Commencer en douceur ma VAE

Prenez quelques minutes pour créer tranquillement votre compte, renseigner votre profil et remplir votre candidature à votre rythme. Rassurez-vous, quoique vous fassiez sur notre site, rien n'est engageant car la décision finale, vous la prendrez avec le certificateur. A vous de jouer pour un diplôme !

Le (la) technicien(ne) d’exploitation et de maintenance de remontées mécaniques garantit, seul(e) ou en équipe, le bon fonctionnement d’une ou plusieurs installations de remontées mécaniques. En complément, il (elle) en assure l’exploitation, en garantissant la sécurité totale des usagers.

Les installations sont constituées d’appareils regroupés sous le vocable de « remontées mécaniques » : les téléportés (télésièges à attaches fixes ou débrayables, télécabine, téléphériques à va et vient ou pulsé, funitel), les téléskis (à perches, à enrouleurs, à câble bas), le funiculaire, les appareils particuliers (tapis roulant).

La sécurité des installations est encadrée par de nombreux textes règlementaires tels que codes, décrets, arrêtés, guides techniques et l’autorisation d’exploitation n’est donnée qu’après de nombreuses étapes de contrôles, d’avis, de vérifications, d’inspections et d’agréments.

Durant la saison hivernale, le (la) technicien(ne) ouvre et ferme l’installation au public et conduit les appareils, en respectant scrupuleusement les textes réglementaires qui définissent les obligations « en exploitation ». Il (elle) effectue les actions de dépannage et, en cas d’incident, participe à l’évacuation des usagers.

Hors saison hivernale, le (la) technicien(ne) réalise et encadre les travaux de maintenance réglementaire et préventive, en respect des nombreuses normes (NF, EN) et des textes juridiques.

L’activité est principalement réalisée en plein air, en altitude, de 800 mètres à plus de 3 000 mètres, avec des conditions climatiques parfois rudes, froid, neige, vent, qui impliquent une bonne condition physique : marche à pied en montagne, ski, manutention. Le travail sur pylônes peut générer des troubles du vertige.

En saison hivernale, le (la) technicien(ne) travaille en journée mais également la semaine, le samedi, le dimanche et les jours fériés avec un aménagement de congés. 

Capacités attestées et descriptif des composantes de la certification

1. Exploiter les installations de remontées mécaniques 

Effectuer les contrôles réglementaires techniques et de sécurité pour l’exploitation des installations de remontées mécaniques.

Conduire les appareils de remontées mécaniques en toutes circonstances.

Assurer l’embarquement et le débarquement, en sécurité, des usagers des installations de remontées mécaniques.

Organiser les activités d’une équipe d’agents d’exploitation d’installations de remontées mécaniques. 

2. Dépanner les éléments électrotechniques des installations de remontées mécaniques 

Diagnostiquer une défaillance d’origine électrotechnique sur une installation de remontées mécaniques.

Echanger ou remettre en état, puis régler les éléments électriques des installations de remontées mécaniques. 

3. Dépanner les éléments mécaniques et hydrauliques des installations de remontées mécaniques 

Diagnostiquer une défaillance d’origine mécanique et hydraulique sur une installation de remontées mécaniques.

Echanger ou remettre en état, puis régler les éléments mécaniques et hydrauliques des installations de remontées mécaniques. 

4. Réaliser et coordonner les opérations de maintenance réglementaire et préventive des installations de remontées mécaniques.

Effectuer les opérations de maintenance réglementaire et préventive sur des éléments électriques, mécaniques, hydrauliques et sur les câbles des installations de remontées mécaniques.

Coordonner les actions techniques d’une équipe d’intervenants en maintenance d’installations de remontées mécaniques. 

5. Réaliser des opérations de levage, de manutention et de préparation pour des travaux de montage d’installations de remontées mécaniques 

Effectuer des travaux de manutention et de levage d’éléments d’installations de remontées mécaniques en respectant les règles de sécurité.

Réaliser les travaux préalables à l’implantation d’ouvrages support de structure. 

