Activités visées

Conception d'espaces, diagnostic, programmation, propositions d'aménagement et de gestion, maîtrise d'oeuvre et assistance à maîtrise d'ouvrage, participation à l'élaboration des documents d'urbanisme et de planification, élaboration de stratégies ...

Commencer en douceur ma VAE

Prenez quelques minutes pour créer tranquillement votre compte, renseigner votre profil et remplir votre candidature à votre rythme. Rassurez-vous, quoique vous fassiez sur notre site, rien n'est engageant car la décision finale, vous la prendrez avec le certificateur. A vous de jouer pour un diplôme !

Ces différentes activités peuvent être assurées à différentes échelles et en différentes situations :

- grands territoires

- espaces naturels et sites à réhabiliter

- espaces ruraux, agricoles et forestiers

- espaces urbains et péri-urbains

- gestion de l'eau et des ressources naturelles, parcs, jardins et promenades

- infrastructures et équipements, espaces publics

- sites touristiques, protégés, historiques

Compétences attestées

Il est attendu du paysagiste :

1- qu'il sache comprendre et interpréter les paysages, identifier les enjeux, problématiser leur devenir, apprécier différentes évolutions possibles et aider à la décision concernant les interventions ou modes d'intervention ultérieurs : gestion, projet de paysage, projet de territoire... Cet ensemble de compétences consiste à mobiliser des connaissances générales, scientifiques et techniques sur le paysage ; à poser un diagnostic (caractéristiques vues à différentes échelles, éléments stables et mutables, évolutions et dynamiques en jeu, compréhension des acteurs, enjeux et problématiques locales, situation au regard des enjeux sociétaux généraux...) à représenter et à exprimer une situation et à formuler une prospective.

2- qu'il sache transformer son diagnostic d'une situation en projet de paysage das le cadre d'une maîtrise d'oeuvre opérationnelle ; qu'il propose ainsi des évolutions possibles, en posant des problématiques et des hypothèses, en émettant des intentions et en identifiant un programme ; qu'il fasse preuve de créativité et soit en capacité de formaliser un projet en maîtrisant les différentes échelles, en intégrant les aspects techniques des solutions envisagées. Cet ensemble de compétences inclut la compréhension des principes d'ingénierie propre au paysage ; l'appréhension de sa propre place par rapport aux autres composantes de la maîtrise d'oeuvre et une capacité à la co-conception ; l'aptitude à choisir des solutions dans un objectif de soutenabilité et de durabilité ; l'intégration d'éléments dynamiques dans la conception (flux, risques, usages...) et la capacité à anticiper sur des évolutions sociales, écologiques et écologiques ; la capacité à distinguer les éléments négociables ou intangibles de son projet, à intégrer la temporalité de la mise en œuvre dès la conception, à appréhender les outils propres à la maîtrise de la mise en œuvre (documents contractuels, responsabilité, choix des matériels et matériaux...).

3- qu'il puisse intervenir en visant les déterminants du paysage par la voie de la planification, de l'élaboration des dispositifs de gestion, du conseil et de l'incitation, de la réglementation et de sa participation à l'élaboration de toutes les politiques susceptibles d'influer sur la dynamique des paysages : compréhension des enjeux territoriaux et du rôle du paysage ; usage des études antérieures ; conception d'un projet à grande échelle (programmation) en intégrant des considérations sociétales, techniques, matérielles, esthétiques... ainsi que les normes applicables à cette échelle ; connaissance des acteurs, des cadres et des modalités d'interventions à grande échelle (droit des sols, documents de planification et d'urbanisme, documents de gestion et de mise en valeur du patrimoine...) ; connaissance de références en ce domaine.

4- qu'il propose des actions visant la gestion des paysages, en considérant à la fois les modalités d'intervention douce et participative, comme l'accompagnement des processus de mutation et de remédiation du milieu vivant : compréhension des différents acteurs directs et de leur mode d'action sur le paysage ; appréhension de l'évolution à court, moyen et long terme d'un paysage, avec ou sans projet, selon des facteurs naturels ou sous l'effet d'interventions humaines ; appréhension des représentations et projections de différentes populations sur le paysage ; conception d'un projet de paysage, sur le temps long, consistant en diverses interventions directes sur le paysage considéré.

