Activités visées

A. Sur les navires de la marine nationale

Commencer en douceur ma VAE

Prenez quelques minutes pour créer tranquillement votre compte, renseigner votre profil et remplir votre candidature à votre rythme. Rassurez-vous, quoique vous fassiez sur notre site, rien n'est engageant car la décision finale, vous la prendrez avec le certificateur. A vous de jouer pour un diplôme !

Le responsable technique d’analyse et d’expertise en machines thermiques exerce la fonction de Chef de secteur, ou maître adjoint, à bord des bâtiments (navires) de la Marine nationale. Il a la charge d’un ou plusieurs secteurs de Propulsion et/ou Auxiliaires/Froid : installations, machines et chaînes de propulsion, installations et machines de production et de distribution d’énergies - frigorifique et de production d’air et d’eau - ; auxiliaires. Il dirige une équipe constituée de 2 à 8 adjoints.
En mer, il supervise la conduite des installations et machines. Il est garant du fonctionnement des installations dont il a la responsabilité. Il conseille le commandement en matière de conduite et d’optimisation des performances, du fonctionnement opérationnel.
Il planifie et organise le fonctionnement des machines et installations pour optimiser et garantir leur utilisation jusqu’à la période d’entretien suivante. Il planifie et organise les périodes d’entretien et gère les demandes de renouvellement de pièces.
A quai, il élabore et met en place la planification globale de la maintenance corrective et préventive. Il vérifie et valide la réalisation des interventions prévues lors de la planification.
     B. A terre : soutien des navires de la marine nationale
Le responsable technique d’analyse et d’expertise des machines thermiques affecté à terre exerce ses fonctions dans des contextes professionnels distincts : expert technique au sein d’un service de soutien de la flotte ; coordonnateur en bureau de soutien navire.
Au sein des services de soutien de la flotte, il assure la fonction d’expert technique. A ce titre, il apporte son expertise et oriente les décisions de mise en indisponibilité des bâtiments (navires) en fonction des interventions de maintenance à envisager.
Dans la fonction de coordonnateur en bureau de soutien navire (bureau de l’ingénieur du navire), il traite les messages d’avaries des bâtiments et est en communication permanente avec l’ingénieur responsable du navire et l’industriel. Il met en place l’ensemble des ressources nécessaires pour une période d’entretien d’un bâtiment et édite, en fonction du contrat, la liste des maintenances à réaliser durant la période concernée.

Compétences attestées

Les capacités attestées :
     1. Conduite et exploitation des installations et machines thermiques de propulsion ou de production d’énergies
Effectuer une analyse permettant de diagnostiquer l’origine d’une avarie ou de la prévenir et d’optimiser les performances des installations thermiques de propulsion et de distribution d’énergies
    - Réaliser une expertise technique sur l’ensemble des installations thermiques du domaine de propulsion.
    - Réaliser une expertise technique dans le domaine de la production et de la distribution des énergies.
     2. Conseil – consultant en conduite et maintenance d’installations et machines thermiques de propulsion ou de production d’énergies
Préconiser un type de conduite ou de maintenance relatives aux installations et machines thermiques
    - Conseiller les différents acteurs sur la conduite ou la maintenance des installations du domaine propulsion et auxiliaires du bâtiment.
     3. Maintenance d’installations et machines thermiques de propulsion ou de production d’énergies
Planification et vérification de l'activité de son secteur
    - Organiser et optimiser les interventions de maintenance de son équipe au sein de son secteur (Propulsion ou Production d’énergie, Auxiliaires).
     4. Contrôle et suivi des installations placées sous sa responsabilité.
    - Assurer la direction de la conduite des installations mécaniques et thermiques ainsi que le contrôle des opérations de maintenance réalisées.
    - Contrôler, diriger et contribuer à la conduite et à la maintenance des installations mécaniques et thermiquesde son secteur.

Secteurs d'activités

Au sein de la Marine nationale, les titulaires de la certification sont employés à bord des navires comme chef de secteur, ou maître adjoint, des secteurs relatifs à la conduite et la maintenance des installations de plusieurs secteurs (Propulsion ; Auxiliaires/Froid) :
- Machines Thermiques (propulsion du navire)
- Auxiliaires (production et transformation des énergies)
- Energie – Sécurité (surveillance et sécurité des installations de production et de transformation d’énergie).
     A terre : fonctions d’expert technique au sein d’un service de soutien de la flotte ; de coordonnateur au sein d’un bureau de soutien navire.
Ils exercent leurs activités dans divers contextes et environnements : sur le territoire national ou à l’étranger, en opérations extérieures (missions de courte ou longue durée, dans un contexte de paix ou de crise), à terre ou en mer à bord de navires de la Marine nationale.

