de soudage sur chantier ou en extérieur, le soudeur doit protéger les soudures contre les intempéries.

Selon l'organisation de l'entreprise, le travail peut s'effectuer en horaires réguliers de jour ou postés (2X8). En intervention sur site, son activité peut dépendre d'arrêts d'usine ou de tranche.

Le travail peut être répétitif ou varié exigeant une attention soutenue et exposant à certains risques (fatigue visuelle, brûlures, fumées ou vapeurs nocives, bruit…) qui imposent le port d'équipements de protection à ces risques.

Autonome dans la mise en œuvre de son installation de soudage et des équipements connexes, le soudeur TIG électrode enrobée respecte les instructions d'un descriptif de mode opératoire de soudage (DMOS) : préparation du joint, réglages, répartition des cordons de soudure, position de soudage… obligatoire pour des travaux soumis à réglementation ou réalisés dans le cadre d'un système d'assurance de la qualité. Pour des travaux non couverts par une procédure, il définit tout ou partie de l'opération de soudage en fonction d'une norme et intervient sur le choix du procédé, la préparation des joints à souder, des consommables, des modes opératoires et des paramètres.

... lire la suite

Le  titulaire du baccalauréat professionnel « Technicien en chaudronnerie industrielle » participe à la mise en œuvre de produits différents, tant par leur forme (produits plats, profilés, tubes...), que par leurs dimensions, leurs modes d'assemblages, la nature des matériaux (métaux et alliages ferreux et non ferreux, éventuellement matières plastiques et matériaux composites).
Il  travaille aussi bien sur des machines traditionnelles à commande manuelle que sur des machines à commande numérique et sur des robots.
Il  connaît les différentes techniques d'assemblage propres aux matériaux travaillés (soudage, rivetage, boulonnage, collage...) et sait utiliser les machines caractéristiques du métier et, notamment, des machines de découpe au laser, de découpe au plasma, des robots de soudage …
Il  exploite les outils numériques à des fins de définition et de réalisation d’ouvrages (logiciels de CFAO, outils virtuels, simulateurs, bases de données métier…).

... lire la suite