Activités visées

Sur court préavis, le coordinateur en intervention et/ou en situation d’urgence  est en charge de l’analyse de situation, dans des délais contraints afin d’élaborer une stratégie de réponse adaptée et argumentée. Dans le respect de la stratégie globale, il est capable d’appliquer les plans, coordonner et superviser les actions, piloter les phases de l’intervention et les activités s’y rattachant, élaborer les directives et contrôler leur application dans le respect des lois et règlements, activer les réseaux d’information.

Commencer en douceur ma VAE

Prenez quelques minutes pour créer tranquillement votre compte, renseigner votre profil et remplir votre candidature à votre rythme. Rassurez-vous, quoique vous fassiez sur notre site, rien n'est engageant car la décision finale, vous la prendrez avec le certificateur. A vous de jouer pour un diplôme !

Dans un cadre général, le coordinateur en intervention est en mesure de déterminer les objectifs opérationnels, organiser les moyens mis à sa disposition, en évaluer la performance et mettre en place des solutions aux problèmes rencontrés.
- il propose des changements contribuant au développement de la qualité et de la performance du secteur d’activité et/ou de la structure.
- il assure le suivi budgétaire et la maîtrise des financements.
- il élabore les bilans, études, analyses et documents relatifs à son domaine.
- il initie, anime et coopère avec des réseaux de partenaires.
Dans un cadre plus particulier, le coordinateur en intervention est capable de superviser la sécurité et la sûreté, piloter l’activité de la structure, s’assurer de la disponibilité des ressources, et déterminer les actions de la « supply chain ».
Le coordinateur pilote des processus, des projets ou des missions spécifiques.
Selon la spécialité, en relation permanente et en totale synergie avec tous les acteurs impliqués dans la gestion de la crise il anticipe et collecte de l'information, en lien avec les experts de son réseau il conçoit les plans de contingence et il conseille la direction sur la logistique opérationnelle en préconisant des choix et des options adaptés, après avoir basé sa réflexion sur l’anticipation, la disponibilité, les élongations, la stabilité, la sécurité, le coût.

Compétences attestées

Le titulaire de la certification est capable de :
- contrôler tous les domaines de son ressort et mettre en place les outils d’évaluation permettant de mesurer précisément la performance, la qualité et la réalisation dans le respect des délais et de l’optimisation des coûts/ressources/actions.
- sensibiliser en permanence ses collaborateurs à la politique et l’éthique du Groupe et veiller à sa stricte application.
- conduire les projets en intégrant l’ensemble des dimensions de coût, délais, qualité, éthique, environnement, etc.
- prendre des décisions de manière rapide mais raisonnée parmi les multiples possibilités de réalisation,
- faire des choix calculés au moment opportun tout en assumant pleinement les conséquences et risques.
- élaborer et piloter un plan de continuité d’activité temporaire jusqu’à la reprise planifiée du fonctionnement en mode nominal.
     Spécialisation : Anticipation et collecte de l’information
- superviser la collecte, l’interprétation et la diffusion de toutes les informations nécessaires à la conduite de la mission et à la sécurité du personnel ;
- conseiller constamment la Direction grâce à ses analyses et synthèses du risque potentiel ;
post-mission,  tirer le bilan des actions menées afin d’apporter les correctifs nécessaires aux procédures et plans.
     Spécialisation : Plans de contingence
- rédiger ou faire évoluer les plans ;
- concevoir de nouveaux plans au regard de situations émergeantes ou d’actualiser les existants ;
- en s’appuyant sur des informations ou des faits lui confirmant la nécessité de le faire, proposer pour validation des dispositifs performants concourant à la stabilisation puis au retour à la normale dans les meilleures conditions ;
- veiller à une élaboration efficace des plans permettant de mener des opérations de secours rapides et adaptées en fournissant des réponses réalistes aux attentes ;
- superviser l’analyse des évènements précis ou détermine les risques anticipés permettant d’établir des procédures opérationnelles standardisées (SOP), en appréciant les capacités et les besoins en ressources nécessaires, dont les vecteurs terrestres, aériens et maritimes. Le temps consacré à leur préparation est un gage d’efficacité.
     Spécialisation : Logistique opérationnelle
- garantir aux entités engagées, quel que soit leur niveau, de disposer au bon moment et au bon endroit de toutes les ressources nécessaires (qualité et quantité) pour accomplir leur mission ;
- superviser les différents secteurs de la logistique tels que le transport, la gestion des équipements techniques, la chaîne des approvisionnements, la gestion/administration RH et financière, les stocks, etc.
- s’assurer du contrôle de la mise en oeuvre de la HSE et assumer la gestion du budget, la négociation des contrats locaux avec des entreprises, les relations avec les autorités locales, etc.
- dans la perspective d’une intervention sur court préavis, analyser une situation complexe dans des délais contraints afin d’élaborer une stratégie de réalisation réaliste et pertinente, entrant dans le cadre espace/temps de l’intervention

Secteurs d'activités

Le cadre d’emploi peut varier considérablement selon le métier et la structure concernés. Le « coordinateur en intervention et/ou en situation d’urgence » agit ainsi au sein :
-        de structures de vingt à cinquante personnes, en lien direct avec la prévention et le secours, publiques ou privées, telles que les compagnies d’assurance ;
-        d’unités liées à l’action humanitaire d’un volume variant de 50 à 100 personnes voire plus, telles que : l’Organisation des Nations Unies (ONU), l’Union Européenne (UE), des Organisations Non Gouvernementales (ONG) telles que la Croix Rouge, Médecins sans frontières, Action contre la faim, etc. ;
-        d’entreprises privées de sûreté à l’international, tant dans la sûreté active que dans la formation, avec des effectifs variant de vingt à soixante personnes ;
-        d’entreprises d’audits et conseils dans la sûreté et la prévention des risques, par binôme ou au sein d’équipes d’évaluation ;
-        de sociétés d’investigations pour affaires, de volume fluctuant.