5- qu'il sache, au travers les méthodes acquises dans sa formation à la recherche par la recherche, enrichir ses connaissances et aiguiser ses compétences spécifiques utiles en tout exercice professionnel, notamment pour le projet de paysage, indispensable à ce niveau d'expertise et de responsabilité : construction d'une problématique particulière et développement de cette approche à partir d'un corpus et d'hypothèses d'évolution ; développement d'un argumentaire et d'une pensée sur cette problématique et traduction dans un rapport organisé ; restitution de cette approche dans un cadre scientifique et/ou auprès de publics variés ; mobilisation des compétences propres du concepteur dans le travail de recherche.

6- qu'il fasse preuve de médiation, dans tous les types d'exercice professionnel, vis à vis de tous ses interlocuteurs et des parties prenantes : société civile, responsables politiques, partenaires techniques... qu'il sache ainsi faire preuve de clarté en adaptant ses outils de communication, en explicitant la complexité et les enjeux des situations, au travers de leurs dimensions sociales, humaines, territoriales et environnemental, pour que chacun puisse connaître les objectifs des projets et, éventuellement, y intervenir ; qu'il sache négocier et faire évoluer son projet à tout moment, en restant à l'écoute des différents acteurs, en étant attentif à l'évolution d'une situation ; qu'il soit médiateur du paysage comme de ses enjeux et sache proposer des modes opératoires appropriés.

7- qu'il ait une connaissance du contexte professionnel et des éléments conformant sa responsabilité sociétale et individuelle. En particulier, il est attendu du paysagiste qu'il ait compris l'organisation de la production du paysage (maîtrise d'ouvrage, maîtrise d'oeuvre, administration, organe de gestion, conseils...), les différentes positions qu'il serait susceptible d'y occuper ainsi que les différentes responsabilités propres en découlant ; qu'il ait une vision claire des attentes de la société à son égard et de sa responsabilité éthique ; qu'il fasse preuve de distance critique face à toute situation et face à sa propre pratique. 

Secteurs d'activités

Les paysagistes interviennent dans différents types de structures qui participent à la transformation du cadre de vie :

- agences ou société privées de maîtrise d'oeuvre ;

- bureaux d'études techniques, de conseil, de diagnostic et d'expertise... ;


- administrations, établissements publics et opérateurs de l'Etat ;


- services techniques et régies des collectivités territoriales ;
- organismes de conseil (Caue) ou de gestions de sites (parcs naturels...) ;

- structures de formation ; d'enseignement et de recherche ;
- entreprises de conception, de production ou de réalisation d'espaces ;
- associations et organisations non gouvernementales ;

- grandes entreprises publiques et privées du domaine de l’aménagement ;

- enseignement supérieur et recherche ;

Type d'emplois accessibles

Les paysagistes ont vocation à occuper des emplois tels que paysagiste (libéral), chef d'agence, chef de projet, chef de service technique, chargé d'études, chargé de mission, chef d'entreprise, experts-conseil, maître d’oeuvre, maître d’ouvrage. 

Nos candidats s'intéressent aussi à ces diplômes :

Diplôme Responsable associatif

Niveau Bac +3 / Bac +4

Le responsable d’association exerce des fonctions de direction et/ou d’encadrement au sein d’une association ou d’un réseau d’associations, il exerce sa fonction par délégation du conseil d’administration, en lien étroit avec le président et les membres du bureau. Le périmètre de responsabilité s’adapte à la taille de la structure : le responsable d’association dirige soit la structure, soit un service au sein de cette structure, mais les compétences mises en œuvre sont identiques.
Le métier visé par la certification « responsable d’association » est directeur d’une petite association (moins de 9 ETP), ou responsable de service (cadre) dans une association ou réseau associatif plus important. Les responsables associatifs managent de petites associations ou exercent des fonctions d’encadrement dans des associations plus importantes.