}

Diplômes similaires

Le technicien d'équipement et de maintenance de piscines est un professionnel qui intervient sur les piscines intérieures ou extérieures, pour des particuliers, des utilisateurs qui en font un usage professionnel (exemple : gîte, maison d'hôtes) ou, dans certains cas, pour des résidences collectives privées. Il peut suivre la mise en œuvre des bassins et réaliser l'organisation et le suivi du chantier d'installation de la piscine. Il peut encadrer une équipe de monteurs pour valider les étapes clés de la construction d'un bassin. Il réalise la conception des installations techniques liées au bassin et nécessaires à son bon fonctionnement. Il fait les mises en service, et la maintenance préventive et curative des équipements et accessoires. Il mène des actions de conseil auprès des clients aussi bien sur l'utilisation, la prévention des risques, que l'évolution des installations. Il peut être amené à réaliser des ventes de consommable ou accessoires dans le cadre de ses actions de maintenance. Pour mener à bien les activités constitutives de son emploi, le technicien d'équipement et de maintenance de piscines s'appuie sur les consignes de sa hiérarchie, sur les besoins et attentes du client, ainsi que sur les documents réglementaires et consigne des constructeurs.
Le technicien d'équipement et de maintenance de piscines travaille aussi bien, en équipe, que seul. Son activité nécessite une attention soutenue, particulièrement pour toute opération effectuée dans un contexte à risques, soit électrique, en milieu humide, pour lesquels il doit posséder une habilitation BR « montage et dépannage piscine », soit à la manipulation de produits chimiques (chlore, peroxyde d'hydrogène, acide sulfurique) nécessitant des EPI. Cet emploi comporte également des déplacements fréquents en véhicule équipé d'un outillage personnel et de protections individuelles adaptées à ces missions. Le technicien réalise son activité dans le respect des consignes de sécurité et de prévention de la santé. Son secteur d'activité est fortement soumis à la saisonnalité et à des horaires irréguliers liés au mode d'intervention.
Il doit être capable de s'adapter aux nouvelles attentes des clients et devra pour cela s'informer périodiquement sur les évolutions techniques et technologiques du métier et des produits.

1. Assurer le suivi du chantier et équiper les bassins de piscines

Organiser et superviser la mise en œuvre de la structure des bassins de piscines.
Implanter les éléments à sceller dans la structure des bassins de piscines.
Implanter et raccorder les équipements et accessoires hydrauliques de piscines.
Implanter et raccorder les équipements et accessoires électriques de piscines.
Réaliser la pose d'étanchéité de type liner et membrane armée en piscines.

2. Réaliser la mise en service de piscines et de leurs accessoires

Réaliser les vérifications d'installation préalables à la mise en service d'une piscine et ses accessoires.
Assurer les opérations de mise en service des installations et accessoires des piscines.
Informer et conseiller le client sur le fonctionnement et la conduite de son installation de piscine.

3. Réaliser la maintenance de piscines et de leurs accessoires

Assurer les opérations de maintenance des installations et équipements de piscines.
Diagnostiquer les causes de dysfonctionnement d'une installation de piscine et y remédier.
Apporter un conseil technique au client sur le bon usage des installations et équipements de piscines.
Proposer des solutions d'évolution technique des installations et équipements de piscines.

}

En référence aux normes industrielles, le (la) technicien(ne) de maintenance industrielle réalise toutes les actions, durant le cycle de vie d'un équipement, destinées à le maintenir ou à le rétablir dans un état dans lequel il accomplit la fonction requise.
Ses activités visent trois grands objectifs :


- redémarrer un équipement en panne le plus vite possible : c'est la maintenance corrective, qui consiste à poser un diagnostic, à réaliser la réparation par des actions appropriées, puis à remettre en service ;
- éviter l'apparition de pannes : c'est la maintenance préventive, constituée de contrôles, de relevés, de nettoyage et d'échanges. On distingue les maintenances préventives systématique et conditionnelle ;
- améliorer la disponibilité des équipements industriels en réalisant des modifications techniques ou organisationnelles sur les actions de maintenance et de production : c'est la maintenance améliorative.


De manière ponctuelle, le (la) technicien(ne) participe à l'implantation de nouveaux équipements et aux travaux neufs de l'entreprise.
Il (elle) rédige les principaux documents opérationnels de maintenance et rapporte à sa hiérarchie, généralement le responsable maintenance, qui définit ses actions au travers d'un planning et du plan de maintenance. Il (elle) forme le personnel d'exploitation.
Les « équipements industriels » font référence à un ensemble de machines liées entre elles pour assurer une production. Elles sont construites pour une exploitation professionnelle en conditions parfois sévères de cadences et d'environnement et sont constituées de composants de technologies multiples.
Les conditions d'exercice de l'emploi se caractérisent par la prédominance de tâches pratiques réalisées au plus près des équipements qui implique une mise en œuvre active de la prévention des risques. Les lieux d'intervention sont très différents d'un secteur à l'autre : atelier, site de production, salle propre. Une capacité d'adaptation est donc requise avec des conditions de travail parfois exigeantes : travail en hauteur, dans le bruit où la prévention des risques y est essentielle.
Le métier est fortement connoté « service » avec des échanges de type « client-fournisseur ».
Les métiers de la maintenance impliquent de la disponibilité ; l'emploi est souvent assorti d'astreintes, de travail de nuit et de week-end et il peut y avoir des dépassements d'horaire afin d'assurer la remise en production d'un équipement industriel stratégique.