Type d'emplois accessibles

Selon le volume et la situation de la structure concernée, il peut s’agir de :
-        manager gestionnaire de structure humanitaire décentralisée ;
-        chef de département au sein d’une ONG ;
-        responsable en cellule de crise ou en plan d’évacuation pour une entreprise privée à l’international ;
-        consultant senior spécialisé dans la préparation à l’expatriation ou dans les audits de sûreté ;
-        cadre-instructeur dans la formation paramilitaire au sein d’une entreprise privée.

Nos candidats s'intéressent aussi à ces diplômes :

- Evaluation de situations, des risques et des besoins en protection, surveillance et proposition de solutions adaptées au client
- Elaboration et évolution de plans de prévention et de sécurité
- Organisation et contrôle des interventions de sécurité, des mises en sécurité de site et des exercices
- Contrôle de l'application des règles et des consignes de sécurité et la sécurisation des sites et des équipements
- Identification des dysfonctionnements, incidents (intrusion, sinistre, vol, ...) et mise en place ou préconiser les actions correctives (évolutions, moyens, ...)
- Etablissement de rapports, actes de procédures, ... des actions de sécurité et d'ordre public et renseigner les autorités locales, administratives, judiciaires, ...
- Information de la population sur les risques majeurs d'insécurité civile et sur la gestion du risque dans le secteur privé
- Suivi et négociation de certains contrats de sécurité, de plans locaux ou de coopération de politique urbaine
- Encadrement opérationnel des sociétés de sécurité privée (gardiennage, transport de fonds, surveillance électronique) ainsi que les services internes des entreprises et des commanditaires (collectivités territoriales, bailleurs sociaux, transporteur
- Participation aux projets territoriaux de sécurité urbaine dans le cadre de la politique de la ville
- Surveillance d'un groupe de bâtiments et des espaces en commun attenants
- Mise en œuvre de technologies de sûreté pour superviser le signalement des désordres ou dégradations
- Contrôle des équipements réglementés et non réglementés

... lire la suite

Les «Métiers de la sécurité» se déclinent autour d’un triptyque regroupant :

-         la sécurité publique,

-         la sécurité civile,

-         la sécurité privée.

 Sécurité publique

Le/la titulaire de la spécialité «Métiers de la sécurité», après recrutement par concours ou sélection, intègre la police nationale, la gendarmerie nationale ou la police municipale.

Les activités qu’il/elle y exerce, relèvent :

- de la police administrative au sein de la police municipale,

- de la police administrative et judiciaire au sein de la police nationale et de la gendarmerie nationale.

Le/la titulaire de la spécialité «Métiers de la sécurité» est fonctionnaire d’état ou territorial, militaire ou contractuel de droit public.

Sous contrat de droit public, le/la titulaire de la spécialité «Métiers de la sécurité» peut exercer des activités d’adjoints de sécurité de la police nationale ou de gendarmes adjoints volontaires.

Sous réserve de remplir les conditions définies par la réglementation, le/la titulaire de la spécialité «Métiers de la sécurité» peut se présenter aux concours nationaux :

- de l’administration pénitentiaire,

- de l’administration des douanes.

Sécurité civile

Le/la titulaire de la spécialité «Métiers de la sécurité» peut, après recrutement par concours ou sélection, exercer le métier de sapeur-pompier professionnel, en qualité de fonctionnaire territorial au sein d’un Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS).

Le/la titulaire de la spécialité «Métiers de la sécurité» peut, après engagement, exercer le métier de sapeur-pompier militaire : brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP), bataillon des marins-pompiers de Marseille (BMPM), sapeur-sauveteur militaire en unité d’instruction et d’intervention de la sécurité civile (UIISC).

Dans le cadre d’un engagement citoyen défini par un contrat de droit public, parallèlement à son métier, le/la titulaire de la spécialité «Métiers de la sécurité» a reçu la formation qui lui permet d’exercer en qualité de sapeur-pompier volontaire (SPV) dans un SDIS.

Sécurité privée

Le/la titulaire de la spécialité «Métiers de la sécurité» peut travailler soit dans une entreprise privée de sécurité soit dans un service interne de sécurité d’une entreprise.

Il/elle peut exercer certains métiers de la sécurité privée tels que, agent de sécurité, agent de contrôle d’accès, agent de surveillance, agent de gardiennage, agent de protection physique des personnes, agent de sécurité dans l’événementiel, agent de sécurité incendie.

Il/elle peut également, après avoir suivi et validé des formations complémentaires, exercer des métiers tels qu’agent cynophile, agent de vidéoprotection, agent de sûreté portuaire ou aéroportuaire, convoyeur et transporteur de fonds, agent de sécurité sur sites spécifiques et sensibles.

L’ensemble de ces emplois s’exerce dans le respect des règles d’hygiène, de sécurité, de sûreté, des principes de déontologie, conformément à la réglementation, ainsi qu’aux procédures et aux conditions d’exercice.

... lire la suite

CAP Agent de sécurité

Niveau CAP / BEP

Le titulaire du CAP « Agent de Sécurité » exerce ses fonctions dans des espaces ouverts au public ou non, de nature industrielle, commerciale, hospitalière, privative, culturelle ou sportive. Ces missions peuvent s'exercer dans une structure pourvue d’un service de sécurité interne, ou pour le compte d’une entreprise prestataire de services en matière de sécurité.

Elles visent à assurer la sécurité dans les domaines suivants :

-la protection des personnes,

- le secours à personnes,

- la surveillance et la protection des biens,

- la protection de l’environnement.

... lire la suite