... lire la suite

TP Ouvrier du paysage

Niveau CAP / BEP

L'ouvrier du paysage aménage et entretient des espaces paysagers dans un objectif esthétique (embellissement du cadre de vie), fonctionnel (loisirs, pédagogie, production alimentaire) ou écologique (préservation des écosystèmes et de la biodiversité, végétalisation urbaine). Il effectue des travaux de maçonnerie paysagère et réalise la pose et l'entretien des circulations, des terrasses, des emmarchements et des équipements de parcs et jardins. Il assure l'aménagement et l'entretien des sols sportifs et des aires de jeux. Il réalise les opérations de maintenance de premier niveau du matériel mis en œuvre.
À partir de consignes orales ou d'informations écrites (plans, schémas ou croquis) transmises par son hiérarchique, l'ouvrier du paysage participe aux implantations des ouvrages, réalise les travaux de préparation de sol, de plantation, de mise en place de massifs saisonniers, d'engazonnement et de maçonnerie paysagère. Il nettoie les abords, entretient les massifs, les végétaux isolés, les gazons et les surfaces minérales. Il taille les végétaux dans un objectif esthétique et parfois productif (arbres fruitiers). Il procède, depuis le sol, à l'élagage des arbres, et à l'abattage et au débit d'arbres de petites dimensions. Il intervient sur tout le cycle de vie des végétaux (sélection, plantation, entretien) et sur des supports de plantation divers (pleine terre, conteneurs, façades et toitures végétalisées). Il peut être amené à informer et conseiller le client sur l'entretien et les soins à apporter aux espèces végétales (ornementales, fruitières ou potagères) implantées ou à implanter sur son terrain, et à informer les usagers lors des chantiers réalisés sur l'espace public. Sous la responsabilité de son hiérarchique, il protège les végétaux des bioagresseurs par des méthodes préventives ou curatives adaptées, y compris à l'aide de produits phytopharmaceutiques, dans le respect de la législation en vigueur. Il utilise fréquemment et assure la maintenance de premier niveau des matériels motorisés spécifiques (débroussailleuse, tondeuse, taille-haie, tronçonneuse polyvalente, broyeur à végétaux…). Ponctuellement, il peut conduire des tracteurs, microtracteurs polyvalents, tondeuses autoportées ou mini pelles.
Il exerce l'emploi seul ou en équipe, en appliquant les directives de son responsable hiérarchique ou du client. Il se déplace quotidiennement pour se rendre sur les chantiers, dans un périmètre géographique local, en zone urbaine, rurale ou périurbaine. Il travaille en plein air. La nature de ses activités est soumise à la saisonnalité et aux conditions climatiques.
Il connaît et respecte les principes du développement durable et de la préservation de l'environnement.
Il connaît les risques professionnels (bruits, coupures, chutes…), les identifie dans ses situations de travail, et met en œuvre les mesures de protection individuelle et collective visant à limiter ou éviter l'exposition au danger.
Il respecte la législation sur l'utilisation des produits phytopharmaceutiques, en intégrant les bonnes pratiques visant à préserver sa santé, celle d'autrui et l'environnement. S'il applique des produits phytopharmaceutiques, il est titulaire du « Certiphyto ».
Il peut être amené à travailler ponctuellement en hauteur. L'utilisation d'échafaudages ou de plates-formes individuelles nécessite une habilitation.
La conduite des équipements de travail mobiles automoteurs (tondeuse autoportée, tracteur, mini pelle) nécessite une autorisation de conduite d'engins délivrée par l'employeur.
L'intervention d'élagage ou d'abattage d'urgence à proximité de réseaux aériens nécessite une autorisation d'intervention à proximité des réseaux.
Le raccordement du programmateur d'un réseau d'arrosage automatique au réseau électrique nécessite une habilitation électrique délivrée par l'employeur.

... lire la suite

Fonction 1 : Pilotage stratégique d’un organisme à vocation sociale ou culturelle en ESS

Fonction 2 : Gestion administrative, comptable et financière d’un organisme à vocation sociale ou culturelle

Fonction 3 : Coordination de l’activité d’une équipe RH (salariés + bénévoles + adhérents) dans un organisme à vocation sociale et culturelle

Fonction 4 : Construction de l’innovation sociale et de la conduite de projet en ESS

... lire la suite