1. Réparer les éléments électrotechniques et pneumatiques d'un équipement industriel

Remettre en état ou réaliser un échange fonctionnellement équivalent des éléments de circuits électriques et d'automatisme d'un équipement industriel.
Remettre en état ou réaliser un échange fonctionnellement équivalent des éléments de circuits pneumatiques d'un équipement industriel.

2. Réparer les éléments mécaniques et hydrauliques d'un équipement industriel

Remettre en état ou réaliser un échange fonctionnellement équivalent d'un mécanisme d'un équipement industriel.
Remettre en état ou réaliser un échange fonctionnellement équivalent des éléments de circuits hydrauliques d'un équipement industriel.

3. Diagnostiquer une défaillance et mettre en service un équipement industriel automatisé

Diagnostiquer une défaillance sur un équipement industriel automatisé.
Mettre en service un équipement industriel.

4. Effectuer la maintenance préventive d'équipements industriels et réaliser des améliorations à partir de propositions argumentées

Rédiger et renseigner les documents opérationnels de maintenance.
Mettre en œuvre les opérations courantes de maintenance préventive d'équipements industriels.
Proposer des actions d'amélioration continue sur un équipement industriel.
Réaliser une amélioration ou une modification technique sur un équipement industriel.

}

Le technicien reconstructeur de moteurs thermiques et d'organes réalise la réparation et la reconstruction d'éléments et d'ensembles mécaniques de machines et de moteurs thermiques en mettant en œuvre des techniques et des procédés spécifiques. Pour éclairer le client sur les dispositions à prendre pour remettre en état un matériel usagé, il procède au contrôle et à l'expertise et détermine, a priori, les procédés, les méthodes et les opérations à réaliser et élabore un devis estimatif.
Dans le cadre de la reconstruction d'un matériel : il réalise l'ensemble des opérations de démontage, de vérification et de contrôle métrologique des différentes pièces et statue sur leur état et sur les mesures à prendre concernant leur échange ou leur réparation par usinage, rectification, alésage, soudage, remétallisation... Pour cela, il s'appuie sur son expérience et, pour certaines pièces, se réfère aux « cotes réparation » des constructeurs.
Il effectue le remontage, les réglages et les mises au point des ensembles mécaniques et des moteurs thermiques.
Il procède aux différents essais et vérifications pour assurer le contrôle qualité des productions, selon les normes et les critères en vigueur dans l'entreprise.
Il participe également à l'organisation fonctionnelle de l'entreprise, à la réception de la clientèle, à la planification des interventions et du plan de charge des machines. Parallèlement, il intervient dans la gestion de la maintenance du parc de machines, centralise les informations techniques relatives aux méthodes et spécifications des constructeurs et exploite les catalogues de pièces détachées.
Les principaux domaines d'application de la reconstruction :
Les moteurs et machines thermiques de véhicules légers et lourds, d'engins, de bateaux, de groupes électrogènes...
Les machines industrielles de production : machines-outils, équipements divers.
Les matériels anciens et les véhicules de collection.
Selon les entreprises, la reconstruction s'effectue à l'unité, ou en série, pour le marché de l'« échange standard ».

Capacités attestées et descriptif des composantes de la certification :
1. EXPERTISER L'ETAT D'USURE ET REPARER LES GROUPES MOTOPROPULSEURS PAR REMPLACEMENT DE COMPOSANTS

Réceptionner des ensembles mécaniques, les identifier et établir un prédiagnostic de remise en état.
Désassembler, repérer, trier et nettoyer les pièces.
Effectuer les contrôles métrologiques de composants mécaniques et statuer sur leur état d'usure.
Identifier les caractéristiques de pièces à commander et renseigner le devis de réparation d'un ensemble mécanique.
Remettre en état les moteurs thermiques par remplacement de composants.
Remettre en état les systèmes de transmission mécaniques par remplacement de composants.
Remettre en état ou remplacer les équipements périphériques des groupes motopropulseurs.

2. REMETTRE EN ETAT DES ELEMENTS MECANIQUES PAR DIFFERENTS PROCEDES D'AJUSTAGE, D'USINAGE ET DE SOUDAGE

Réparer des éléments mécaniques par des techniques d'ajustage manuel.
Remettre en état des pièces mécaniques par usinage sur machines conventionnelles.
Reconditionner des ensembles mécaniques par différents procédés de soudage et de rechargement de matière.

3. RECONSTRUIRE LES MOTEURS THERMIQUES AU MOYEN DE MACHINES D'USINAGE SPECIALISEES

Remettre en état les culasses de moteurs thermiques.
Réaléser et rectifier les blocs-moteurs.
Rectifier, rééquilibrer les équipages mobiles de moteurs thermiques.
Effectuer les essais et le contrôle qualité des ensembles mécaniques reconstruits.
Définir les méthodes et les procédés à mettre en œuvre pour la reconstruction d'ensembles mécaniques.

}