Type d'emplois accessibles

Gestion de site industriel, propulsion, électricité
Chef de chantier propulsion
Essais
Expertise en Conduite, Exploitation, Maintenance industrielle

Nos candidats s'intéressent aussi à ces diplômes :

L'ingénieur diplômé de l'ENSISA dans la spécialité systèmes de production gère des aspects scientifiques techniques, organisationnels et économiques d’une production industrielle.

L’ingénieur formé :

-          gère la production, la qualité, la logistique ou la maintenance d’installations industrielles.

-          gère le développement de nouveaux projets d’industrialisation.

-          participe à l’accroissement des performances de l’entreprise et à la démarche d’amélioration continue.

-          optimise l’outil de fabrication.

Il exerce son métier en milieu industriel.  

... lire la suite

En fonction de la taille et de l’organisation de l’entreprise industrielle, le titulaire du BTS prend en charge l’organisation des interventions et le dialogue avec les intervenants extérieurs. Il intervient notamment sur les installations qu’elles soient regroupées sur un

même site ou qu’elles soient réparties sur un territoire.

Sa maîtrise du fonctionnement et de la constitution des systèmes de production en font un interlocuteur privilégié tant pour les opérateurs que pour les décideurs.

Le technicien supérieur assure les missions variées de dépannage, de mise en service et de conduite d’installation. Il intervient sur des systèmes associant des technologies très diverses en mobilisant un ensemble étendu de connaissances, notamment celles liées aux lois et principes scientifiques.

Lors du dépannage, il doit développer fortement l’analyse pour déterminer l’origine du problème. Sur les petites installations, il est amené à conseiller le client sur des solutions adaptées en établissant alors un devis des travaux à réaliser. Lors de la conduite ou de la mise en service, il a pour mission d’optimiser les réglages.

Le technicien de maintenance est un des principaux acteurs de la mise en œuvre de la politique globale de prévention de l’entreprise. Dans toutes les activités professionnelles induites par le métier, il sera amené :

• à participer, à son niveau, à l’analyse des risques professionnels en appréhendant les dangers

pour sa santé et sa sécurité ainsi que pour celles des autres, tout en préservant les biens. Ces

contributions seront consignées et permettront la mise à jour du document unique ;

• à mettre en œuvre les principes généraux de prévention des risques professionnels et de

secours aux personnes.

... lire la suite

Ses activités visent trois grands objectifs :

  • dans le cadre de la maintenance corrective, il dépanne l'équipement défaillant le plus rapidement possible. Pour cela, il pose un diagnostic, réalise la réparation par des actions appropriées, puis remet en service
  • dans le cadre de la maintenance préventive, il mène un ensemble d'actions pour éviter l'apparition de pannes. Il réalise des rondes, des contrôles, des relevés, des nettoyages et des échanges en fonction de critères à caractère systématique ou conditionnel
  • dans le cadre de la maintenance améliorative, il réalise des modifications techniques ou organisationnelles pour augmenter la disponibilité des équipements.

Ponctuellement, le technicien participe à l'implantation de nouveaux équipements et aux travaux neufs.

Il rédige les principaux documents opérationnels de maintenance et rend compte à sa hiérarchie, généralement le Responsable Maintenance, qui définit ses actions au travers d'un planning et du plan de maintenance. Il forme le personnel d'exploitation.

Il intervient sur des « équipements industriels » composés d'un ensemble de machines liées entre elles pour assurer une production. Elles sont construites pour une exploitation professionnelle en conditions parfois sévères et sont constituées de composants de technologies multiples.

Les conditions d'exercice de l'emploi se caractérisent par la prédominance de tâches pratiques réalisées au plus près des équipements qui implique une préparation rigoureuse et une mise en œuvre active de la prévention des risques. Les lieux d'intervention sont très différents d'un secteur à l'autre : atelier, site de production, salle propre, en intérieur ou extérieur. Une capacité d'adaptation est donc requise avec des conditions de travail parfois exigeantes : travail en hauteur, dans le bruit, à proximité d'équipements à risques.

Le métier est fortement connoté « service »avec des échanges de type« client-fournisseur ».

Le technicien doit faire preuve de disponibilité : l'emploi est souvent assorti d'astreintes, de travail de nuit et de week-end et il peut y avoir des dépassements d'horaires afin d'assurer la remise en production d'un équipement industriel stratégique.

... lire la suite